LGESTSEIGNEUR

8- LA CRISE IVOIRIENNE ETAPE APRES ETAPE - 1 (Ap. 12.1-6)

Certainement que certains incrédules pensent toujours que ce n'est que pure imagination et affabulation ce que je dis. Tout ce que je souhaite moi, c'est que le bon sens vous habite et vous vous rendrez compte qu'il n'est pas possible qu'un individu, de sa seule initiative, puisse faire un agencement aussi cohérent avec les versets de la Bible pour les coller à notre réalité. Je vous exhorte à partager ces informations et à en discuter pour en tirer ce qui peut vous sauver. Ne méprisez pas ce qui vous est dit, mes frères.

 

Les chapitres 12 et 13 du livre des Révélations retracent toute la chronologie des événements relatifs à la crise dans notre pays depuis 1989 jusqu'à la situation postélectorale. Revoyons ensemble pour témoignage comment les Écritures nous retracent ces péripéties jusqu'en 2011.

 

  • La fin des années 80 et les années 90

 

«Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. 12.2 Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement.» (Révélation 12.1)

 

C'est la Côte d'Ivoire [1] de la fin des années 80 qui est décrite. Avec les revendications. Les mouvements estudiantins, les remous avec les syndicats des enseignants. La crise économique. Toutes ces actions débouchèrent sur le multipartisme pour permettre les candidatures multiples à la présidentielle de 90.

 

La période de trouble et de revendication continua après les élections de 90. Rappelez-vous le 18 février 92, rappelez-vous le boycott actif de 95. Rappelez-vous 99. La Côte d'Ivoire (la femme) était enceinte. Ce furent les douleurs de l'enfantement.

Mais pendant ce temps débarqua un certain Alassane Dramane Ouattara.

 

  •  Arrivée de Ouattara en CI (1989)

 

«Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté.» (Révélation 12 :4)

 

Plus haut, nous avons montré que c'est par Ouattara que le dragon (les USA) [2] se tint devant la Côte d'Ivoire (la femme). Cette conclusion nous oblige à accepter que la crise a pour origine l'irruption de cet homme sur la scène ivoirienne en 1989. D'ailleurs, le chapitre que nous aborderons ensemble, après celui des « Étapes de la crise », nous permettra de lever définitivement tout doute sur cette affirmation.

 

  • L'Italie, le Vatican et l'attaque du 19 septembre 2002

 

«Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers DIEU et vers son trône.» (Révélation 12.5)

 

 «Elle enfanta un fils». Nous avions évoqué des hypothèses quant à la nature du fils à naitre. Mais en 2002 ce n'est ni la démocratie, ni une ressource naturelle qui s'éleva vers l'Italie (DIEU et son trône) pendant l'attaque : c'était Laurent GBAGBO. A la lumière de ce verset, l'enfant mâle donc qu'enfanta la Côte d'Ivoire n'est autre que le Président Laurent GBAGBO.

 

L'enfantement fut l'avènement de Laurent GBAGBO au pouvoir. Celui-ci s'éleva «Vers DIEU et vers son trône» en 2002. Il est question ici de Rome et le Vatican où se trouvait le Président Laurent GBAGBO lors du coup d'État manqué de 2002.

Quant à «La verge de fer», n'allons pas vite en besogne, chaque chose en son temps. N'y faites donc pas attention pour le moment, c'est un élément du puzzle que nous introduirons plus tard dans la construction.

 

Retenons simplement que grâce à DIEU, il eut des atrocités, il eut des morts mais en fin de compte, l'objectif qui était d'assassiner pour prendre le pouvoir échoua. Tout le reste n'a été qu'intrigues malsaines pour nous faire accepter l'impensable.

Le Président L. GBAGBO était à Rome où se trouve «DIEU et son trône», c'est à dire le Pape et son siège pour échapper à l'attaque des rebelles le 19 septembre 2002.

 

  • La Côte d'Ivoire et la BCEAO après septembre 2002

 

«Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par DIEU, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. (Révélation 12.6)

 

Il est question ici de la gestion du pays après l'attaque de 2002. La nourriture pour les États, c'est l'argent, ce sont les moyens financiers. A Dakar, dans le désert, est le Siège de la BCEAO. C'est le lieu où se trouve très logiquement la réserve des nations qui en sont membres. Et comme vous savez le poids de la Côte d'Ivoire dans cette banque, nous pouvons affirmer que c'est surtout la réserve de la Côte d'Ivoire. La banque centrale, lieu de toutes les attentions pour une nation en détresse, est surtout cette institution qui, bien établit et bien solide parce que bien préparée est capable de soutenir un pays en crise. Le lieu préparé pour la Côte d'Ivoire dans le désert c'est donc la BCEAO. Cette place dans le désert, cette BCEAO, est «un lieu préparé». C'est que l'on a mis un soin particulier à disposé cet endroit pour la Côte d'Ivoire.

 

Mais en plus, des informations de taille nous sont fournies dans ce verset. La première est révélée par la circonstancielle de but : «afin qu'elle y fût nourrie …». C'est cette circonstancielle qui dit pour quoi ou à quelle fin le lieu a été préparé. Cette circonstancielle, en réalité, dévoile ce à quoi est destiné le lieu qu'est la BCEAO pour la femme c'est-à-dire pour la Côte d'Ivoire. Autrement dit, elle indique l'objectif qui a prévalu à la préparation de ce lieu. C'est pour que «la femme» en difficulté puisse s'y réfugier pour y être nourrie. Chose banale dirait-on pour une banque, qui plus est, est une banque centrale. Mais une deuxième information se profile sous le complément circonstanciel de temps (pendant mille deux cent soixante jours). Précisant la durée de cette ''prise en charge'', ce complément donne une valeur particulière à cet objectif. C'est que le lieu est préparé pour que la femme puisse y être nourrie pendant mille deux cent soixante jours, c'est-à-dire pendant trois ans et demi. Et ça ce n'est pas rien.

 

Si nous quittons les images pour ramener ces informations à l'échelle de la réalité, cela nous donne simplement que, la Côte d'Ivoire (la femme) dispose dans cette Banque (le lieu dans le désert), d'une réserve assez suffisante (préparée ou prête) pour tenir (être nourrie) trois ans et demi. Par ailleurs, «c'est un lieu préparé» dit la Parole. C'est que c'est une réserve constituée en vue de faire face à des difficultés à venir. C'est donc, et c'est certain, par souci de prévention que cette réserve a été constitué en ce lieu.

 

Ce ne saurait être un hasard ou par improvisation, la préparation est de DIEU.

Et les autorités le savent. Laurent GBAGBO le sait. C'est pourquoi, il est dit : «la femme s'enfuit dans le désert». En y allant, elle (la Côte d'Ivoire) ne va pas vers l'inconnu mais pour y disposer de ce qui lui appartient et lui est préparé et réservé.

 

C'est dire que DIEU nous a prévu cela parce qu'Il sait qu'il y aurait agression et que nous devions subir à la suite de cette tentative de putsch, des pressions voire des répressions économiques au point que le pays soit obligé de recourir à ses réserves pour tenir. Ce fut d'ailleurs le cas dans la réalité, eu égard à la division du pays. Les recettes du pays connurent une diminution du fait que sa partie nord fut pour les rebelles depuis 2002. La guerre elle-même avait fait abandonner nos ports. Dès après les premiers moments de cette attaque, des rumeurs distillées par qui vous savez circulaient déjà sur les difficultés que le gouvernement aurait à honorer les salaires des fonctionnaires. Il n'en fut rien. Nos hommes s'acquittèrent brillamment de leurs charges et l'État de même, au grand dam des éternels aigris. Ils eurent ainsi, le temps de stabiliser le navire, avant de le lancer avec la dextérité qui leur est reconnu désormais n'en déplaise ... 

 

Le SEIGNEUR sait exactement les moments où le pays devait être en difficulté du fait de nos ennemis intérieurs comme extérieurs qui chercheraient à nuire forcément à la solvabilité de Sa nation. Car un pan non négligeable de leur stratégie fut l'assèchement des finances pour décrédibiliser le pouvoir afin que la population s'en désolidarise. Mais leur malheur a été que, depuis longtemps déjà, les mécanismes de la BCEAO sont réglés de sorte que nous puissions accéder à nos réserves pour contourner tous les pièges liés aux financements à court termes et surtout à ceux relatifs aux paiements des salaires. Ce verset d'ailleurs montre que le pays pouvait à chaque fois ainsi, se maintenir en équilibre pendant trois ans et demi si les réserves utilisées pendant les périodes difficiles sont reconstituées avant la prochaine crise. Katinan vous expliquera certainement mieux comment il se serait débrouillé. C'est lui qui a fait l'école pour ces choses là. Moi, je le fais en véritable profane, je n'ai jamais eu à gérer plus de cent mille francs.

 

Ce que nous apprenons de ce verset, c'est que depuis avant cette guerre que nous livrent les nations, avant même l'arrivée de Laurent GBAGBO au pouvoir, des dispositions avaient été prises pour faire face à ces cas de figure. Je vous laisse deviner qui eut ce coup de génie et je vous dirai plus loin pourquoi cela est attribué à DIEU.

 

Que DIEU vous bénisse.

 

 

Suite [2]

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie



10/05/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres