LGESTSEIGNEUR

LE CHOIX DU ROI (PRESIDENT) DE NOTRE NATION

Ne vous méprenez pas mes frères, restez fermes. Notre faute n'est certainement pas d'avoir choisi Laurent GBAGBO comme chef. Car en cela nous avons respecté les prescriptions de notre DIEU. Je t'invite à les consulter, toi-même avec moi. Ce thème m'a particulièrement retenu et intéressé parce que ce passage m'est tombé sous les yeux pendant la crise même, au moment où nous étions attaqués de toutes parts et insultés par tous. J'y ai cherché désespérément des motifs de condamnation pour mon peuple afin de justifier nos accusateurs. Je vous le propose afin que chacun s'instruise. Je sais que certains rétorqueront que ce sont de vieilles lois et qu'il faut vivre avec son temps. Comme s'ils avaient pu montrer que leurs lois présentes sont meilleures que celles de Moïse ! A ceux-là, qu'il me soit permis de leur demander s'ils ont créé le monde pour en changer les lois à leur gré. L'un d'eux accepterait-il qu'un visiteur institue des règles chez lui, dans sa maison sous le prétexte que celles que suit sa famille sont inadaptées ? Pourquoi voulons-nous imposer au SEIGNEUR et à Ses enfants ce que nos petites personnes n'accepteraient pas ? Pour le moment, sachez que vos désirs ne sont que désobéissances vis-à-vis du Maître de ce monde.

 

Ses lois à Lui, celles qu'Il a édictées pour sa terre et pour son peuple, les voici :

« 17.14 Lorsque tu seras entré dans le pays que L'ÉTERNEL, ton DIEU, te donne, lorsque tu le posséderas, que tu y auras établi ta demeure, et que tu diras: Je veux mettre un roi sur moi, comme toutes les nations qui m'entourent,

17.15 Tu mettras sur toi un roi que choisira L'ÉTERNEL, ton DIEU, tu prendras un roi du milieu de tes frères, tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère.

17.16 Mais qu'il n'ait pas un grand nombre de chevaux ; et qu'il ne ramène pas le peuple en Égypte pour avoir beaucoup de chevaux; car L'ÉTERNEL vous a dit: vous ne retournerez plus par ce chemin-là.

17.17 Qu'il n'ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point; et qu'il ne fasse pas de grands amas d'argent et d'or. 17.18 Quand il s'assiéra sur le trône de son royaume, il écrira pour lui, dans un livre, une copie de cette loi, qu'il prendra auprès des sacrificateurs, les Lévites.

17.19 Il devra l'avoir avec lui et y lire tous les jours de sa vie, afin qu'il apprenne à craindre l'Éternel, son DIEU, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi et toutes ces ordonnances;

17.20 Afin que son cœur ne s'élève point au-dessus de ses frères, et qu'il ne se détourne de ces commandements ni à droite ni à gauche; afin qu'il prolonge ses jours dans son royaume, lui et ses enfants, au milieu d'Israël.» (Deutéronome)

 

Que quelqu'un me dise quelle a été ici, la faute que nous, ivoiriens, avons commise aux yeux des hommes et de notre SEIGNEUR, pour que tout le monde entier nous accable ainsi.

 

1- Nous avons décidé d'avoir «un roi, comme toutes les nations qui nous entourent», c'est-à-dire un président élu comme toutes les nations modernes s'en donnent aujourd'hui.

 

2- Nous avons mis «sur nous, un roi qu'a choisi l'ÉTERNEL, notre DIEU». La voix du peuple n'est-elle pas celle de DIEU ? Mieux, pour nous éclairer, sachant que l'ennemi était tapi dans l'ombre, le SEIGNEUR nous l'a même choisi pour nous, en éliminant tous les autres nationaux au premier tour. Car à ce second tour de ces élections 2010, seule notre méchanceté peut nous faire affirmer qu'il y avait une difficulté à savoir des deux qui était des nôtres. Au surplus, son parcours contre Houphouët BOIGNY que nous avions légitimement et judicieusement érigé au rang de père de notre nation ne plaidait-il pas en sa faveur ? Ceux qui croient militer pour H. BOIGNY aujourd'hui, en jubilant à la tentative d'assassinat de Laurent GBAGBO, pensent-ils que notre Vieux n'était pas assez responsable pour écarter définitivement Laurent GBAGBO s'il n'en voulait pas comme opposant et un jour comme chef de cette nation ? Revoyez vos cours et vos notes sur ces moments là et si la bonne foi vous habite un tant soit peu, vous saurez.

 

3- N'avons nous pas pris «un roi du milieu de nos frères» ? Qui de Ouattara ou de GBAGBO devions-nous choisir pour plaire à notre SEIGNEUR ? Devions-nous, encore une fois, susciter sa colère, en transgressant sa prescription qui dit «de ne pas se donner pour roi un étranger, qui ne soit pas notre frère» ? Un inconnu, un parvenu, un mercenaire est-il préférable à mon frère que j'ai toujours connu ?

 

4- Nous avons choisi un chef qui n'est pas riche car le SEIGNEUR nous a prescrit «qu'il n'ait pas un grand nombre de chevaux». Lui-même a fait la déclaration de ses biens en accédant au pouvoir en 2000. Aujourd'hui encore nul n'a pu le prendre à défaut. La coalition mondiale s'est fourvoyée dans sa volonté de mettre la main sur Ses biens qui n'existent pas. Ne viennent-ils pas de le reconnaitre indigent par leurs tribunaux ?

 

5- «Qu'il ne ramène pas le peuple en Égypte pour avoir beaucoup de chevaux.»

L'Égypte signifie la souffrance incarnée aujourd'hui par l'Europe, l'Amérique (l'Occident) qui asservit le peuple et le spolie. Et nous, nous avons choisi un Roi qui refuse de nous ramener en arrière, vers l'asservissement (la recolonisation) car notre DIEU a ordonné : «Vous ne retournerez plus par ce chemin-là

 

6- «Qu'il n'ait pas un grand nombre de femmes

7- «Qu'il ne fasse pas de grands amas d'argent et d'or»

Ces deux dernières recommandations sont les seules que le SEIGNEUR, relativise. L'avant dernière est, d'ailleurs, assortie de sa justification «afin que son cœur ne se détourne point Mais peut-on savoir à combien de femmes le cœur pourrait-il se détourner ? La dernière recommandation non plus n'est pas précise. Mais sincèrement, n'y a-t-il pas une décence à observer vis-à-vis d'un peuple qu'on prétend servir ? Est-il normal d'être immensément riche à la tête d'un peuple qui croupit dans la misère ? Il s'agira donc pour le Souverain, d'être mesurer et de garder l'humilité si chère au SEIGNEUR «afin que son cœur ne s'élève point au-dessus de ses frères».

 

Voyez-vous, chers frères, de tous ces points, nous n'avons nullement offensé notre DIEU, en choisissant Laurent GBAGBO plutôt qu'un étranger. Mieux, il se trouve que nous faisons là, «d'une pierre deux coups», car plus qu'un simple Président, c'est un Prince que nous nous offrons. Celui qui a l'agrément de l'ÉTERNEL sur tous les points que nous venons d'analyser.

 

Notre faute est sûrement ailleurs. Car il est vrai que nos offenses se sont accumulées aux yeux de notre SEIGNEUR. Il est donc juste qu'Il soit en colère. Mais, que nos ennemis ne se trompent pas de penser que c'est la justesse de leur cause ou leur puissance qui leur donne cet avantage et ce pouvoir d'extermination sur le peuple de DIEU. Nous savons que nous sommes en faute. Et nous en subissons le châtiment que le serviteur de DIEU, Josué, après Moïse, prédisait à notre peuple avant de s'en aller : «Si vous transgressez l'Alliance que l'Éternel, votre DIEU, vous a prescrite, et si vous allez servir d'autres dieux et vous prosterner devant eux, la colère de l'Éternel s'enflammera contre vous, et vous périrez promptement dans le bon pays qu'il vous a donné (Josué 23.16)

 

C'est notre DIEU que nous implorons ; c'est l'ÉTERNEL des Armées que nous supplions, afin qu'il garde un œil miséricordieux sur Ses enfants. Il nous entend et Il viendra à notre secours quand Sa colère tombera. Colère que nous avons irritée en violant son Alliance, en nous prostituant avec d'autres dieux, en nous confiant à des statues de bois,  de fer, d'argent et d'or, objets fabriqués de mains d'hommes.

 

Revenons à notre DIEU, Il nous prendra encore en pitié et nous sauvera à cause de son Saint Nom et de sa fidélité. Et ce jour là, nous chanterons ce cantique qu'Il fit écrire par son serviteur Moïse pour témoigner de ce qui devait nous arriver.

 

Deutéronome 32 CANTIQUE DE MOÏSE

 

32.1 Cieux! Prêtez l'oreille, et je parlerai; Terre! Ecoute les paroles de ma bouche. 32.2 Que mes instructions se répandent comme la pluie, que ma parole tombe comme la rosée, comme des ondées sur la verdure, comme des gouttes d'eau sur l'herbe ! 32.3 Car je proclamerai le nom de l'ÉTERNEL. Rendez gloire à notre DIEU ! 32.4 Il est le Rocher; ses œuvres sont parfaites, car toutes ses voies sont justes; c'est un DIEU fidèle et sans iniquité, Il est juste et droit. 32.5 S'ils se sont corrompus, à lui n'est point la faute; la honte est à ses enfants, race fausse et perverse. 32.6 Est-ce l'ÉTERNEL que vous en rendrez responsable, Peuple insensé et dépourvu de sagesse ? N'est-Il pas ton père, ton créateur ? N'est-ce pas lui qui t'a formé, et qui t'a affermi ? 32.7 Rappelle à ton souvenir les anciens jours, passe en revue les années, génération par génération, interroge ton père, et il te l'apprendra, tes vieillards, et ils te le diront. 32.8 Quand le Très Haut donna un héritage aux nations, quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples d'après le nombre des enfants d'Israël, 32.9 Car la portion de l'ÉTERNEL, c'est son peuple, Jacob est la part de son héritage. 32.10 Il l'a trouvé dans une contrée déserte, dans une solitude aux effroyables hurlements; Il l'a entouré, Il en a pris soin, Il l'a gardé comme la prunelle de son œil, 32.11 Pareil à l'aigle qui éveille sa couvée, voltige sur ses petits, déploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes. 32.12 L'Éternel seul a conduit son peuple, et il n'y avait avec lui aucun dieu étranger. 32.13 Il l'a fait monter sur les hauteurs du pays, et Israël a mangé les fruits des champs; Il lui a fait sucer le miel du rocher, l'huile qui sort du rocher le plus dur, 32.14 La crème des vaches et le lait des brebis, avec la graisse des agneaux, des béliers de Basan et des boucs, avec la fleur du froment; et tu as bu le sang du raisin, le vin. 32.15 Israël est devenu gras, et il a regimbé; tu es devenu gras, épais et replet! -Et il a abandonné DIEU, son créateur, il a méprisé le Rocher de son salut, 32.16 Ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, ils l'ont irrité par des abominations; 32.17 Ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas DIEU, à des dieux qu'ils ne connaissaient point, nouveaux, venus depuis peu, et que vos pères n'avaient pas craints. 32.18 Tu as abandonné le Rocher qui t'a fait naître, et tu as oublié le DIEU qui t'a engendré. 32.19 L'ÉTERNEL l'a vu, et Il a été irrité, indigné contre ses fils et ses filles. 32.20 Il a dit: Je leur cacherai ma face, Je verrai quelle sera leur fin; Car c'est une race perverse, ce sont des enfants infidèles. 32.21 Ils ont excité ma jalousie par ce qui n'est point DIEU, ils m'ont irrité par leurs vaines idoles; et moi, J'exciterai leur jalousie par ce qui n'est point un peuple, Je les irriterai par une nation insensée. 32.22 Car le feu de ma colère s'est allumé, et il brûlera jusqu'au fond du séjour des morts; il dévorera la terre et ses produits, il embrasera les fondements des montagnes. 32.23 J'accumulerai sur eux les maux, J'épuiserai mes traits contre eux. 32.24 Ils seront desséchés par la faim, consumés par la fièvre et par des maladies violentes; J'enverrai parmi eux la dent des bêtes féroces et le venin des serpents. 32.25 Au dehors, on périra par l'épée, et au dedans, par d'effrayantes calamités: il en sera du jeune homme comme de la jeune fille, de l'enfant à la mamelle comme du vieillard. 32.26 Je voudrais dire: Je les emporterai d'un souffle, Je ferai disparaître leur mémoire d'entre les hommes! 32.27 Mais Je crains les insultes de l'ennemi, Je crains que leurs adversaires ne se méprennent, et qu'ils ne disent: Notre main a été puissante, et ce n'est pas l'ÉTERNEL qui a fait toutes ces choses. 32.28 C'est une nation qui a perdu le bon sens, et il n'y a point en eux d'intelligence. 32.29 S'ils étaient sages, voici ce qu'ils comprendraient, et ils penseraient à ce qui leur arrivera. 32.30 Comment un seul en poursuivrait-il mille, et deux en mettraient-ils dix mille en fuite, si leur Rocher ne les avait vendus, si l'ÉTERNEL ne les avait livrés? 32.31 Car leur rocher n'est pas comme notre Rocher, nos ennemis en sont juges. 32.32 Mais leur vigne est du plant de Sodome et du terroir de Gomorrhe; leurs raisins sont des raisins empoisonnés, leurs grappes sont amères; 32.33 Leur vin, c'est le venin des serpents, c'est le poison cruel des aspics. 32.34 Cela n'est-il pas caché près de moi, scellé dans mes trésors? 32.35 A moi la vengeance et la rétribution, quand leur pied chancellera! Car le jour de leur malheur est proche, et ce qui les attend ne tardera pas. 32.36 L'ÉTERNEL jugera son peuple; mais Il aura pitié de ses serviteurs, en voyant que leur force est épuisée, et qu'il n'y a plus ni esclave ni homme libre. 32.37 Il dira: Où sont leurs dieux, le rocher qui leur servait de refuge, 32.38 Ces dieux qui mangeaient la graisse de leurs victimes, qui buvaient le vin de leurs libations? Qu'ils se lèvent, qu'ils vous secourent, qu'ils vous couvrent de leur protection! 32.39 Sachez donc que c'est moi qui suis DIEU, et qu'il n'y a point de dieu près de moi; Je fais vivre et Je fais mourir, Je blesse et je guéris, et personne ne délivre de ma main. 32.40 Car Je lève ma main vers le ciel, et Je dis: Je vis éternellement! 32.41 Si J'aiguise l'éclair de mon épée et si ma main saisit la justice, Je me vengerai de mes adversaires et Je punirai ceux qui me haïssent; 32.42 Mon épée dévorera leur chair, et J'enivrerai mes flèches de sang, du sang des blessés et des captifs, de la tête des chefs de l'ennemi. 32.43 Nations, chantez les louanges de son peuple! Car l'ÉTERNEL venge le sang de ses serviteurs, Il se venge de ses adversaires, et Il fait l'expiation pour son pays, pour son peuple.

 

Nous analyserons ces paroles dans le détail plus tard, au fil de la progression, mais pour le moment, voici résumé, chers parents et frères ce qui nous arrive. Nous sommes dans une période de transition, le temps du passage au règne de DIEU, l'heure de l'épuration du peuple de DIEU, le moment annoncé et tant attendu. Ce temps, mon frère, ne nous a pas été annoncé sans douleur. Alors, pleurons, pleurons toutes les larmes de notre corps, et demandons pardons pour nos péchés, pour les péchés de ceux que nous aimons. Prions pour notre pays, afin que DIEU, le PÈRE, adoucisse sa colère et touche le cœur des méchants dans leur folie destructrice.

 

Pleurons, mais n'oublions pas de rendre gloire à notre SEIGNEUR, au DIEU de nos pères, d'avoir choisi notre peuple et de lui être resté fidèle, malgré nos iniquités. Glorifions le TOUT-PUISSANT, pour être ce peuple béni qui va vivre au quotidien pour la louange et pour la gloire de l'ÉTERNEL.

 

Merci SEIGNEUR. Merci DIEU Tout-Puissant pour ta fidélité. Merci seigneur pour ta grande miséricorde.

 

Que ton saint Nom soit glorifié a jamais.

 

Que le SAINT d'Israël vous bénisse.

 

A NEBELE Sanseu Epiphanie



26/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres