LGESTSEIGNEUR

QUEL EST LE PROFIL DU CHRIST DE LA FIN DES TEMPS ?

Qui reconnaitrait le Seigneur Jésus Christ s'il nous apparaissait aujourd'hui ?

 

Avec cette interrogation, discutons d'un aspect très important de la fin de cette génération. Il s'agit de faire abstraction de tout ce que nous savons ou croyons savoir déjà du Christ et de voir le plus objectivement possible, comment reconnaitre le Seigneur à sa venue. Car si une abondante littérature nous enseigne et nous renseigne afin que nous reconnaissions les signes de la fin, des idées reçues, en revanche, peuvent nous faire passer à côté de notre Christ et être la cause de notre perte. Il s'agit donc ici de savoir quels seront les habits du Christ quand le SEIGNEUR DIEU nous l'enverra au temps de la fin pour prendre la tête de son troupeau.

 

  • Le Christ avant d'être couronné roi des nations

 

«5.5 Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. 5.6 Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre

 

Voici le Christ tel que nous le présente Jean dans ses révélations. C'est l'agneau immolé désigné pour ouvrir les sept sceaux. Lui seul a vaincu pour ouvrir le livre et le regarder y lire les critères pour sélectionner six individus particuliers.

 

«5.7 Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. » (…)

«6.1 Je regardai, quand l'agneau ouvrit un des sept sceaux, …  il ouvrit le sixième sceau...»

 

Les six premiers sceaux qu'ouvre l'agneau provoquent des phénomènes qui, en réalité font découvrir six personnages.

 

- Le premier porte les instruments du pouvoir. A celui-là, la Parole dit qu'on lui offrit le pouvoir. Mais pour cette fin, il sera utilisé pour la conquête du trône.

 

- Le second est le symbole de la désunion et de la fracture au sein de la population.

- Le troisième incarne la justice. Il est utilisé pour la fouler au pied. C'est lui qui est utilisé pour cautionner l'iniquité afin que ceux qui n'ont pas reçu l'esprit de vérité et qui prennent plaisir à l'injustice périssent.

 

- Le quatrième livre les siens à l'horreur. Il cautionne la soumission d'une partie du peuple (le quart de la terre) à diverses atrocités, dont la mort par quatre fléaux : armes, famine, bêtes sauvages et mortalité due aux maladies, au stress, à des crises cardiaques.

 

- Le cinquième incarne le meurtre, la persécution, la tribulation du peuple de DIEU : civile comme militaire. Par lui, sont couchés tous les enfants d'Israël (l'autel) massacrés à cause du nom de l'agneau.

 

- Le sixième cache un acte ignoble dont personne n'est fier (tous se cachent). C'est le meurtre des nouveaux nés (étoiles du ciel, figues vertes) par suite de pollution ou de toute autre catastrophe de ce genre causée par des hommes (la lune comme du sang).

 

Ces six personnes sont unies et marchent ensemble au moment de l'avènement du Christ. Et puisqu'il n'y a aucun doute que le Christ (avec son nom nouveau bien sûr), vient lutter avec son peuple pour la libération des enfants d'Israël, c'est que c'est certain, ces six hommes lui seront opposés. C'est donc là l'un des éléments pour reconnaitre notre SEIGNEUR à sa venue.

 

Premier critère donc pour reconnaitre le Christ quand il viendra : il y aura, forcément dans sa nation, six personnes qui répondront à ces six signalements énoncés à l'ouverture des six sceaux. (Apocalypse 6) []

 

Ces six, ce sont eux qui sont convoqués par l'ÉTERNEL au temps de la fin, à l'heure du châtiment de la nation su peuple de DIEU. C'est l'agneau qui les même à DIEU, selon qu'il est écrit : «9.1 Puis Il (l'ÉTERNEL) cria d'une voix forte à mes oreilles : Approchez, vous qui devez châtier la ville, chacun son instrument de destruction à la main ! 9.2 Et voici, six hommes arrivèrent par le chemin de la porte supérieure du côté du septentrion, chacun son instrument de destruction à la main. Il y avait au milieu d'eux un homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. Ils vinrent se placer près de l'autel d'airain. 9.3 La gloire du DIEU d'Israël s'éleva du chérubin sur lequel elle était, et se dirigea vers le seuil de la maison; et Il appela l'homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. 9.4 L'ÉTERNEL lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s'y commettent. 9.5 Et, à mes oreilles, Il dit aux autres : Passez après lui dans la ville, et frappez ; que votre œil soit sans pitié, et n'ayez point de miséricorde ! (…) 9.11 Et voici, l'homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture, rendit cette réponse : J'ai fait ce que tu m'as ordonné  (Ézéchiel 9.1-11)

 

Ces six hommes, dont l'avènement sur la scène n'a pu être provoqué que par l'agneau, seront dans une coalition pour s'attaquer au peuple d'Israël. Chacun avec les pouvoirs (les instruments) qui sont les siens, causera la ruine de la nation. Mais comme chacun le voit, c'est à cause de la colère de DIEU que cela leur est permis. L'ÉTERNEL les convoqua et c'est l'agneau (au milieu d'eux,  l'homme vêtu de lin) qui les conduit à DIEU.

 

Que nous renseigne ce passage d'Ézéchiel sur l'agneau ? Car il s'agit bien de l'agneau cet homme vêtu de lin blanc.

 

Ce qui fonde à l'affirmer, outre qu'il conduit les six hommes à DIEU, c'est le fait qu'à lui l'ÉTERNEL remet Son Sceau pour marquer ceux qui soupirent dans le pays à cause de l'injustice et du péché. Ce sceau, celui de DIEU, nul autre que le Christ ne pourrait le porter et s'en servir. Car c'est lui et lui seul qui a les «sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de DIEU envoyés par toute la terre». (Apocalypse 5.6) C'est ce qui Lui permet de voir et de marquer ceux qui soupirent et de les distinguer du reste du peuple qui lui, sera exposé au massacre.

 

C'est un homme pur. Sans péché. Ce que symbolise le lin blanc. Il faudra à ce niveau faire attention de ne pas juger. Car seul le SEIGNEUR juge. Vous pourriez condamner le Christ par ignorance encore une fois et vous en éloigner. Ne jugez donc pas sur la base de rumeurs ou de choses qui ne sont pas avérées. Cela est très important comme l'a dit le Seigneur Jésus Christ lui-même : «Ne jugez pas selon l'apparence, mais jugez selon la justice.» (Jean 7.24)

 

Ne jugez donc pas, puisque vous n'êtes pas juges. Mis à part cela, la Parole nous apprend que l'homme vêtu de lin porte une écritoire (de scribe selon la TOB) à la ceinture. Et c'est là ce qui doit nous intéresser, car cela peut être visible de tous et constaté de tous. Comment ?

 

Les dictionnaires à notre disposition, et ce que nous avons appris à l'école, nous disent que les scribes, ce sont dans l'antiquité ceux qui rédigeaient et écrivaient les textes, ce sont des docteurs qui enseignaient parce que sachant lire et écrire les textes anciens de la loi dans le peuple juif.

En faisant voir l'agneau dans des habits de scribes au temps de la fin, l'ÉTERNEL  nous révèle trois aptitudes de son Oint au moment de sa venue. Elles sont liées à cette fonction.

 

- L'agneau étant un scribe, il étudie les textes anciens de la loi. C'est ce qu'aujourd'hui nous appelons faire de l'histoire. Car connaitre les textes de la loi de Moïse se résume à connaitre l'origine du peuple pour connaitre le pourquoi des dispositions prises dans la loi. C'est donc, dire que l'agneau, le Christ, nous apparaitrait comme un historien si nous devions l'identifier aujourd'hui.

 

- Si celui qui vient au nom du Seigneur est un scribe, c'est qu'il écrit des textes. Cette aptitude est liée à la première. C'est donc qu'en plus d'être historien, cet homme produirait des écrits. Le Christ nous apparaitrait aujourd'hui comme un écrivain.

 

- La troisième et dernière aptitude du scribe, c'est qu'il est docteur de la loi et qu'il enseigne cette connaissance. Ce qui signifie que l'enseignement serait l'une des aptitudes du Seigneur Jésus Christ s'il devait nous apparaitre aujourd'hui en cette année 2012.

 

Il résulte de ce qui précède un deuxième critère pour reconnaitre le Christ : l'agneau apparaitrait avec les qualifications d'historien, d'enseignant et d'écrivain.

 

En clair, nulle autre personne ne pourra se prévaloir du titre de CHRIST de notre DIEU s'il n'est historien, enseignant et écrivain et s'il ne réunit dans sa nation, contre sa personne, six adversaires de son peuple répondant aux signalements donnés dans le chapitre 6 du livre des Révélations.

Ce qui veut dire que nous devons bien observer avant de nous émouvoir quand on nous annoncera que le CHRIST est par ici ou par-là. Cela veut aussi dire que nous disposons d'outils d'analyse avant de crier à l'imposteur et au fou lorsqu'on nous annoncera la nouvelle.

 

  • Le CHRIST roi d'Israël

 

Puisque le Christ est d'abord roi d'Israël, est-il possible qu'il soit un politicien ? Autrement dit, sera-t-il opportun de rechercher le Christ parmi les politiciens ?

 

«17.14 Lorsque tu seras entré dans le pays que l'ÉTERNEL, ton DIEU, te donne, lorsque tu le posséderas, que tu y auras établi ta demeure, et que tu diras : Je veux mettre un roi sur moi, comme toutes les nations qui m'entourent… » (Deutéronome 17.14)

 

Ainsi débute l'une des instructions de DIEU à son peuple par Moïse Son serviteur pour le temps où le peuple d'Israël serait définitivement fixé sur son territoire. La Parole dit : «…un roi…, comme toutes les nations qui m'entourent». Cette Parole suppose qu'Israël serait au milieu d'autres nations et qu'Israël voudra se procurer un roi selon le mode de désignation des nations environnantes.

Cela nous met en face de deux cas de figures. Soit Israël est dans un environnement de nations où seule règne la royauté (monarchie). Dans ce cas, Israël n'a pas besoin de faire comme les autres nations car depuis l'antiquité ce sont des familles qui ont régné sur cette nation, ce ne serait donc qu'une continuité. Ou alors, Israël se retrouve dans un environnement qui est en rupture avec ses anciennes pratiques du temps de ses ancêtres. Ce qui justifierait la précision «un roi…, comme toutes les nations qui m'entourent».

 

Or quel est le mode de désignation de «roi» par le peuple, en dehors de la monarchie, si ce n'est la démocratie par le suffrage universel ?

 

Tout donc porte à convaincre que le peuple d'Israël, s'il devait recevoir Jésus CHRIST aujourd'hui, serait sous le coup d'un régime démocratique et obéirait à un mode de désignation de son roi par suffrage universel.

Indubitablement c'est dire que Jésus Christ qui vient avec son nom nouveau pour être couronné roi des nations par le Père Saint, sera d'abord soumis au suffrage de ses frères de la nation d'Israël dont il prendra la tête pour combattre les ennemis de son peuple avant d'être reconnu comme tel. C'est surtout admettre une bonne fois pour toute que le Christ ne nous apparaitra pas comme un moine prêchant la bonne nouvelle (ce qu'il a déjà fait), mais bien comme un politicien accompli, rompu aux joutes, capable de déjouer les plans les plus diaboliques de l'ennemi pour se hisser à la tête de son peuple pour être à la pointe du combat contre la bête, le faux prophète et Satan.

 

Mais, une fois Jésus CHRIST devenu chef, roi (ou Président) de la nation d'Israël, voici ce à quoi il sera confronté :

 

- Il faudra qu'il ait réussi à se mettre à dos, le monde entier ou ce qu'on appelle la communauté internationale avec à sa tête tout ce que le monde compte de grands dirigeants (les tyrans de ce monde). Il devra faire face, avec les siens, à la calomnie et à des accusations mensongères. C'est pourquoi leur victoire révèlera les responsables de ces mensonges (« car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre DIEU jour et nuit.»)

 

- En face de Celui que nous aurons à identifier comme le Christ de notre DIEU, il faudra qu'il y ait quelqu'un qui lui soit opposé frontalement. Ce dernier imposera à la nation du Christ à le préférer au Seigneur.

La terre entière, d'une manière ou d'une autre, aura à se prononcer. Car l'affaire aura un tel retentissement médiatique que «tout œil le verra». Cet opposant au Christ, c'est l'Antéchrist ou Antichrist. C'est lui la bête

 

- Cet Antichrist (la bête) devra battre le Christ et son peuple à la guerre (il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre) avec l'appui de l'homme le plus puissant et le plus aimé de toute la terre (le dragon, le serpent ancien,  celui qui séduit toute la terre) faisant office de Satan ou du Diable. Celui-ci mettra tout son pouvoir et la puissance dont-il dispose sur le monde (Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité) à la disposition de l'Antéchrist (ou la bête) pour arriver à ses fins.

Le trône de Satan serait une organisation ou un mécanisme qui lui permettra d'exercer son autorité sur le monde entier. C'est par ce mécanisme que son autorité sera transférée à la bête pendant sa guerre contre le Christ et son peuple. «Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation».

 

- Dans cette entreprise, l'Antéchrist disposera d'un propagandiste de choix qui, lui, s'engagera directement dans la bataille pour réaliser des prodiges au profit de la bête. C'est le faux prophète. Les hauts faits de ce faux prophète sont :

 

1- mitrailler le peuple du Christ à partir d'hélico ou d'avion lorsque celui-ci est rassemblé (faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes) ;

2- créer chaine audio visuelle pour la diffusion de l'image (faire une image à la bête) et des discours de l'Antéchrist pendant la guerre qui l'opposera au Christ (il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât) ;

3- aider au génocide du peuple de DIEU (…elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués).

 

Tel est, cher frère, très succinctement, parce qu'il reste encore beaucoup à dire, le calque ou le profil qu'il nous faudra poser sur la moitié des sept milliard que nous sommes (puisqu'il ne peut être une femme) pour voir lequel, des hommes de la terre, répond au signalement.

Évidemment, le champ d'investigation se réduira considérablement quand nous seront d'accord sur la région et le peuple dans lequel il apparaitra. Comme on le voit, si Jésus était déjà venu, nous sommes nombreux, nous qui l'aurions dépassé sans nous retourner, à cause de nos jugements erronés et de nos idées préconçues. Et même, s'il apparaissait aujourd'hui, nombreux sont ceux qui auraient laissé filer le train du Christ, convaincus que le bon est encore à venir, à cause de ce que chacun de nous ne prend pas le temps, lui-même avec son intelligence, de se construire la vérité, mais se laisse conduire par ce qui est répandu.

 

«Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.» (Matthieu 24.32-33)

 

Que DIEU, le très Saint, vous bénisse.

 

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie


16/06/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres