LGESTSEIGNEUR

28- AUTRES PREUVES DE LA PRESENCE DE DIEU EN CI - 3

Le président HOUPHOUËT réhabilité [1-2]


Intéressons nous, à nouveau, strictement à l'envoyé du SEIGNEUR, que fut le Président Félix HOUPHOUËT BOIGNY et tentons de retrouver les signes concrets de Notre DIEU dans ses œuvres.

 

C'est à dessein que j'utilise le terme ''réhabilité''. Car, tout a été tenté pour faire accepter le monstre du Golf. C'était le premier ministre d'HOUPHOUËT. Les médias le présentaient comme «celui qu'HOUPHOUËT a fait venir pour redresser l'économie du pays». C'est le «messie» pour sauver la Côte d'Ivoire et HOUPHOUËT de la banqueroute. De matraquages en matraquages, tous ceux qui aimaient le Président FHB, et qui pensaient lui assurer ainsi une sortie honorable, se dirent que celui qui n'aimait pas Ouattara, n'aimait pas HOUPHOUËT. Une association dangereuse qui fit se ruer tous les adeptes d'HOUPHOUËT derrière Ouattara. C'est seulement le 7 décembre 1993 que beaucoup d'entre nous se réveillèrent après la tentative de confiscation du pouvoir par la bête. Et depuis, nous n'avons plus retrouvé le repos. Nous vivons de menaces et d'attaques, d'injures et d'accusations calomnieuses.

 

Alors, c'est tout naturellement que les ivoiriens ne mirent pas longtemps à trouver leur bouc émissaire en la personne de FH BOIGNY. Pour nous, toutefois que nous avions à subir la méchanceté de Ouattara, le seul responsable, c'est celui qui nous l'a fait venir, c'est HOUPHOUËT. On l'accusa de tout. Pour nous, cet acte était le signe de son égoïsme. Il n'avait pensé qu'à lui, disait-on. On le traita de voleur, de vendu à la France puis de Franc-maçon et de pion de la ''françafrique''. Accusations que les français et occidentaux eux-mêmes n'ont jamais pu prouver, ni soutenir, sinon que des allusions à sa personne dans leurs documentaires, pour toujours nous suggérer de continuer à le diaboliser. Créant ce sentiment, en nous, d'amour mitigé pour notre honorable patriarche.

 

Aujourd'hui, la Vérité se fait jour petit à petit dans nos esprits. Nous savons, et ils le savent avant nous, que Ouattara lui fut imposé par ceux qui sont ses soutiens actuellement. Nous savons que de vendu à la France, il n'en était rien. Plutôt que de faire signer des contrats de pillage de nos ressources minières, il préféra développer l'agriculture pour ne pas leur brader nos richesses du sous sol. Leur servant ainsi, «un peu» de nos revenus par ce biais pour contenir leur appétit vorace et les détourner du sous sol. Cela relevait de la prouesse et du génie. Evidemment, et là, j'extrapole un peu, un tel projet ne pouvait pas être compris par les panafricanistes, qui d'ailleurs, pour une large part, ne l'avaient pas suivi dit-on dans son chronogramme pour les indépendances. Il préféra faire cavalier seul. Et quand il prononça cette phrase : «La Côte d'Ivoire ne sera pas la vache à lait des autres nations», les Africains crurent que c'étaient eux, les «autres nations». Ce fut une levée de boucliers, les protestations fusèrent de partout. Serein comme un homme ne peut l'être, il continua sa route, pour accomplir sa mission, à lui, confiée par DIEU le PÈRE. Aujourd'hui, nous savons, de tous les panafricanistes, qui a créé le laboratoire de la «nation africaine» chez lui, et qui a voulu y mettre fin par les cartes de séjour. Comme DIEU l'a voulu, il a laissé la Côte d'Ivoire ouverte et cela, personne n'y pourra jamais rien. «J'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer» dit le SEIGNEUR (Révélation 3.8).

 

Laurent GBAGBO ne fit rien d'autre que d'appliquer la Parole en naturalisant massivement les étrangers qui le voulaient depuis qu'il fut au pouvoir. Quelques illuminés accusèrent aussi HOUPHOUËT d'être Franc-maçon et d'avoir fondé la Côte d'Ivoire sur des bases maçonniques. Voyons ! Ouvrons les yeux. Quelle est l'argumentation solide qui a pu étayer cela ? Quel documentaire français sérieux a pu le prouver ? (puisque c'est eux qui fondent nos opinions). Pourquoi le protégeraient-ils jusqu'à présent ? Eux qui sont prêts, sous des airs d'honnêteté feinte, à se déculotter pour la moindre peccadille. Faut-il parler de ses prétendus vols ?

 

Drôle de voleur que celui-là ! A-t-on jamais vu un voleur rassasié, même pour sa descendance ? Or HOUPHOUËT BOIGNY lega tout à la Côte d'Ivoire : plantations, palais à Abidjan et à Yamoussoukro, Basilique, Cathédrale etc.… A propos, je voudrais vous inviter à bien observer cet édifice (la Cathédrale SAINT PAUL du Plateau). Vous verrez par sa façade la plus exposée à la vue, deux 7 géants se tournant le dos avec une colonne plus grande les surplombant. Ces deux 7, sont les signes visibles que DIEU a toujours été là, auprès de nous. Et c'est Félix HOUPHOUËT BOIGNY, l'envoyé de DIEU, que nous n'avons pas reconnu, qui les a discrètement plantés là. Par sa grâce, le SEIGNEUR nous laisse découvrir certains signes cachés dans la vie du PRESIDENT. Mais avant, expliquons cette célèbre boutade «la Côte d'Ivoire ne sera pas la vache à lait des autres nations».

 

Cette phrase a été prononcée dans le contexte, sachons le, d'un projet de création d'une fédération des nations africaines. Idée très noble et très attrayante à première vue. Elle nous aurait rendus très forts (?) et très puissants (?) pour rivaliser avec les autres nations du monde dans une compétition que nous croyions équitable. Mais lui savait que l'on nous poussait à nous dessaisir du peu de souveraineté que nous conféraient les indépendances et de fait à nous faire perdre tout contrôle sur nos ressources. Car dans une fédération ou une confédération ce sont les instances communautaires qui auraient décidé de la politique économique, de la politique d'exploitation de nos ressources, de la marche à suivre tout simplement. Qu'auraient fait alors des dirigeants d'une entité communautaire qui n'auraient eut aucun contrôle sur le système mondial verrouillé par des institutions à la solde de ceux qui les ont créées ? De quel poids aurions-nous pesé nous ivoiriens sur les décisions à prendre dans ces instances fédérales, nous qui n'étions qu'un tout petit peuple (et nous le sommes encore) ? Quel contrôle aurions-nous pu avoir sur l'exploitation de nos ressources qui auraient été massivement bradés pour la richesse de ceux qui restaient nos maitres ?

 

Hypocritement certains me répondent qu'on ne le saura jamais. Si, on le sait. L'UEMOA n'est-elle pas là pour nous montrer à petite échelle ce qu'aurait été une confédération plus grande ? C'est par bloc entier que nous nous serions livrés, si une confédération avait vu le jour au lendemain des indépendances. L'exemple de l'OUA, aujourd'hui UA, nous montre que c'est à Washington, à Londres ou à Paris que l'on aurait décidé pour toujours de la quantité de pétrole, d'uranium, d'or ou de diamants à mettre sur le marché à l'échelle du continent. L'exemple de l'UA est là, doublé de ces présidents de nos républiques qui n'ont d'autres projets pour leur pays que leur prétention à se perpétuer au pouvoir pour se remplir les poches, pour nous signifier que nous n'aurions fait qu'une collecte plus importante d'un seul tenant pour les caisses de l'Europe si nous nous étions engagés dans une confédération. Ces exemples sont là pour nous montrer que des fonctionnaires africains qu'on dit internationaux, et qui ont vite fait d'oublier à quel prix nos parents ont acquis notre liberté, sont capables de voir la spoliation, le vol de nos ressources et de s'en accommoder pour ne protéger que leur fortune personnelle. Chez nous, Bédié, Ouattara, Banny n'en sont-ils pas des exemples ? Après leur séjour dans les instances internationales, l'un d'eux est-il venu dénoncer quoi que ce soit. Des Ouattara et Bédié transfuges des organisations internationales, tous les pays africains en comptent. 

 

Nos politiques étrangères et nos politiques économiques ne sont-elles pas décidées et dictées par l'Occident ? - Cela, HOUPHOUËT le savait, il savait mieux que quiconque que nos ressources ne nous seraient pas revenues. Il savait que ce que nos ''maitres'' accepteraient de nous reverser ne serait qu'une infime partie de nos revenus réels, la meilleure partie leur revenant.

 

Alors, imaginez. Imaginez que, rien qu'avec l'agriculture comme moteur de notre économie, de nombreux spécialistes s'accordent que la part de la Côte d'Ivoire avoisine les 40% dans l'UEMOA et la BCEAO, et imaginez ce que récoltent la France et l'UE sur cette part et vous saurez ce que nous aurions perdu en quarante ou cinquante ans si nous avions abandonné notre souveraineté à une confédération quelconque qui nous aurait trainé à pas forcés vers une politique d'exploitation sauvage de nos ressources. Il savait et il refusa que la Côte d'Ivoire soit la vache à lait de nos exploiteurs. C'est pour ne pas les mécontenter et entrainer sur nous leur courroux que DIEU lui donna ce pouvoir de réussir à tout faire germer. C'est lui qui impulsa la politique agricole. L'intérêt que les ivoiriens ont pour la culture du cacao, du café, de l'ananas etc. vient de lui. Les recettes ainsi engrangées de l'agriculture ont permis de contenter nos pilleurs et de détourner leur voracité vers le sous-sol d'autres contrées.

 

S'il savait pourquoi alors, a-t-il permis que l'on nous volât tout ce temps ? Pourquoi ne s'y est-il pas opposé ?

 

C'est ici qu'intervient une fois de plus la dimension spirituelle et divine de l'homme HOUPHOUËT. Il savait mais il ne pouvait rien d'autres que ce qui lui était permis. N'a-t-il pas en son temps dans les années trente (30) lancé on nous a trop volé ? Cette lutte n'a-t-elle pas aboutit plus tard à une meilleure rémunération des planteurs africains pour leurs productions et à la création du Syndicat Agricole Africain ? N'est-il pas allé séjourné au cœur de leur pouvoir pour l'amener en tant que député puis membre de leur gouvernement à le faire plier pour améliorer certains des droits des africains ? Cela faisait partie de sa mission car dit son Ange : « Il (l'ETERNEL des Armées) m'a envoyé vers les nations qui vous ont dépouillés; car celui qui vous touche touche la prunelle de son oeil. »  Pour le reste, il ne devait rien tenter d'autre. Ce n'était pas son combat à lui et il le disait : « la libération économique, c'est nos enfants qui la feront ».

 

BOI-GNY avait donc de ses puissantes cornes fait de la place. Il apprêtait le terrain  pour le Lion qui sortait de sa tanière. Il obéissait de fait à un décret divin sur notre peuple, lequel décret nous assignait à l'asservissement à l'Europe pendant soixante dix ans encore, pour laisser expier tous les péchés.  lisez : «L'Éternel vous a envoyé tous ses serviteurs, les prophètes, il les a envoyés dès le matin; et vous n'avez pas écouté, vous n'avez pas prêté l'oreille pour écouter. 25.5 Ils ont dit: Revenez chacun de votre mauvaise voie et de la méchanceté de vos actions, et vous resterez dans le pays que j'ai donné à vous et à vos pères, d'éternité en éternité; 25.6 n'allez pas après d'autres dieux, pour les servir et pour vous prosterner devant eux, ne m'irritez pas par l'ouvrage de vos mains, et je ne vous ferai aucun mal. 25.7 Mais vous ne m'avez pas écouté, dit l'Éternel, afin de m'irriter par l'ouvrage de vos mains, pour votre malheur. 25.8 C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel des armées: Parce que vous n'avez point écouté mes paroles, 25.9 J'enverrai chercher tous les peuples du septentrion, dit l'Éternel, et J'enverrai auprès de Nabuchodonosor, roi de Babylone, mon serviteur; Je le ferai venir contre ce pays et contre ses habitants, et contre toutes ces nations à l'entour, afin de les dévouer par interdit, et d'en faire un objet de désolation et de moquerie, des ruines éternelles. 25.10 Je ferai cesser parmi eux les cris de réjouissance et les cris d'allégresse, les chants du fiancé et les chants de la fiancée, le bruit de la meule et la lumière de la lampe. 25.11 Tout ce pays deviendra une ruine, un désert, et ces nations seront asservies au roi de Babylone pendant soixante-dix ans. 25.12 Mais lorsque ces soixantes dix ans seront accomplis, Je châtierai le roi de Babylone et cette nation, dit l'ÉTERNEL, à cause de leurs iniquités ; Je punirai le pays des Chaldéens, et J'en ferai des ruines éternelles». «27.5 C'est Moi qui ai fait la terre, les hommes et les animaux qui sont sur la terre, par Ma grande puissance et par Mon bras étendu, et Je donne la terre à qui cela me plaît. 27.6 Maintenant Je livre tous ces pays entre les mains de Nabuchodonosor, roi de Babylone, Mon serviteur; Je lui donne aussi les animaux des champs, pour qu'ils lui soient assujettis. 27.7 Toutes les nations lui seront soumises, à lui, à son fils, et au fils de son fils, jusqu'à ce que le temps de son pays arrive, et que des nations puissantes et de grands rois l'asservissent. 27.8 Si une nation, si un royaume ne se soumet pas à lui, à Nabuchodonosor, roi de Babylone, et ne livre pas son cou au joug du roi de Babylone, Je châtierai cette nation par l'épée, par la famine et par la peste, dit l'Éternel, jusqu'à ce que Je l'aie anéantie par sa main.

 

27.9 Et vous, n'écoutez pas vos prophètes, vos devins, vos songeurs, vos astrologues, vos magiciens, qui vous disent: Vous ne serez point asservis au roi de Babylone! 27.10 Car c'est le mensonge qu'ils vous prophétisent, afin que vous soyez éloignés de votre pays, afin que je vous chasse et que vous périssiez. 27.11 Mais la nation qui pliera son cou sous le joug du roi de Babylone, et qui lui sera soumise, Je la laisserai dans son pays, dit l'Éternel, pour qu'elle le cultive et qu'elle y demeure». (Jérémie)

 

Ce que Jérémie dit ici ne concerne pas que la génération qui vivait au temps de Nabuchodonosor. La sentence concerne toutes les générations (à lui, à son fils, et au fils de son fils) qui vont se suivre jusqu'à la fin du temps des nations que nous vivons maintenant et les soixante-dix ans évoquées sont les mêmes que ceux révélés par le prophète Daniel.  

 

Vous avez bien lu, nous sommes fautifs envers notre DIEU d'avoir suivi d'autres dieux. Nous sommes fautifs de nous être prosternés devant d'autres divinités. Nous étions punis pour n'avoir pas écouté, depuis nos ancêtres, les prophètes qu'Il nous envoyait pour nous ramener de nos mauvaises voies. Cette période de soixante-dix ans verrouillée sur nous porte le sceau de DIEU, le Puissant de l'univers. Elle correspond à la période du l'exploitation de l'Afrique qui a succédé à la deuxième guerre mondiale. Elle part donc de 1945 (inclus) à 2014. [25]

 

Oui ! A tous nos voisins, c'est-à-dire à l'Afrique, je vous l'apprends, vous avez été colonisé parce que vous êtes nos voisins et cela vous n'y pouviez rien. Nous non plus d'ailleurs. Le SEIGNEUR l'avait décidé ainsi et personne ne pouvait s'y opposé ; car à ces descendants de Nabuchodonosor, l'ÉTERNEL leur soumit même les bêtes sauvages. (C'est fort de cela que les européens domptent les animaux mêmes les plus féroces).

 

C'est donc instruit de la sentence qui pesait sur nous que notre HOUPHOUËT luttait. Mais il savait s'arrêter à temps pour contourner les difficultés. Il était communiste et quand il sentit ce que cela risquait de nous coûter, il eut ce qu'ils ont appelé le ''dés-apparentement''. Il se construisit une politique qu'il qualifia lui-même de pragmatique. Tous ses contemporains qui ne comprirent pas cela périrent. Car, « Si une nation, si un royaume ne se soumet pas à lui, à Nabuchodonosor, roi de Babylone, et ne livre pas son cou au joug du roi de Babylone, Je châtierai cette nation par l'épée, par la famine et par la peste, dit l'Éternel, jusqu'à ce que Je l'aie anéantie par sa main » a dit le SEIGNEUR.

 

On l'accusa d'être de connivence avec l'ennemi pour éliminer tous ceux, de ces jeunes fougueux qui arrivaient et qui rêvaient de changer le monde avec des slogans. Comme s'il n'avait déjà pas trop à faire avec les œuvres de son DIEU. Les pays qui se sont opposés frontalement à la colonisation et plus tard au diktat des européens connurent leurs lots de désolations que nous décrit le verset 27.8 de Jérémie ; ce sont l'Ethiopie (qui n'a pas connu de colonisation), le Soudan et autres où sévissent famines et guerres depuis des années jusqu'à ce jour. Toutes les autres nations de l'Afrique qui voulurent se rebeller de ce joug connurent des troubles jusqu'à ce que les souverains acceptent de composer avec la puissance coloniale. La Côte d'Ivoire dont le Président HOUPHOUËT connaissait les enjeux de cette période de notre histoire, est représentée dans le verset 27.11. Cette sentence, Laurent GBAGBO en est instruit, c'est pourquoi, il accepta de leur attribuer tous les contrats qu'ils convoitaient. Mais eux en voulaient toujours plus. Ils voulaient tout et pour longtemps encore. Et pour cela il recherchait à le contrôler. Or l'homme est honnête et incorruptible et Lui connait les échéances. Peut-Il signer n'importe quoi sachant que les soixante-dix ans sont à leur terme en 2014 ? Plutôt le tuer que de Lui demander de désobéir à l'ÉTERNEL. Car notre DIEU a dit : «vous ne retournerez pas par ce chemin là». Voici donc notre faute. Voici la raison de la cabale présente contre Laurent GBAGBO.

 

Mais qu'ils le veuillent ou non, l'heure est venue maintenant, de briser le joug qui pesait sur nous. Celui qui avait décidé du joug et déterminé sa durée y mettra fin. Et, c'est en présage à ce moment de notre histoire, c'est en vue de ces batailles qui doivent connaitre notre victoire, celle de notre DIEU, que nous est né le Garçon (l'enfant mâle) en 1945. C'est Lui le prêtre qui doit régner pour établir la Justice éternelle.

 

C'est ''Comment Comment'', le SEIGNEUR fera de Ses ennemis Son marchepied et Laurent GBAGBO occupera pour toujours le TRÔNE pour la gloire de l'ÉTERNEL notre PÈRE.

 

«En ce jour-là, dit l'Éternel des armées, Je briserai son joug de dessus ton cou, Je romprai tes liens, et des étrangers ne t'assujettiront plus. Ils serviront l'Éternel, leur Dieu, et David, leur roi, que Je leur susciterai.» (Jérémie 30.8-9)

 

Et nous, nous disons, nous sommes prêts SEIGNEUR notre DIEU, derrière Laurent GBAGBO notre roi que tu nous as désigné, à te servir et à te louer pour toujours et à jamais. 

 

Suite [4]

 

Que DIEU vous bénisse mes frères.

  A. NEBELE Sanseu Épiphanie



07/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres