LGESTSEIGNEUR

71- "N'attristez pas le Saint Esprit de DIEU..."

«N'attristez pas le Saint Esprit de DIEU par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.» (Éphésien 4.30)

 

 

Ai-je, tout au long de ces pages, invité à l'assassinat politique ? Nulle part je n'ai lu cela dans les Textes. La guerre, elle aura bel et bien lieu, mais sous la direction de DIEU le Père Lui-même et ce sera la dernière que les hommes verront sur cette terre.

 

Laisse ceux-là ''travailler'' pour le SEIGNEUR. Ne te rends pas coupable de crimes de sang ; ne verse pas le sang d'autrui si tu n'es pas en danger. Notre DIEU ne pardonne pas cela. Si cela te démange d'en découdre avec nos ennemis sanctifie toi et attends le jour du SEIGNEUR. Les actes solitaires sont des actes de désespoir, ce sont des actes d'orphelin, toi, tu as un Père ; toi, tu as ton DIEU. Toi, tu as un Vengeur, c'est le Roi des rois, c'est l'ÉTERNEL des Armées. Il se lève de Sa demeure sainte, pour venir à notre secours. Lui-même sonnera la charge en son temps, et ceux qui doivent faire la guerre parmi nous la feront avec à leur tête l'Armée des cieux. Saches que l'ÉTERNEL veille sur Sa terre et sur Ses saints. Ceux qui doivent faire la guerre sont là et aucun ne fera défaut. Quand sera l'heure du combat ultime, aucun d'entre nous ne fera défaut. Notre armée sera méconnaissable. Elle sera transformée. Car dit l'ÉTERNEL : «En ce jour-là, Je ferai des chefs de Juda comme un foyer ardent parmi du bois, comme une torche enflammée parmi des gerbes; ils dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d'alentour, et Jérusalem restera à sa place, à Jérusalem» (Zacharie 12.6).

 

Et pour tous ceux qui se seront purifiés et sanctifiés, voici ce que prévoit l'ÉTERNEL notre DIEU pour son peuple : «En ce jour-là, l'ÉTERNEL protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David; la maison de David sera comme DIEU, comme l'ange de l'ÉTERNEL devant eux» (Zacharie 12.8).

 

Vous ne le saviez pas, je vous le dis. Ceci nous a été caché pour que la Parole se justifie. Car, «Je leur cacherai ma face» a dit le SEIGNEUR DIEU. C'est par Sa Parole, que nous devions connaitre notre DIEU. C'est par la connaissance et l'intelligence des choses contenues dans les Saintes Écritures que nous devions connaitre qu'elles sont écrites pour nous et que nous sommes Son peuple propre à Lui. Mais nos ancêtres ont irrité l'ÉTERNEL par leurs idolâtries, et nous ne sommes pas meilleurs. Personne ne pense à se détourner de ses voies, bien au contraire, aux abominations de nos ancêtres que nous avons perpétuées, nous avons ajouté la méchanceté avec nos frères, la haine de l'autre, l'avidité, la cupidité et j'en oubli. Je n'invente rien, nous vivons tout cela et c'est contenu dans les Textes. Nos crimes, ceux de nos pères ne suffisent plus. Nous en importons.

 

L'impudicité est notre quotidien, la débauche est devenue notre lot. Nous voulons les plaisirs, tous les plaisirs de ce monde. Chacune de nos villes a ses lieux qui y sont consacrés. Nos médias ont érigé la consultation des astres en vertu. C'est tout cela la liberté, nous enseigne la civilisation dominante. Nous sommes libres nous apprend-on. Plus nous nous livrons à la dépravation plus nous donnons la preuve de notre liberté. Par la violence, ils ont érigé la décadence en norme. Nous avons trouvé en ces riens nos dieux. Après les fétiches et toutes les sortes d'idolâtrie de nos pères, nous en sommes à la pédophilie, à l'homosexualité et à la cabale affichée. On ne compte plus ceux des nôtres qui se prosternent devant leurs divinités. On ne compte plus ceux des nôtres qui pullulent dans les sectes ésotériques où se bousculent magie, occultisme et idolâtrie. Or, voici ce qu'en dit notre DIEU, l'ÉTERNEL : «Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'ÉTERNEL;(…). Tu seras entièrement à l'ÉTERNEL, ton DIEU. (…)» (Deutéronome 18.10-13). Dans le livre de l'Exode, l'ÉTERNEL n'ajoute-t-il pas : «Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face» ?

 

Voyez que nous avions enfreint aux prescriptions du Père. Et aujourd'hui même, pendant ce moment crucial de la vie de notre peuple, qu'avons-nous choisi ? A nos frères dans la foi en Christ nous préférons des hommes portant des amulettes, et affichant ouvertement leur rejet de notre Seigneur Jésus. A la vérité et à la justice nous optons pour le mensonge et l'iniquité affichés. A tout ce que nous a prescrit l'ÉTERNEL (tu ne tueras point) tu préfères des criminels, des tueurs de ton peuple, des exterminateurs de ton sang et tu dis que tu es de DIEU. Nous leur trouvons des excuses pour justifier l'hérésie, et nous prétendons être de DIEU. Certainement que nous attendions qu'un ange descende du ciel pour nous convaincre qu'un homme qui organise une rébellion et dont les partisans surprennent de nuit de paisibles populations, les égorgeant, buvant leur sang, n'est pas de DIEU avant de le repousser. Certainement aussi que nous attendions que DIEU vienne Lui-même nous expliquer que prendre fait et cause pour un homme ouvertement franc-maçon, se consacrant à des rituels cabalistiques, c'est le renier Lui DIEU.

 

Et ils sont nombreux dans nos églises, du simple fidèle au pasteur (ou prêtre) disant «Moi, je suis chrétien mais je supporte et soutiens ceux qui violent, torturent et tuent mes frères». Ils foisonnent ces chrétiens se réclamant enfant de DIEU et s'appelant frère en Christ et qui pourtant affichent leur préférence pour des adeptes des forces des ténèbres qui ont érigé le mensonge en vertu. Ils croient que cette profession de foi est différente de l'apostasie. Ils croient sincèrement ne pas renier DIEU en encensant des idolâtres. Leur argument : « il ne faut pas mélanger la religion et la politique ». Car, il est certainement mentionné dans leurs Bibles que la politique échappe à la compétence de DIEU. Il est certainement mentionné dans les Écritures que ces grands érudits maitrisent tant, que David et tous les rois qui se sont succédé à la tête d'Israël n'ont jamais fait de politique. Ils ont certainement lu que DIEU qui nous demande d'être bons, de nous aimer les uns les autres, de ne point tuer et de n'adorer que Lui, préfère à la tête de son peuple un idolâtre, un menteur qui nous impose à tous de nous prosterner à ses pieds avant d'avoir accès à nos médicaments, à nos emplois et à nos comptes, plutôt que l'un d'entre ceux qui s'efforcent à suivre ses préceptes. Des imbéciles vous ajouteront : «Mais, il va développer le pays et c'est ce qui est important». Ils se réfugient en un futur qui n'est même pas sûr. Toujours à brandir l'argument du matériel. Oui, ils sont une foule les «frères en Christ» qui renient leur conviction pour le matériel, qui s'agenouillent devant leur semblable pour des avantages. Ils sont nombreux les frères qui croient que les promesses de Ouattara suffisent pour justifier ses crimes. Ce sont tous ces chrétiens qui fermeraient les yeux sur leur enfant voleur et criminel pourvu que ce dernier leur bâtisse une maison avec l'argent de la rapine.

 

Nous nous endurcissons, prêts à en découdre avec tous ceux qui voudraient nous raisonner, la haine nous ayant obstrué tout les sens pour percevoir l'abîme dans lequel nous nous enfonçons. Aujourd'hui, comme nos pères hier, nous avons tourné le dos à DIEU.

 

C'est pourquoi, l'ÉTERNEL avait décidé que même étant en possession de sa Parole nous ne comprenions pas, que même les écoutant nous ne sachions pas que c'est de nous et à nous que les Textes parlent. A Esaïe, «Il dit alors: Va, et dis à ce peuple: Vous entendrez, et vous ne comprendrez point; vous verrez, et vous ne saisirez point. Rends insensible le cœur de ce peuple, endurcis ses oreilles, et bouche-lui les yeux, pour qu'il ne voie point de ses yeux, n'entende point de ses oreilles, ne comprenne point de son cœur, ne se convertisse point et ne soit point guéri» (Esaïe 6.9-10).

 

Ainsi, l'ÉTERNEL faisait sceller les prophéties pour que Son peuple ne comprenne plus. Sa Parole elle-même est une scellée. Au même Esaïe, l'ÉTERNEL dit : «Enveloppe cet oracle, scelle cette révélation, parmi Mes disciples» et à Daniel : «Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera». Ou encore, «Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin». L'ÉTERNEL nous ôta la connaissance de DIEU afin que nous ne sachions plus et que soyons exterminés.

 

En vérité donc, avant maintenant, il eut été impossible de décrypter ces Paroles pour vous livrer ce message.

 

Je vous l'ai dit, ceci est notre héritage. La Parole de DIEU, est notre patrimoine. C'est ce que le SEIGNEUR, notre DIEU,  nous a laissé. Il contient notre passé, et notre avenir proche, des temps de la fin. L'ÉTERNEL notre DIEU avait prévu, déjà avec Moïse, que rebelles comme nous sommes, nous l'irriterions à l'extrême et qu'Il se cacherait de nous. Mais Son Amour pour Jacob est au dessus de tout. Aussi, le SEIGNEUR a-t-Il disposé qu'au temps de la fin, nous sachions. «Au temps marqué, il sera dit à Jacob et à Israël: Quelle est l'œuvre de DIEU» avait-Il dit dans Nombres 23.23. DIEU notre Père avait pris toutes les dispositions pour que le moment venu, nous soyons informés de Ses intentions pour Son peuple. Aujourd'hui mon frère, le temps est venu pour toi de savoir. Les scellés sont levés. Les hommes que notre Saint a choisis sont là parmi nous, ils sont décrits avec précision par la Parole. Ils parleront et je te promets mon frère, ces jours-là, tu n'auras plus besoin d'aucune preuve. Ton SEIGNEUR se manifestera à travers chacun d'eux.

 

Vous trouverez pour la plupart ces explications d'insensées. C'est normal, car elles tombent dans un milieu aride. Aucun cœur n'y est préparé, quoique de nombreux signes nous indiquent la bénédiction dont nous jouissons parmi les nations.

 

Si je vous donne donc l'impression de prêcher dans le désert, ce n'est pas bien grave, c'est le rôle que l'ÉTERNEL m'a assigné. Je prêche dans le désert aride de vos cœurs, vide de la connaissance du Père et vide de la connaissance de votre passé. Je suis donc celui qui est chargé de l'épandage du terreau sur lequel pousseront la connaissance et l'amour pour notre Père. Je suis celui qui est chargé de vous appeler à vous préparer pour la louange et la gloire éternelle de l'ÉTERNEL DIEU Tout-Puissant. Si je le dis, ce n'est nullement pour me glorifier. C'est seulement que j'espère ainsi vous exhorter à ne pas vous décourager, ceux qui croient. Si certains autour de vous vous raillent et sont fermer à ce qui nous est révélé, nombreux comprendront, ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l'agneau.

 

Recherche à accomplir les œuvres du SEIGNEUR. Recherche à savoir ce qui est vrai dans ce qui t'es annoncé.

 

Sanctifiez-vous mes frères, il ne reste plus assez de temps. C'est pourquoi ceux-là sont pressés. Tous les trois ennemis de DIEU quitteront la scène des vivants au plus tard dans le courant de l'année 2014 [25-40] par le SAINT d'Israël notre DIEU.

 

S'il y a une chose qu'il nous est, tous, difficile de concevoir et de pardonner en tant qu'homme, c'est de se voir accuser faussement pour des faits dont on n'est pas coupable. Mais il y a quelqu'un qui reprouve cela plus que nous-mêmes. Lui, n'aime vraiment pas le mensonge. Le faux témoignage, le faux serment, Il les a en horreur. Il réprouve que l'on porte une accusation mensongère contre autrui, fut-il notre ennemi le plus redoutable. C'est vous dire que l'objectif de mon travail étant de vous ramener à notre Père, je ne trouve aucun plaisir personnel, sauf celui de la dénonciation des pratiques des ténèbres, à m'attaquer à ces hommes dont il m'aurait été très agréable de m'éloigner d'ailleurs. Car, des ténèbres, on ne peut tirer que de l'obscurantisme qui n'engendre que haine.

 

Ce que le SEIGNEUR nous a donné et que j'apprécie par-dessus tout, c'est de sourire et de rire avec ceux que nous aimons. Pourquoi me serais-je arrêté sur des cas qui risquent de m'enlever ma gaité si ce n'était important ? Ce que je vous révèle ici sur l'ennemi, par le SEIGNEUR, c'est la laideur des ténèbres dont il faut s'éloigner. Le SEIGNEUR m'a permis de voir cela pour que vous en soyez instruits afin qu'en toute connaissance, vous décidiez de la conduite que vous voudrez pour votre vie et pour votre âme. Ce n'est nullement pour susciter une quelconque haine.

 

Aussi, voudrais-je t'inviter à rester radieux, rayonnant de la lumière du Christ qui est Vérité d'où jaillit la Justice source de Paix, de joie et d'Amour. Que cette lecture n'appelle aucune ombre de colère sur ton visage. Que ton cœur reste pur, riche de bonté et de charité. Ne vous remplissez, mes frères, que d'Amour afin que DIEU y trouve sa demeure. Aimez-vous les uns les autres. Aimez vos ennemis. Continuez, d'un cœur rempli de compassion, de dire bonjour et de rire avec ceux qui vous haïssent. Sans hypocrisie, priez pour que ceux que vous aimez et pour que ceux qui se sont égarés reviennent à DIEU pendant qu'il est encore temps.

 

Remarquez que quand nos frères qui ne nous aiment pas liront ces pages, la colère et la haine les envahiront. Ils auront des envies de meurtre. Ils seront habités par des sentiments qui ne sont pas de notre DIEU. Si une seule once de haine t'habitait encore, ne serais-tu pas comme eux ? Où logerais-tu l'Amour de ton Christ ? Prends l'exemple sur mon Maître, notre Prince Laurent GBAGBO. Lui, Il est de DIEU. Sens-tu de la colère en Lui ? Nourrit-il de la haine en lui pour qui que ce soit ? Et pourtant celui qui avait tenté de l'assassiner et qui l'a fait mettre en prison en 1992, c'est lui encore aujourd'hui qui veut sa mort. Laurent GBAGBO lui a pardonné en lui accordant toutes les faveurs. Certains parmi nous le jugent très sévèrement pour avoir agi ainsi.

 

En fait, ils n'ont rien compris, mais le Prince, lui, a fait comme il nous l'a enseigné : «Il lui a tendu l'autre joue» à celui qui dix huit (18) ans auparavant avait tenté une première fois de l'assassiner. Si toi aussi, tu es de DIEU, pardonne, pardonne et pardonne encore car ton DIEU est PARDON.

 

Ce que je te dis-là, mieux que je ne pourrai jamais le faire, les apôtres le disent. Ils nous exhortent à fuir le mal pour être conforme à l'Esprit du CHRIST qui est en nous. C'est l'un d'eux, saint Paul, que j'appelle au secours à travers ces lignes pour atteindre ton cœur.

 

«4.17 Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. 4.18 Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de DIEU, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur. 4.19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. 4.20 Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, 4.21 si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, 4.22 eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, 4.23 à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, 4.24 et à revêtir l'homme nouveau, créé selon DIEU dans une justice et une sainteté que produit la vérité. 4.25 C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres. 4.26 Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, 4.27 et ne donnez pas accès au diable. 4.28 Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. 4.29 Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent. 4.30 N'attristez pas le Saint Esprit de DIEU, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. 4.31 Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. 4.32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme DIEU vous a pardonné en Christ.» (Ephésien 4.17-32)

 

Ne vous chargez pas de péchés, fuyez le mensonge, recherchez la Vérité. Convertissez-vous, déchirez votre cœur, veillez et priez ; le SEIGNEUR vient. Le refuge du mensonge sera balayé, les méchants et les pervers seront exterminés.

 

«La lèvre véridique est affermie pour toujours, mais la langue fausse ne subsiste qu'un instant. » (Proverbe 12.19)

 

Le mensonge c'est la méchanceté. Dans ton cœur, il te détruit, il te ronge. Il chasse loin de toi la lumière de la Vérité. Devant le bonheur d'autrui tu es malheureux, là où tu devrais te présenter au grand jour, tu préféreras la nuit.

 

Le mensonge vit, et grandit à notre dépend, il nous avilit. C'est une entité gangreneuse. Le plus petit mensonge est comme un cancer qui s'installe en nous. Il grossira chaque jour un peu plus, nourri d'un autre mensonge pour se couvrir. Ce dernier se voilera d'un autre plus grand ou plus petit, mais un mensonge tout de même. Cherchant à protéger ces deux premiers mensonges, il faudra déployer un trésor d'imagination pour en trouver un, deux, trois…mille de plus. De la sorte, la petite tige frêle qu'était le premier mensonge devient un grand arbre avec des branches se déployant dans toutes les directions et produisant des fruits, voire un champ. Seulement, pour qu'il vive, pour que l'arbre ou le champ du mensonge puisse continuer à prospérer, il faut payer de vous-même, il faut continuer à le servir, il faut y travailler chaque jour. Et veiller à ce que le champ ne soit violé, et qu'on ne soit dévoilé.

 

De là naissent les atrocités. On corrompt, on vole, on tue, on commet les pires méchancetés pour que vive le monstre que nous avons engendré. Désormais, nous ne travaillons plus que pour lui. Nous lui sommes asservis. Nous devenons ainsi, l'esclave de notre mensonge. Incapable de nous en affranchir, le droit, nous le piétinons ; la justice, nous l'achetons pour dissimuler notre mensonge, tout cet effort pour lui sans en être fier. Car, personne, aucun auteur de mensonge ne le revendique en tant que tel. Personne n'a jamais clamé : « j'ai un beau mensonge, adoptez-le ». Pour l'imposer, nous devons faire du mensonge une vérité. Alors, là encore, pour couvrir la réalité et nos iniquités, nous mentons, nous commettons meurtres sur meurtres ; c'est un engrenage sans fin.

 

Une seule alternative s'offre pour le maintenir. Pour que le monstre se perpétue, pour que notre construction ne s'écroule pas : il faut la puissance, il faut le pouvoir, et encore plus de pouvoir. Il faut ce pouvoir qui contrôle tout, ce pouvoir qui vous dit dans quelle direction il faut penser. Celui qui décide pour les autres, de ce qui est vrai et de ce qui est faux. Il faut ce pouvoir qui sanctifie le mensonge pour que jamais, plus personne ne s'interroge pour en découvrir les fondations. Il faut ce pouvoir qui inspire la terreur, celui qui va jusqu'à mettre un bâillon à la pensée. De là nous sont nés les tyrans d'hier. De cela nous surgissent les Tyrans d'aujourd'hui. Ils sont prisonniers et esclaves de leurs mensonges. Ils sont menteurs depuis le commencement et des équipes entières travaillent à leur service pour en fabriquer de plus efficaces. C'est légal parait-il. Oui c'est l'avantage du pouvoir des tyrans ; il peut tout, il légalise le faux et par son sceau, il justifie l'iniquité. C'est le pouvoir des puissants ; il peut tout, il ensevelit la justice et de son sceau, il crée et certifie son propre droit qui fait des peuples des prisonniers.

 

Mais il y a des entités qui libèrent. Elles ne sont d'aucun poids pour son auteur parce qu'elles vivent d'elles-mêmes. Elles ne vous causent aucun souci, aucun tourment quand elles sont plantées. Ce sont l'arbre de la Vérité et de la Justice. C'est aussi l'arbre de la bonté et de la charité. Quelle joie procure-t-elle, la bonté ! Quelle libération pour notre âme quand on n'a pas deux poids dans son sac ! Quel épanouissement pour notre esprit baignant dans un océan de vérités !

 

La Vérité, elle ne court pas, elle ne fait aucun bruit, elle vit tout simplement et tout naturellement. Elle ne change pas de nature. Le mensonge si. Vrai aujourd'hui par des artifices, il s'impose par la violence tant économique que physique et surtout symbolique. Il se révèle faux une fois dépouillé. La Vérité nous semble lente parce qu'une vérité ne s'ajoute pas à une première pour la faire grossir ou pour la faire grandir. Une vérité n'est jamais au service d'une autre comme dans un échafaudage. La Vérité, la bonté et tout ce qui en procède sont désintéressées. Pendant que le mensonge est une construction, au service d'un édifice lui-même au service de son auteur ou d'une cause, ce qui revient au même. Et comme toute construction, le mensonge s'élève et croît d'autant plus vite que son concepteur en a les moyens. Il réfléchit, il investit, pour la réussite de son œuvre. Il achète les consciences pour se faire des amis et des soutiens. Celui qui pose un acte de bonté ou de charité ne s'en préoccupe plus, il n'en attend rien. Il  agit et s'en va, passant à autre chose. Il ne s'en rappellera pas. Celui qui dit la vérité, ne craint pas d'être découvert, il ne craint rien. Il dit la vérité et c'est tout. Il n'en a pas conscience. De même qu'on ne peut avoir conscience de respirer, de même on ne peut avoir conscience de dire la vérité. On n'a conscience que des tares. Dire la Vérité ne saurait en être. C'est quand arrive l'obstruction qu'intervient la conscience des choses. Alors, se mesure la difficulté. Car la Vérité n'use pas d'artifices. Elle ne s'achète pas d'amis. Elle est seule. Elle s'impose par elle-même. Pour parcourir le chemin que lui impose le mensonge, frauduleusement déjà sur les sommets, elle a sa conviction et elle a son inaltérabilité. Car elle est immortelle, la Vérité. Elle a le temps pour elle. On peut l'ensevelir sous des faussetés et des immondices. Mais elle vit. Ressortie, la flamme continue de briller. Ce n'est pas le cas du mensonge qui s'effrite avec la durée, pendant que la Vérité résiste à l'épreuve du temps. Elle triomphe toujours, parce qu'elle est lumière. Elle est toujours victorieuse parce qu'elle est de DIEU. DIEU est Justice, or la Vérité est le premier pilier de la justice.

 

Recherchez la Vérité, vous trouverez l'Oint de DIEU. Vous gagnerez le Royaume. Car, comme nous l'a laissé le Seigneur : « 22.14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville! 22.15 Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge! » (Révélation 22.14-15)

 

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, béni soit  le Seigneur Laurent GBAGBO, l'Oint de DIEU le Père.

 

Que DIEU vous bénisse mes frères.

 

 

A. NEBELE Sanseu Épiphanie



24/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres