LGESTSEIGNEUR

53- NOUS SOMMES ISRAËL : Israël une nation d'Afrique

«(...) Au temps marqué, il sera dit à Jacob et à Israël: Quelle est l'œuvre de DIEU.» (Nombres 23.23)

 

Bien des passages de la sainte Bible participent à nous convaincre que le peuple de DIEU est un peuple africain. Mais un seul le dit sans ambages. C'est le chapitre 11 du livre de Daniel.

 

Nous apprenons en effet, de ce chapitre déjà analysé sous d'autres axes [1 2 3 4], que le peuple de DIEU, à la fin des temps, est définitivement fixé au Sud, comparativement à l'Europe (Babylone [6]) "le royaume du nord" ou du septentrion (Daniel 11.6) qui lui, est au Nord comme son nom l'indique.

 

D'ailleurs, c'est pour marquer la différence entre ce qui serait plus tard l'Europe, royaume du Nord, et l'Afrique, royaume du Sud, et nous les situer géographiquement l'un par rapport à l'autre, que sont introduites les dénominations «roi du Nord» et «roi du Midi» dans le discours, à partir du chapitre 11 du livre de Daniel. Comment comprendre cela ?

 

Nous savons que Ptolémée hérita du royaume d'Égypte à la dislocation de l'empire d'Alexandre. Daniel nous apprend que Ptolémée était désigné par la périphrase «roi du Midi» (Daniel 11.5 ; 6 ; 9 ; 10 etc.). Autrement dit, l'Égypte, dont le roi est appelé «Roi du Midi», se situe au sud d'autres territoires, dont le roi est désigné par «roi du Nord» ou «roi du septentrion».

 

Du temps des Ptolémée, la Palestine où se trouve Israël dépendait de l'Égypte, nous apprend-on. Mais, si ce terme «roi du Midi» est attribué à Ptolémée, ce n'est certainement pas à cause de la position du territoire d'Israël en Palestine par rapport au royaume des Séleucides, mais bien à cause du continent africain où se trouvait Ptolémée en l'Égypte.


En disant donc «roi du Midi» pour désigner le chef du territoire du sud, c'est l'Afrique sous la domination de l'Égypte des Ptolémée qui est ainsi désignée par ''Midi''.

Et, c'est l'Afrique qui est "le Midi" dans ce chapitre. Cela ne saurait être contesté.

Par conséquent, c'est l'Afrique, "le Midi" contre lequel "l'heure venue" (Daniel 11.29), c'est à dire au temps de la fin, le roi du Nord revient.

 

Car, à la fin des temps (Daniel 11.40), pendant que les Ptolémée ne sont plus et que nous savons que la domination de l'Égypte a cessé, le même terme «roi du Midi» revient pour toujours désigner le roi du peuple que combattra le roi du Nord afin d'imposer l'abomination dévastatrice (Daniel 11.30-31), selon qu'il est écrit : «Au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera" (Daniel 11.40)

 

NB : Au verset 11.40, le terme «roi du Midi» ne désigne plus le roi d'Égypte, mais celui de l'Alliance sainte (Israël) que combattra le roi du Nord.


La question est : Pourquoi ce terme, "roi du midi", attribué à Ptolémée parce qu'ayant hérité de l'Égypte (en Afrique), est-il aussi attribué au roi (chef) de l'alliance sainte au temps de la fin ? 

 

Remarquons qu'en dehors de ce chapitre, nulle part ailleurs dans la Bible, ni avant ni après, cette appellation n'est utilisée pour désigner le roi d'Israël.

En vérité donc, cette expression apparait comme une disposition pour permettre au lecteur, au temps de la fin, de comprendre, quand serait posée la question du vrai peuple de DIEU et de sa localisation.

 

Et il apparait, de toute évidence, que si Israël ne se trouve pas en Afrique au temps de la fin, son roi, celui qui vient pour libérer tout son peuple opprimé, ne bénéficierait pas de cette appellation de "roi du Midi" dans ce chapitre 11.


C'est aussi dire que même si sous la dynastie des Ptolémée, le peuple d'Israël vivait encore en Palestine, il a dû migrer vers sa destination définitive qui se trouve être l'Afrique.

Car pour sûr, ce dernier roi d'Israël combattu par le roi de Javan (Daniel 10.20) ou roi du Nord pour l'abomination, c'est Celui que nous envoie le SEIGNEUR pour dominer sur sa terre et son peuple dans "le Midi" et sur toute la terre quand aura pris fin la domination des tyrans de Babylone.

L'Afrique est "le Midi" que désigne la Parole dans ce verset 11.29 du livre de Daniel.

 

L'Israël de la Bible et de DIEU est bel et bien une nation et un peuple complètement et entièrement Africain (dans le Midi) au moment où paraissent ces lignes. Toute autre considération n'est que manipulation.

Peut-être envisagent-ils, pour continuer l'Exode, la migration prochaine et avant la fin des temps qu'ils savent imminente, des Netanyahou, des Pérès, des Bloomberg et des Barak en Afrique afin de perpétuer l'usurpation. Ils en ont les moyens, figurez-vous.

Pour l'heure, comme ce n'est pas encore le cas, il faut accepter le fait : le peuple de DIEU, descendance de Jacob, c'est parmi les pays qui forment le continent noir qu'il faut le chercher.


Car, c'est une certitude, la dénomination «roi du Midi», nulle part dans la Bible, ne désigne un souverain dont la métropole se trouverait en dehors des limites géographiques de l'Afrique.

Mieux, à moins d'une erreur de repérage, ce qui est peu probable, mais je suis humain, je puis affirmer que de toute la Bible, c'est seulement en ce chapitre 11 du livre de Daniel qu'apparaissent les périphrases ''roi du Nord'' et ''roi du Midi'', pour désigner d'une part, un roi du peuple de Babylone donc de l'Europe et d'autre part, un roi d'Afrique. Toutes choses qui éliminent toute possibilité de confusion.

 

Or, ce dernier "roi du Midi", que le SEIGNEUR envoie sur son peuple et l'Alliance sainte, c'est le Messie libérateur de son peuple. C'est Celui qui vient au nom du SEIGNEUR.

 

En outre, une Parole, une seule, nous confirme qu'il s'agit bien de l'Afrique et que nous ne nous trompons pas. Et elle a été prononcée par le Christ qui disait : «N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : la pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle; c'est du SEIGNEUR que cela est venu, et c'est un prodige à nos yeux ? C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de DIEU vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. Celui qui tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé.» (Matthieu 21.42-44)

 

Analysons : «La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle»

 

Des questions simples, des questions d'écolier nous permettront d'avancer.

 

1- Citez les cinq continents. - Ce sont : l'Afrique, l'Amérique, l'Asie, l'Europe, l'Océanie. On se permettra d'ignorer les glaces de l'Antarctique.

 

2- Parmi les continents sur la terre, quels sont ceux qui bâtissent le monde ? - Ceux qui décident pour le monde, de la marche à suivre, ceux dont la voix compte, ce sont : l'Amérique, l'Europe, l'Asie et l'Océanie ; mais jamais l'Afrique. Regardez le G7, regardez aussi les principales places financières.

 

3- Qui est le dernier de la classe ? Quel continent ne pourrait, à l'heure où nous parlons, jamais être cité parmi ceux qui décident ? Quel continent est tenu à l'écart de la marche et de la construction du monde ? - C'est aujourd'hui, sans contexte, l'Afrique. Au moins, c'est une position que pour sûr, ils ne viendront pas nous disputer. C'est le continent «mal parti», ou plutôt «pas du tout parti». C'est le continent maudit ; c'est le continent de la famine et des maladies ; c'est le continent qui compte pour négligeable dans les transactions financières mondiales. C'est le continent de la misère ; c'est le continent … et j'en passe.

 

Remarquez que ce qui est dit sur nous n'est pas faux au vu de la situation de dégradation dans laquelle nos bourreaux nous maintiennent. Mais, c'est l'indécence avec laquelle on nous le rappelle à tout va qui devient agaçant à la fin ; du  moins, pour ceux d'entre nous qui ont toujours été convaincus que nous sommes l'objet de vol. Mais, laissons là ces récriminations et continuons notre développement.

 

Si nous convenons que nous sommes dans le temps de la fin (ceux qui n'en sont pas convaincus, je leur souhaite bon sommeil) comme je l'affirme, et qu'aujourd'hui nous devions dire lequel de ces continents est absent des centres de décision du monde, je crois que nous ne demanderions pas de temps de réflexion pour répondre. - C'est donc l'Afrique, «la pierre qu'on rejetée ceux qui bâtissaient».

 

Or, cet Israël de Palestine là ne se trouvant pas en Afrique, il est tout à fait clair que l'ancien territoire est exclu pour accueillir le retour du Christ. D'ailleurs le SEIGNEUR lève tout équivoque au verset suivant quand Il dit : «le royaume de DIEU vous sera enlevé, et sera donné à une nation …». Là, vous en conviendrez, nous avons quitté le domaine des spéculations. C'est sûr, tout a commencé là-bas ; c'est sûr, nos ancêtres y ont vécu et c'est sûr, il y a deux mille ans, Jésus, notre SEIGNEUR y fut crucifié. Mais c'est Lui-même qui nous apprend de là-bas que l'Histoire se termine ailleurs. Doit-on douter de sa Parole ?

 

"Le royaume de DIEU" mentionné dans ce verset, c'est le peuple et la nation d'Israël ; et "la nation" à laquelle le royaume sera confié c'est le continent sur lequel le peuple d'Israël sera établi pour la gloire de DIEU.

 

Au fait, voyez-vous l'Israël, que l'on nous a imposé à coup de guerre mondiale, œuvrer  pour la gloire de DIEU ? Voyez-vous l'État qui milite et qui travaille à l'établissement du nouvel ordre des ténèbres, œuvrer pour la paix et la justice éternelle ? Celui qui sert le diable sert-il DIEU à la fois ? Interrogez-vous et vous saurez la vérité sur la création de cet État. S'est-elle faite comme le l'ÉTERNEL l'a prescrite dans la Bible ? Le SEIGNEUR DIEU a-t-Il dit que sa main n'est pas assez puissante pour conduire sa nation et l'installer sur sa terre que Lui-même a promise à Jacob ? DIEU a-t-Il dit que son royaume sur lequel viendrait régner son Christ pour sa gloire serait fondé par des intrigues et à la suite d'une guerre mondiale, un massacre, qui n'a pas encore fini de livrer tous ses secrets ? 

 

En vérité, si nous admettons que cet État qui a été formé par les vainqueurs de la deuxième Guerre Mondiale est celui des descendants de Jacob, peuple de DIEU, c'est que nous reconnaissons que DIEU est imparfait. Car, Il aurait oublié de révéler par sa Parole, le plus grand drame que devait vivre son peuple : le génocide de millions d'hommes.

DIEU, qui a fait prédire la déportation, l'esclavage et la traite de son peuple, n'aurait-il pas vu venir une tribulation aussi grande que la deuxième Guerre Mondiale ? DIEU, aurait-Il ''oublié'' de révéler à ceux qui se disent Juifs cette tribulation qui leur couta des dizaines de milliers, voire des millions de vies, si c'était son peuple ? Assurément non.

 

Voici, la toute dernière persécution du peuple de DIEU après celle qu'Israël connut avec Antiochus IV Épiphane, est décrite ici dans le livre de Daniel (Daniel 11.29-40) et plus en détail dans le livre des Révélation (chapitres 12 et 13 et plus). Cette tribulation, est-ce celle que vécurent ceux qui occupent la Palestine actuellement ?

 

Par ailleurs, l'esclavage, la colonisation, l'asservissement (le joug de fer) à l'Europe (Babylone), voire la traite par les navires tels que décrits pour les fils d'Israël en cas de désobéissance, sont elles des réalités africaines ou celles d'un autre peuple ?


En vérité, si ce n'était la mauvaise foi, tous s'accorderaient à la lecture de Deutéronome 28. C'est notre histoire à nous Africains et non celle d'aucun autre peuple sur la terre. Ce n'est nullement un scénario adaptable dont les droits pourraient se céder au plus offrant. Le passé, on ne s'en fabrique pas à coup de milliards de dollars, de manipulations, de massacres, de perfidies et de mensonges.

Le mensonge, même propagé avec les moyens de diffusion les plus performants et les plus envahissants des millénaires durant, ne peut que paraitre vrai, mais jamais, il ne devient pour autant une vérité. Tout mensonge, d'où qu'il vienne, a une date de péremption. Passé le délai, le voile se déchire de lui-même pour ne laisser s'échapper que la pestilence que seuls ceux qui ont perdu leurs sens ou qui ont décidé de ne plus en user ne percevront.

 

Vous mes frères, je vous invite à vous réveiller. Je vous exhorte à sortir des idées préconçues. Vous qui pensez que DIEU ne fait pas partie de votre Histoire. Vous qui croyez que le DIEU de la Bible est un phénomène culturel étranger à l'Afrique, vous vous fourvoyez. Vous êtes la preuve vivante que ce que des siècles durant nos ennemis ont pratiqué est une réussite. C'est, en vérité, un travail de sape, de déconstruction et de manipulation de la vérité.

 

La première des manipulation, elle est réussie, a été de nous maintenir à distance de DIEU. Nous étions en léthargie sous le coup de la sentence divine et à notre "réveil", ceux qui produisent la connaissance nous apprirent que nous étions et que nous sommes "animistes" et polythéistes. Cela a suffi pour que nous ne nous interrogions plus et pour que nous nous excluions, de nous mêmes, de la descendance d'Abraham, père des croyants en un seul DIEU.

 

La deuxième manipulation était d'infantiliser le peuple par des divertissements débiles et de masse afin que nous soyons plus rattachés aux choses de ce monde qu'aux choses spirituelles qui auraient pu nous donner la force de leur résister. Car ils savent que c'est seulement en DIEU que nous avons des ressources pour leur faire obstacle.

Or, pour nos élites, qui auraient pu s'interroger, les maintenir loin de la question fut très simple. Il a suffi pour cela que le maitre décrète que, DIEU relevant de l'irrationnel, toute mention ou tout intérêt pour le Créateur dénotait d'un déséquilibre ou d'un manque se sérieux.

Tenaillé entre les questions existentielles et le désir de reconnu par ses maitres, quel intellectuel africain pouvaient risquer sa crédibilité à s'attaquer à des dogmes élaborés par ceux-ci ?


C'est ainsi que la question de DIEU fut abandonnée aux seuls étudiants séminaristes et pasteurs.

Or, eux n'entrent dans ces écoles que pour apprendre et enseigner ce qui a déjà été idéologiquement élaboré par le maitre d'hier. Ils y entre parce qu'ils sont convaincus de tout ce qui a déjà été dit. Aucun n'y va pour s'interroger et avoir une lecture de la Bible autre que ce qui a été léguée par les maitres théologiens. Cela ne leur est même pas autorisé ou alors ils courent le risque d'être excommuniés.

 

Ainsi, nous avons vécu dans l'invraisemblable, ainsi, nous avons fait le jeu de l'ennemi jusqu'à ce jour.

 

Remarquez que, si cet État en Palestine est Israël, c'est qu'il est possible que tous les États Européens aient à leur tête des "Juifs" qui pourraient même ne pas s'en cacher et qui mèneraient une politique ouvertement pour leur peuple. Ce qui fait qu'Israël pourrait être en mesure de contrôler ces États. Or, les textes nous le disent plus que clairement, c'est Babylone la grande, c'est-à-dire l'Europe [6], qui maintient dans l'asservissement Israël, le peuple de DIEU.

 

Est-il besoin de rappeler que de la condition d'asservissement à Babylone (l'Europe), le peuple de DIEU n'en sort qu'avec l'avènement du Christ ? Quel est ce joug de fer, asservissement à l'Europe, que vit ou que pourrait vivre ce peuple en Palestine, pour qu'il ait besoin d'un messie pour le sauver ?

 

En vérité, s'ils attendent un messie, c'est l'antéchrist. C'est celui qu'ils doivent, par l'entremise de toutes les puissances occidentales, installer de force grâce au mensonge et à la manipulation, à la tête du véritable peuple d'Israël, à la place du véritable Messie envoyé par DIEU le Père pour délivrer le peuple africain ployant sous le joug des descendants de Nabuchodonosor.


S'ils attendent un messie, c'est l'antéchrist à l'œil droit mort (Zacharie 11.17) pour qui il est prévu que toutes les puissances (Apocalypse 12.3-4) se liguent pour combattre le Christ de DIEU. C'est pourquoi d'ailleurs, après la réussite de leur coup d'Etat, ils le reçurent pour se livrer à des rites bizarres qui, bien évidemment, ne peuvent être de DIEU. Certaines images circulèrent sur internet. Ils croient certainement pour de bon avoir mis fin au projet de DIEU et se félicitent de pouvoir perpétuer l'usurpation.

 

Encore une fois, le peuple qui forme cet État en Palestine n'est pas l'Israël de DIEU le Père. L'on voudra certainement beaucoup plus pour s'en convaincre. C'est légitime. Par la volonté du SEIGNEUR, car "le temps marqué" est arrivé, la Parole de DIEU permet de remonter aux origines de son peuple pour soutenir cette affirmation. [5-6-7]


Que DIEU vous bénisse mes frères.

 

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie


17/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres