LGESTSEIGNEUR

LE JUBILE, LE SENS DE NOTRE LUTTE

Lévitique 25.10-13

 

25.10 Et vous sanctifierez la cinquantième année, vous publierez la liberté dans le pays pour tous ses habitants: ce sera pour vous le jubilé; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans sa famille.

25.11 La cinquantième année sera pour vous le jubilé: vous ne sèmerez point, vous ne moissonnerez point ce que les champs produiront d'eux-mêmes, et vous ne vendangerez point la vigne non taillée.

25.12 Car c'est le jubilé: vous le regarderez comme une chose sainte. Vous mangerez le produit de vos champs.

25.13 Dans cette année de jubilé, chacun de vous retournera dans sa propriété.

 

Oui, il a bien lieu le jubilé pour les indépendances. Évidemment pas là où on l'attendait, pas sur les bords de la Seine, dans le faste de l'oppresseur entouré des enfants indignes de la terre, traitres à la mère patrie.

 

Il a bien lieu, ici, en Afrique, là où nos ancêtres ont perdu la vie, et la dignité d'homme. Là, d'où l'on nous a déporté et humilié pour nous faire perdre la qualité d'homme. Là, où nous avons été pillé et piétiné. Là, sur nos terres. C'est ici que nous devons la fêter, et nous la célébrons cette victoire, en vous criant notre ras le bol.

 

Victoire sur les forces de l'argent et du Mal qui ont engendré l'avilissement de l'homme. Désormais, l'homme n'a de valeur que par ce qu'il vaut et par ce qu'il peut rapporter financièrement. Il est déporté, mis en esclavage, exploité ou tout simplement éliminé quand il fait obstacle à des ambitions de gains, de plus en plus démesurées.

Victoire des plus faibles qui se libèrent enfin du joug de leurs bourreaux.

Victoire du pauvre qui s'émancipe de la fascination qu'exerçaient sur lui le faste et la dépravation.

Victoire tout simplement du Bien sur le Mal.

 

Oui, c'est bien de cela qu'il s'agit. Le combat du Mal contre le Bien, engagé depuis la nuit des temps, atteint ici en Côte d'Ivoire, son point culminant. Cet activisme des forces du Mal qui a emmené les péchés à se multiplier au fil de l'existence humaine jusqu'à gangréner complètement toutes les sociétés, au point de faire croire à l'homme, par ses subtilités, par la fascination qu'elles exercent, que c'est elles qui incarnent les vraies valeurs.

 

Pour réussir, une recette, une seule a été utilisée jusque là et elle s'est révélée imparable. Elle se résume en trois points qui sont les suivants :

 

1- Elles (les forces du Mal) font naître une élite qui exerce la fascination : les USA, l'Occident, les milieux huppés, les groupes d'influence et de pouvoir, les clubs service (lions, jeune chambre, rotary et rose croix, franc maçon etc.). Toutes ces choses dont le clinquant influence et s'impose à la conscience par les médias. Créant ainsi un canon par lequel l'on finit par s'identifier. Elles deviennent la référence qu'il faut suivre et imiter.

 

2- Elles développent ensuite le mal et le vulgarisent, d'abord dans leurs milieux puis dans le monde : l'économie de marché, l'usure, les jeux dans les casinos, la chirurgie plastique, la corruption, l'homosexualité, la pédophilie, l'assassinat politique, l'arme nucléaire et maintenant, les armes «conventionnelles».

 

3- Enfin,  elles le codifient ou le légalisent pour l'imposer à tous.

 

- L'arme nucléaire après avoir été utilisé de manière raciste contre le Japon n'est plus permise, seul un club très fermé de pays a le droit de la posséder (une agence est même créée pour en contrôler la non divulgation. Pauvre Iran !

 

- Ils créent et utilisent les armes de destruction massive (le napalm, les armes chimiques…) contre les peuples opprimés du Vietnam, d'Indochine, du Cameroun, d'Afrique. Puis après, ils inventent le concept « d'armes conventionnelles ». Ces armes sont désormais interdites. Comme pour dire : « nous pouvons les utiliser contre les sous hommes que vous êtes, mais vous n'avez pas, vous, le droit de les produire et de les prendre contre nous, vos maîtres, les êtres supérieurs que nous sommes ».

 

- L'expansion de l'économie de marché. Le capitalisme s'est amplifié, après la naissance du socialisme plus humain. Il s'est mis à cœur de l'étouffer et de le faire mourir. Car, il faut continuer à exploiter l'homme après l'esclavage, il faut perpétuer l'avilissement des plus faibles par tous les moyens, il faut continuer à prospérer sur la ruine des plus pauvres, sur les ruines de la morale. On créé le clinquant et la fascination en face pour attirer et perturber l'autre camp (les deux Corée, les deux Berlin, le Japon et Hong Kong face à la Chine, l'UE et l'OTAN face à l'URSS et à son Traité de Varsovie).  Le Mal remporta la bataille.

 

Ensuite, lorsque le système s'essouffle, on le codifie avec des termes comme «appel d'offre», «mondialisation» et autres, instaurant une pseudo compétition et le cadre de celle-ci pour faire bonne figure. Seulement, en fait de concurrence, elle n'en est pas une. Car, le vainqueur se connait d'avance, c'est lui qui en fixe les règles et le fonctionnement. Tout est déterminé par ses critères et capacités à lui. «Légalement» donc, ils prennent possession de tout, tout en continuant à nous narguer sur notre incapacité à nous développer.

 

- L'usure, ou le vol légalisé : c'est le système bancaire international qui légalise par des contrats, le vol, le pillage des pays maintenus en état de pauvreté. Ils créent des structures écrans pour exécuter ces sales besognes, sans que personne ni aucun État ne puisse être directement accusé. C'est la Banque Mondiale, le FMI, avec des noms pompeux comme institutions de Breton Woods, Club de Paris ou de Londres et, que sais-je encore. Vous y entrés et vous n'en sortez plus, la seule issue qui, inéluctablement s'offre à vous, en temps que pays de cette partie du monde, qu'on finit par vous faire accepter comme, maudite et irrémédiablement perdue, est l'ajustement structurel. C'est-à-dire un abandon de la souveraineté que vous n'avez d'ailleurs jamais eue. Vous savez que vous êtes volés, vous êtes révoltés par des remboursements que vous savez sans fin. Mais vous savez que vous n'y pouvez rien, formaté que vous êtes par cette société qui vous a fait acceptez le principe qu'une banque a toujours raison, dès lors que vous y allez « librement » consentir des emprunts.

 

- L'homosexualité rampante s'est propagée à partir de cercles et sectes fermés dits club service aux pratiques opaques et obscures sous des airs charitables de donateurs très voyants. Toujours pour faire bonne figure et ne pas choquer, pour conserver pour soi l'étique morale, on y pratique en plus, la religion de son choix. Ce sont en réalité des sphères d'amitié et d'influence pour imposer leurs hommes et leurs idées dans toutes les hautes sphères de la société. Ce sont des clubs d'où nait le Mal pour s'introduire sournoisement dans le monde. Ainsi, l'on a d'abord fait accepter la tolérance à l'égard de l'homosexualité dans les plus hautes sphères de la société américaine (l'entretien que subissent les postulants à certains postes de responsabilité dans l'administration américaine en tient compte depuis longtemps déjà). Le mal s'est propagé dans le monde entier, pour atteindre les revendications. Désormais, le mariage leur est autorisé ainsi que la possibilité d'adoption. La loi leur est acquise. La dernière tentative atteint les dégrées les plus inimaginables de l'impudicité : c'est que l'on envisage d'autoriser ouvertement l'homosexualité dans l'armée américaine. Ce qui équivaut à créer des serres de culture de ce mal pour ensuite le déverser dans la société, dans le monde.

 

Expansionnisme, n'est-ce pas ? Oui, en réalité, c'est de cela qu'il s'agit. Mais un expansionnisme d'une autre nature. Pas celui des épopées glorieuses des grands conquérants et fondateurs de grands royaumes et empires où l'on revendiquait les valeurs étiques et humaines que sont le courage, la fidélité, la loyauté, l'amour de l'autre et le don de soi. Mais un expansionnisme nain, de bas étage où se cultivent égoïsme, traitrise, lâcheté et félonie. Un expansionnisme qui érige la dépravation, l'exacerbation de la haine entre frères et le crime crapuleux en moyens. La violence devient désormais, reine.

 

Violence morale, car l'on nous oblige par les médias à adopter de nouvelles valeurs ; violence psychique, car ces mêmes forces, insidieusement obligent à un formatage ; violence physique enfin, par les assassinats et les guerres pour nous imposer leurs visions et nous plier à leur volonté.

 

Leur volonté, c'est la seule qui compte. C'est eux la puissance, c'est eux le pouvoir, c'est donc eux Dieu. Nous ne jurons plus que par l'Europe, par les USA et par l'Occident. Eux-mêmes ne ratent aucune occasion pour rappeler leur prééminence. Ils se sont partagé le monde en zones d'influence où ils font la pluie et le beau temps. Là-bas, DIEU n'existe plus. N'est-ce pas qu'ils y sont des dieux ?

 

Ils se rappellent en effet, que quand ils y sont arrivés, ils ont jeté la Bible pour ramasser les richesses avec avidité. Encore, et encore plus. La sainte Bible fermée, il n'y avait plus que l'arme et la force pour faire la loi dans ces contrées "sauvages". La parole de DIEU fut tellement enfouie qu'on l'oublia sur nos terres. Nous ne remercierons jamais assez nos bourreaux pour cette action. Merci de nous avoir jeté ainsi, dans les bras du vrai DIEU. Celui à qui appartiennent la vraie Puissance, le Véritable ROYAUME, et la vraie GLOIRE.

 

Gloire à toi SEIGNEUR, toi qui nous as évité les tentations de ce monde pour nous réserver les délices de ton Royaume éternel. Gloire à toi ÉTERNEL des armées, toi qui livre pour nous, ce combat pour nous délivrer du joug de l'oppresseur. Gloire à toi SEIGNEUR DIEU TOUT PUISSANT, toi qui nous permets de fêter ce jubilé dans la dignité, et en ton Nom en te louant.

 

Tu as sonné la charge toi-même, l'ennemi tremble et il est aux abois. Bénis soit celui qui vient pour agir au nom du SEIGNEUR.

 

Que tout le monde loue l'ÉTERNEL.


A NEBELE Sanseu Épiphanie


08/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres