LGESTSEIGNEUR

2- LA CRISE IVOIRIENNE: LES ACTEURS EXTÉRIEURS


Les USA  et leurs alliés, la coalition contre la Côte d'Ivoire


Encore une fois, sachons qu'après la lecture des événements survenus dans le ciel, c'est en redescendant sur terre que l'on comprend ce qui est décrit. Car ce que vit le prophète est bien ce qui doit se passer sur terre au temps de la fin. En témoigne cette Parole du Seigneur : Monte ici je te ferai voir ce qui doit se passer dans la suite. (Apocalypse 4.1)

 

  • Les dix forces du grand dragon rouge
Un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. (Apocalypse 12.3)

C'est d'abord «un grand dragon rouge». Cette image du dragon insinue la puissance et la terreur. Elle laisse supposer que l'on a affaire à une grande et puissante nation. D'ailleurs peut-il en être autrement ? Car si «la femme» en travail est une nation (Apocalypse 12.1) [1-2-3], quoi d'autre qu'une autre nation, mais plus puissante pourrait lui faire du mal, comme l'annonce le verset 4 de ce même chapitre ?


Ensuite, les «sept têtes et les sept diadèmes». Les diadèmes sont les couronnes pour la tête des souverains à la tête de nations. Il est donc indéniable qu'ils symbolisent les ''rois'' (souverains ou présidents pour les temps modernes) de ces nations.

En conséquence, les sept têtes sont sept nations dont les sept diadèmes sont les chefs.


Enfin, les «dix cornes». La puissance d'action et de nuisance est symbolisée par "la corne" dans la rhétorique biblique. Dans ce sens, par la puissance qu'elles détiennent, les sept nations constituent sept des dix cornes du dragon. Les trois cornes restantes ne sont pas portées par des têtes, ce ne sont donc pas des nations.

En vérité, ce sont des structures puissantes au service du grand dragon rouge. Ce serait donc trois organisations agissant puissamment dans le monde pour le grand dragon rouge.


En résumé, les sept têtes désignent sept nations et leurs souverains (les sept diadèmes). Ce sont donc sept (7) chefs d'État de sept nations qui, visiblement, forment une coalition que dirige en réalité le grand dragon.

Cette coalition de sept nations (cornes) dispose de trois structures ou organisations qui ne sont pas des nations mais qui ont un pouvoir de nuisance tout aussi élevé que ces nations. 


NB: Le terme "Le grand dragon" ou "le dragon" (différent du "grand dragon rouge") désigne tantôt la plus puissante d'entre les sept, tantôt le chef de celle-ci.


L'on a donc à rechercher une coalition de sept puissances disposant, en plus, de trois organisations puissantes qui agissent pour elle. [4 -5]


Ce dernier éclairage exclut objectivement, les deux grandes nations que sont la Chine et la Russie et nous emmène à analyser de plus près les USA qui dirigent, on le sait, le G7.

Les sept nations du G7 seraient les sept têtes avec les sept diadèmes. Ce serait aussi les sept cornes (puissances) détenues par chacune de ces nations.

Les trois cornes qui ne sont pas portées par des têtes (ce ne sont pas des nations) mais qui sont des forces ou des puissances au service du G7 sont à rechercher du côté du FMI, de l'OTAN et de l'ONU.

Il est clair que personne ne fera de difficultés pour admettre que l'OTAN et le FMI sont au service du G7. En revanche, il faut s'entendre sur le cas de l'ONU qui parait moins évident du fait du droit de véto ou siège permanent détenu par la Chine et la Russie.


  • L'ONU instrument des Occidentaux

Dans le groupe de cinq membres permanents disposant du droit de véto, trois sont du G7 (USA, Grande Bretagne, France). Ces trois font, presque toujours, pencher la balance du côté de l'Occident. Même en cas d'abstention et surtout en cas d'abstention de la Russie et de la Chine. Ce qui est souvent le cas, compte tenu des jeux d'influence. Car, et ce n'est pas une révélation, les puissances détentrices de siège permanent s'abstiennent presque systématiquement tant que la résolution ne touche pas à leur zone d'influence. Ce qui fait que le ''OUI'' est toujours assuré de recueillir trois voix contre deux abstentions au sein de ce comité de cinq, quand la résolution est proposée par l'un des membres de ce groupe de sept qu'est le G7. Pour le reste des dix autres membres non permanents du conseil de sécurité, les pressions diplomatiques et financières au travers, de toutes les institutions de Breton Woods (toutes contrôlées par le G7) et au travers des aides bilatérales, achèvent d'engranger le maximum de voix pour donner un cachet démocratique à l'adoption de toutes sortes de résolution..


L'ONU est donc un instrument pour eux. Cette organisation leur permet de se donner une caution morale aux yeux de leurs opinions d'une part, mais surtout, elle leur permet d'autre part de museler et de lier toutes les autres nations, une fois la résolution votée.

Mises devant le fait accompli, les autres ''grands'' ne s'astreignent alors, qu'à des déclarations laconiques de réserve, quelle que soit l'iniquité des opérations entreprises par la suite.


Au demeurant, depuis les (2) guerres du golf et les mensonges ''diplomatiques'' qui les instituèrent ; depuis les expéditions punitives et sanguinaires en Côte d'Ivoire et les résolutions qui les ont certifiées ; depuis la campagne de Libye et ses meurtres et les résolutions qui les légalisèrent, ne serait-il pas bien naïf celui qui croirait, encore aujourd'hui, que cette organisation est pour la paix dans le monde ? L'ONU est bel et bien une force au service de l'hégémonie du G7 qui lui-même est subordonné aux USA.


Et puis, si l'ONU appartenait à tous, pourquoi ce sont toujours les mêmes qui y ont recours pour aller en campagne ? Croyez-vous qu'envahir l'Afghanistan, l'Irak ou la Côte d'Ivoire et la Libye et y massacrer des civils en y assassinant des souverains (Saddam, Kadhafi) et en attentant à la vie de l'autre, soit plus légal qu'envahir le Tibet, la Thaïlande ou la Géorgie et la Tchétchénie ? Mais ni la Russie, ni la Chine n'ont jamais utilisé l'ONU pour légaliser leurs attaques ou actions. Parce qu'elles savent qu'elles n'ont pas la mainmise sur les rouages de cet instrument diabolique. Au contraire pour les occidentaux, c'est là une tribune qu'ils (s') offrent pour amplifier ce qui se passe à l'intérieur et autour de ces deux puissances qu'ils tentent vainement de subvertir.


Il n'y a qu'à voir ce qui se passe en Syrie. La France n'y étant pas toute puissante, elle court par son ministre des affaires étrangères faire une déclaration à l'ONU le matin, et l'après midi même, c'est ''la communauté internationale'' (la fameuse), titrent ses médias, qui mettrait la pression sur le régime Syrien.

Ainsi donc, une déclaration de la France, parce que lue du haut du toit du monde, fait la communauté internationale! De même, une résolution française, américaine ou autre, cachetée ONU, au prix d'extorsions innommables, rend légale la destruction, l'anéantissement d'une autre nation


Alors, la grande organisation pour la paix dans le monde scella la guerre et la dévastation en Irak et livra la Côte d'Ivoire et la Libye pieds et poings liés à Obama qui en confia la destruction à Sarkozy.


En vérité : G7+FMI+OTAN+ONU = les dix cornes. Le G7 est constitué des sept nations dont les souverains portent les sept diadèmes. Leur pays sont autant de forces (sept cornes) qui, associées aux trois forces (trois cornes) que sont le FMI, l'OTAN et l'ONU forment les dix (10) cornes du grand dragon rouge.

Nous pouvions en rester là quant à l'identification de l'empire du mal. Mais DIEU, le Très Haut, le SEIGNEUR, qui est au-dessus de toute connaissance, nous montre qu'Il sait toute chose avant son existence, et Il a décidé de nous les dévoilés. Le verset suivant nous aide à aller plus loin dans nos affirmations tout en nous éclairant sur d'autres aspects cachés des agissements des hommes et des nations.


  • Les USA

Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté. (Apocalypse 12.4)

Ce verset, seul le déroulement de la prophétie (Apocalypse 12 et 13) permet de le comprendre entièrement et de l'expliquer. Aussi, nous nous limiterons ici à quelques indications, tout en proposant d'autres articles plus explicites.


«Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant». Cette indication confirme ce que l'on a pu supposer. Le grand dragon serait une très grande nation capable de dévorer une plus petite ou de lui prendre ses biens (son enfant) ; c'est à dire une ressource qui lui serait chère ou même un enfant pour de vrai. 

Mais alors, il ne s'agirait pas de n'importe lequel des enfants ! Car en dehors d'Isaac, de Jean Baptiste et surtout de Jésus Christ, la Bible en a-telle annoncé des masses avec autant de précisions et autant de conséquences sur la vie de l'humanité ? Aussi, est-il légitime de s'autoriser à penser à l'implication de ceux qui dirigent la marche du monde actuel.

Que nous apprennent les autres indices contenus dans ce verset ?


«Sa queue entrainait le tiers des étoiles du ciel». «Le ciel», c'est la maison de verre, le gratte-ciel de New York qui héberge l'organisation qui se veut au-dessus des nations, elle porte la couleur du ciel c'est l'ONU. Elle regroupe 192 États membres aujourd'hui (janvier 2011, moment où j'écris ces lignes). Ici, comme nous parlons d'États, nous considérerons les 51 États qui forment les USA, ce sont là le tiers des étoiles du ciel. Nous constatons, il est vrai, que 51 ne font pas le tiers de 192. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Retirons donc certaines nations qui viennent d'adhérer. Nous retrouvons 37 nations qui ont un point commun. Elles y sont arrivées à partir de 1990. C'est-à-dire après 1989. Avec cette hypothèse, nous avons 192–37=155 pays (155 pays en 1989). Ce qui donne bien 155 / 3 = 51 et il en reste 2. Sur la base de ce calcul nous pouvons affirmer qu'en 1989 le nombre des États (étoiles) qui forment les USA, est le tiers, à deux points près, du nombre des États inscrits à l'ONU (le ciel). Conservons ce chiffre ''2'', reste de la division, que certainement le SEIGNEUR DIEU nous aidera à expliciter très prochainement. Sachez seulement que c'est ce chiffre qui cache comment se tint en embuscade "le grand dragon devant la femme qui allait enfanter".[6]


Continuons d'être patients et attentifs et résumons-nous pour conclure partiellement que c'est en 1989 que «le grand dragon rouge (les USA) se tint devant la femme (la Côte d'Ivoire) dans les douleurs du travail, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté».

Ces déductions appellent les deux questions suivantes : comment les USA (le dragon) se tinrent-ils devant la Côte d'Ivoire (la femme) ? Et quel était cet enfant à naitre ? -A la lumière de ce que nous vivons, émettons deux hypothèses que nous essaierons de vérifier au fil de notre analyse.


En premier lieu, l'acharnement subit des USA contre la CI, et la date d'irruption (1989) de Ouattara sur la scène politique ivoirienne, portent à croire que c'est bien lui qui est chargé de dévorer l'enfant. D'autant plus que de mémoire d'Ivoirien, les actes et déclarations hostiles des USA à l'égard de notre pays n'ont à chaque moment été enregistrés que pendant les actions néfastes de Ouattara et compagnie.

Que l'on se rappelle les déclarations malencontreuses des USA, en 2000, que l'ambassadeur Aubrey Hooke fut chargé de gommer par son approche plus que diplomatique. Ce dernier, réussit tant et si bien que tous crurent que les USA étaient de nos amis. Ce qui a fait qu'en 2004, certains ont prié et invité les États Unis à nous délivrer de la France. Misère !


Dans un deuxième lieu, si nous considérons l'année 1989 comme l'année de départ de toute cette cabale diabolique et Ouattara comme la sentinelle ou l'ogre chargé de dévorer l'enfant à naitre, nous arrivons inévitablement à 1990 où deux faits majeurs, qui, par leur nouveauté, peuvent être assimilés à des enfants. Ce sont la réinstauration de la démocratie en Côte d'Ivoire et la consécration de L. GBAGBO comme premier et unique candidat à s'être présenté à une élection présidentielle contre FH BOIGNY depuis l'indépendance de ce pays. C'est la présentation au grand jour, de manière officielle du plus grand leader politique ivoirien après FHB.

Alors, Ouattara, devait-il dévorer la démocratie ? Ou, était-ce L. GBAGBO sa cible ?


Pour le moment, pour ceux qui auraient encore des doutes sur l'identité du grand dragon rouge et afin que vous gardiez en esprit que nous ne nous perdons pas, observons la carte de l'Amérique du nord (l'Alaska est la tête du grand dragon).




Le grand dragon
 

Que DIEU vous bénisse.

A. NEBELE Sanseu Épiphanie



04/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres