LGESTSEIGNEUR

55- LES PEUPLES DE JUDA ET D’ISRAËL

Si nous sommes Israël, alors, quels sont les douze tribus dont parlent les Écritures ? –Telle est la question que ceux qui ont fait de ce problème un fétiche brandiront pour la polémique. Concernant ce sujet, je le dis tout de suite, je n'en ai aucune idée. Et, franchement, je n'en ai fait une préoccupation. Cependant, certaines indications des Écritures nous permettent de faire de l'ensemble du peuple, deux regroupements.

 

2 Samuel 5.4-5 David était âgé de trente ans lorsqu'il devint roi, et il régna quarante ans. A Hébron il régna sur Juda sept ans et six mois, et à Jérusalem il régna trente-trois ans sur tout Israël et Juda.

2 Samuel 5.12 David reconnut que l'Éternel l'affermissait comme roi d'Israël, et qu'il élevait son royaume à cause de son peuple d'Israël.

2 Samuel 12.8 Je t'ai mis en possession de la maison de ton maître, J'ai placé dans ton sein les femmes de ton maître, et Je t'ai donné la maison d'Israël et de Juda. Et si cela eût été peu, J'y aurais encore ajouté.

 

Les peuples de Juda et d'Israël sont clairement identifiés comme deux peuples que le SEIGNEUR réunit sous David (2.Samuel 5.4-5). De nombreux autres versets dans les Textes font référence à ces deux grandes entités qui constituent le peuple d'Israël. Certains de ces versets qui citent ces noms ensembles, portent des indices qui donnent un début d'explication. Je vous en livre quelques uns et j'invite chacun à se faire sa propre opinion. Plus important encore est que chacun dans ce  pays, s'identifie et se range selon ses origines. Dans ces temps qui courent où le mot «exclusion» est devenu un fond de commerce, ou plutôt un fond de guerre, permettez que je ne m'en mêle pas. Il est indiqué seulement que les deux plus illustres personnes de ce peuple de Côte d'Ivoire, qui aient existé de notre vivant, symbolisent chacun l'un de ces deux peuples.

 

Concernant Juda. En fait, si l'on ne cherchait pas "palabre", comme on dit chez nous, la dénomination qui fait du SEIGNEUR «le lion de la tribu de Juda» (Révélation 5.5) suffit à nous dire quel peuple aujourd'hui est Juda en Côte d'Ivoire. Car si nous savons qui est le Lion, il n'y a qu'à voir de quel peuple vient-il. Mes frères, si vous vous reconnaissez, n'attendez pas qu'on vous le dise deux fois, courrez vous ranger derrière Lui. Ah ! Vous y êtes déjà ! Je vois que vous avez compris.

 

Le peuple de Juda est ce peuple d'où sort aujourd'hui, l'Oint de l'ÉTERNEL, Celui qui vient au nom du SEIGNEUR.

Dans ce cas il ne nous reste plus qu'à identifier le peuple d'Israël. Là aussi, la chose est relativement aisée, toujours au regard de la Parole. Et, elle dit : «(…) Ainsi parle l'Éternel des armées: Voici, un homme, dont le nom est germe, germera dans son lieu, et bâtira le temple de l'Éternel.» (Zacharie 6.12)

 

Cet homme, cet illustre Homme, je crois que nous l'avons déjà identifié. C'est Lui qui doit rebâtir le Temple de l'ÉTERNEL. Or le Temple de l'ÉTERNEL, le peuple d'Israël ne le bâtit en Israël qu'à Jérusalem. C'est-à-dire dans sa capitale. C'est-à-dire sur le territoire d'Israël.  A partir de ce moment, puisque celui qui a bâti le Temple n'est pas du même groupe que le Lion, c'est certain que Lui et «son lieu» où il «germe» sont Israël. Le peuple de Jérusalem (Yamoussoukro) fait donc partie de ce peuple d'Israël dont le plus illustre est Félix HOUPHOUËT BOIGNY, l'homme qui a bâti le Temple du SEIGNEUR et dont le nom signifie germe.

 

C'est tout ce peuple qui dit "kanga" quand il parle des peuples du Nord qui ne font pas partie de l'Israël des origines. Qu'on ne se fâche pas, c'est juste pour lever un coin de voile sur notre passé grâce à ce mot qui, d'ailleurs, n'a pas toujours eu la connotation péjorative qu'il a maintenant. Il semble au contraire qu'il ait reflété à un moment donné de son histoire le souci d'intégration qui a toujours animé ce peuple. En effet ce mot "kanga" qui ne veut rien dire en lui-même, prend un sens quand on le scinde en deux. Il devient alors "kah n'ga". C'est une tournure à l'impératif qui signifie littéralement "compte celui-ci" ou "compte ceci". Si nous mettons en relation cette explication avec les Écritures, ce sens nous fait remonter à nos origines. Aux temps où DIEU habitait encore parmi Son peuple, au temps où Il parlait directement à Ses serviteurs. En ce temps là, il y avait régulièrement le recensement des enfants d'Israël. Le SEIGNEUR qui n'a jamais fait d'exclusion, Lui, nous demandait de faire recenser dans la famille, et les captifs et les serviteurs du maître de maison, afin qu'ils fassent partie de l'Alliance.

 

Depuis le commencement, Abraham notre ancêtre, le fit (Genèse 17.23-27). Au temps de Moïse, on fit de même (Deutéronome 29.19-13). C'est ici donc, une injonction à l'agent recenseur pour lui signifier que «celui là aussi (mon serviteur) fait partie des miens», «compte le avec les miens» (kah n'ga). Bien plus tard, dans son évolution, l'expression forme un seul mot et désigne l'esclave ; et lorsque nous sommes arrivés ici, et bien plus tard encore, alors qu'il n'y avait plus d'esclave, il est resté l'appellation pour désigner ceux du Nord qui ne sont pas d'Israël. Remarquez que jamais ce mot ne s'applique à un ressortissant de la zone forestière. Il est demeuré comme un instrument pour faire la différence entre tous ceux d'Israël et tous ceux qui ne sont ni de Juda ni d'Israël.

 

En revanche, une personne peut porter le nom "Kanga" dans ce peuple. Cela ne veut pas dire qu'il est esclave ou fils d'esclave. C'est une pratique pour conjurer le mauvais sort. En effet, lorsqu'une mère perdait ses enfants à bas âge, l'on pensait que la famille était sous le coup d'une malédiction de DIEU pour une transgression quelconque. On nommait le nouveau né "Kanga" pour dire qu'il ne fait pas partie de la famille des descendants de Jacob  et donc de l'Alliance originelle, afin que si c'était une punition de DIEU pour une transgression, cet enfant soit épargné. On lui faisait aussi des scarifications, en général trois petits traits de part et d'autre de la bouche (chose interdite par DIEU aux enfants d'Israël), pour confirmer totalement que cet enfant n'est pas des nôtres afin que le sort ne le reconnaisse pas comme des nôtres pour s'acharner sur lui. Vous verrez donc que la plupart de ceux qui se nomment Kanga en portent.

 

D'autres portent un second type de scarification (un trait sur la pommette). Ce sont ceux en général qui, enfant, ont été très malades. Les parents, désespérés, les marquent ainsi pour, pensent-ils, les soustraire au sort qu'ils croient s'abattre sur eux. Évidemment, avec le temps, les hommes oublièrent ou ignorèrent l'origine des choses. S'insérèrent alors des véreux qui se faisant passer pour des guérisseurs  se livrèrent à ces pratiques sans en connaitre le vrai sens.

 

Voilà, ce fut un peu long par cet éclairage que j'ai cru nécessaire, mais je crois que ceux-là aussi se reconnaissent.

 

Cette moitié du peuple d'Israël, voici ses interdits, sur lesquels il ne transige pas, traduites en malédictions dans la Sainte Bible dans Deutéronome. Ceux qui sont de ce peuple les reconnaitront. Si vous ne savez rien de vos coutumes allez lire au village devant les anciens, ce passage et vous comprendrez.

 

Depuis le verset 27.16 au verset 27.25, c'est tout ce qu'enfants, nos parents nous interdisent et nous apprennent à en craindre la transgression. Le premier interdit contenu dans le verset 27.15 a été oublié par nos pères et c'est la transgression majeure, c'est pourquoi le SEIGNEUR en colère se cacha de nous. De générations en générations nous avons perpétué ce crime devants sa face. Aujourd'hui encore, nous continuons d'aller vers des dieux étrangers et des statues de fer et de bois que n'avaient connus nos pères.

 

27.15 Maudit soit l'homme qui fait une image taillée ou une image en fonte, abomination de l'Éternel, œuvre des mains d'un artisan, et qui la place dans un lieu secret! Et tout le peuple répondra, et dira: Amen!

27.16 Maudit soit celui qui méprise son père et sa mère! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.17 Maudit soit celui qui déplace les bornes de son prochain! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.18 Maudit soit celui qui fait égarer un aveugle dans le chemin! Et tout le peuple dira: Amen!

27.19 Maudit soit celui qui porte atteinte au droit de l'étranger, de l'orphelin et de la veuve! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.20 Maudit soit celui qui couche avec la femme de son père, car il soulève la couverture de son père! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.21 Maudit soit celui qui couche avec une bête quelconque! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.22 Maudit soit celui qui couche avec sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.23 Maudit soit celui qui couche avec sa belle-mère! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.24 Maudit soit celui qui frappe son prochain en secret! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.25 Maudit soit celui qui reçoit un présent pour répandre le sang de l'innocent! -Et tout le peuple dira: Amen!

27.26 Maudit soit celui qui n'accomplit point les paroles de cette loi, et qui ne les met point en pratique! -Et tout le peuple dira: Amen!

(Deutéronome 27.15-26)

 

Je ne sais pas si les autres peuples de la terre ont exactement les mêmes craintes à l'égard de ces fautes énumérées, mais chez ce peuple, je puis l'affirmer, ce sont des abominations ; et en ce qui concerne nos parents dans les villages jusqu'à ce jour, les enfants sont éduqués dans la crainte de ces transgressions.

 

Qu'on s'entende bien. Je parle là du grand groupe de Juda et du grand ensemble d'Israël. Il n'est pas question d'ethnie, ni de tribu pour le moment. Pardon Séry ! Je sais que tu seras très content d'apprendre que le Lion vient de Ouragahio, mais je t'en prie, ne va pas dire à Oulaï et à Kalou Bi que Juda c'est seulement Gagnoa ou Soubré. Juda est un grand ensemble d'où sort le Lion. Et l'ÉTERNEL le signifie bien avec Michée : «Et toi, Bethlehem Éphrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour Moi Celui qui dominera sur Israël». Tu vois bien ici que Juda a plusieurs composantes, c'est de l'une d'elle que sort le Lion.

 

Juda et Israël sont bien deux grands ensembles, que je ne nommerai pas, car je ne puis les cerner complètement, que désigne le mot «Maison» dans ce verset : «Il sera un sanctuaire et une pierre que l'on heurte et un rocher où l'on trébuche pour les deux maisons d'Israël un filet et un piège pour l'habitant de Jérusalem. Beaucoup trébucheront, et tomberont, se briseront, seront pris au piège et capturés.» (Ésaïe 8.14-15).

 

Les deux maisons d'Israël ce sont Juda et Israël (l'autre composante de la maison). Aujourd'hui, dans l'actuel Israël, en Côte d'Ivoire, «l'habitant de Jérusalem», c'est tout ce peuple du centre de notre pays pour qui, Laurent GBAGBO, l'Oint de DIEU est «un filet et un piège».

 

On peut lire encore : «Puis je brisai ma seconde houlette Union, pour rompre la fraternité entre Juda et Israël.» (Zacharie 11.14)

 

La seconde houlette, je l'ai déjà souligné, c'est Laurent GBAGBO ; c'est ce Christ là, l'Oint du temps de la fin. C'est lui qui dit dans les évangiles : «Je suis venu pour diviser ; désormais dans une famille de cinq, trois contre deux, deux contre trois».

 

Voici, mon frère de Juda, c'est cela la vérité. En réalité, ceux de Jérusalem, sont tes frères depuis vos origines qui datent de Jacob. Et ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les Textes et c'est la Parole de DIEU. Et si tu veux le savoir, c'est ce qui explique que malgré tout ce qui a été orchestré, jamais vous ne vous êtes haïs jusqu'à en arriver à vous affronter pour créer les conditions d'une guerre civile et d'un génocide comme les ont planifiés et espérés nos ennemis durant ces années de crises.

 

C'est ce qui explique aussi que ceux de Juda portent les noms Kouassi, Kacou, Niamkey, N'guessan, Yao, etc. Des choses que nous n'avons jamais pu expliquer de manière convaincante. Tout ce qu'on a pu nous servir, c'est que c'est en reconnaissance à l'amitié d'avec quelqu'un du centre de la Côte d'Ivoire. Mais, c'est une explication qui ne tient pas la route. Car, d'un bout à l'autre du peuple de Juda, de Daloa à Divo, Lakota, Soubré, en passant par Oumé et autres, on ne peut pas s'être faits des amis, paradoxalement toujours les mêmes, et être les seuls à vouloir perpétuer le souvenir de cette amitié. Car je suis peut-être trop jeune mais je n'ai encore jamais rencontré de Tapé Koffi, ou Konan Koudou dans une famille de père et de mère d'un village de Yamoussoukro ou de Bouaké. S'il y en a, cela doit être rare.

 

La seule explication qui peut être valable, c'est qu'il y ait eu un réel mélange des deux peuples à une certaine période de leur histoire. C'est fort heureusement ce que confirme. Ce verset (Zacharie 11.14) qui révèle l'existence d'un lien parental (de fraternité) entre les deux peuples. Les bouleversements, les incompréhensions et les tiraillements que nous connaissons depuis quelques années ne sont à mettre que sur le compte de la marche du plan de DIEU qui le dit plus que clairement : «Je brisai ma seconde houlette Union pour rompre la fraternité entre Juda et Israël». Et c'est le Seigneur Jésus Christ lui-même qui confirme son ordre de mission en ces termes : «Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère.» (Luc 12.51-53)

 

N'est-ce pas mon frère, ce que tu connais dans ta famille ? Cet Homme, en réalité, est venu pour apporter la contradiction. Il est là, pour une remise en cause de toutes nos pratiques, Il est parmi nous pour révéler les choses cachées. Il est venu pour que l'injustice cesse et pour que triomphe la Vérité. Alors, le peuple connu la division. Les uns pour Lui, les autres pour l'ennemi. Dans une même maison, à cause de Son Nom, et à cause de la Vérité, ceux qui sont pour le mensonge et l'iniquité seront d'un côté contre ceux qui sont pour la Vérité et la Justice. Les « justes » et « les intelligents » mourront pour la Vérité pendant que les méchants, les idolâtres trinqueront et jubileront avec la bête pour la gloire du mensonge.

 

DIEU lui-même n'ajoute-il pas : «Voici, Je mettrai devant ce peuple des pierres d'achoppement, contre lesquelles se heurteront ensemble pères et fils, voisins et amis, et ils périront.»(Jérémie 6.21) ou «Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement et un rocher de scandale, et celui qui croit en lui ne sera point confus.» (Romain 9.33) ou encore «Il sera un sanctuaire et une pierre que l'on heurte et un rocher où l'on trébuche pour les deux maisons d'Israël un filet et un piège pour l'habitant de Jérusalem. Beaucoup trébucheront, et tomberont, se briseront, seront pris au piège et capturés.» (Ésaïe 8.14-15).

 

Voyez combien sont pris dans le filet, ceux de Jérusalem ! Pour ceux qui voulaient qu'on parle de groupe ethnique, «l'habitant de Jérusalem» c'est ce peuple en Côte d'Ivoire qui s'est laissé prendre au piège par sa méchanceté gratuite. C'est ce peuple qui a dit : «Plutôt vendre le pays aux étrangers que de le confier à quelqu'un de Juda». C'est ce peuple qui a renié son frère Laurent GBAGBO, et qui a applaudi à la méchanceté de l'ennemi sur ses propres frères. C'est ce peuple qui a cru que, même dans la bêtise, il fallait suivre un chef qui le mène à la perdition.

 

Est-ce en l'homme ou en DIEU qu'on met sa confiance ? DIEU n'est-il pas Vérité ? Jésus n'a-t-il pas dit : «Je suis la Vérité» ? - Eh bien ! C'est le Christ que nous avons toujours choisi chaque fois que nous avons préféré la vérité au mensonge. Aujourd'hui, nous sommes pris au piège, dans le «filet» du SEIGNEUR pour n'avoir pas toujours pratiqué la justice. Nous sommes «confus» pour avoir préféré le mensonge et cautionné l'injustice. Nous avons été méchants. Nous sommes pires que nos bourreaux, nous avons armé l'ennemi pour détruire nos frères et le pays.

 

Personne, aucune force ne pouvait s'en prendre à ce pays sans votre bénédiction. Vous avez plus aimé l'ennemi que l'enfant de votre sœur. Consultez vos coutumes, vous de Jérusalem. Il vous reste cela au moins, même si notre méchanceté nous a détournés des lois de Moïse et du SEIGNEUR.

 

Vous qui pratiquez le "matriarcat" et qui en êtes si fiers, dites-moi, si Israël, c'est-à-dire ici le peuple de Jérusalem, et Juda sont deux peuples frères d'une même mère, qui d'autre que le fils de Juda peut-il hériter d'Israël ? voyez que vous êtes confus. Notre nature pécheresse et de traitrise ne nous a jamais quitté. Tel que je vous connais, vous seriez en train de maugréer contre le SEIGNEUR, pour vous avoir fait subir un châtiment aussi dur alors que ce sont nos pères qui ont péché en se détournant de Lui.

 

Mais, regarde-toi mon frère, tu es confus. Parce que si nos pères ont trahi le PÈRE en se prosternant devant des idoles, toi, qu'as-tu fait au Fils en Lui préférant l'étranger ? Ta faute est lourde parce qu'en reniant le fils tu as trahi également le Père. A qui iras-tu ?

 

Personne, je dis bien, personne dans ce peuple ne peut dire que la vérité nous était cachée. Lui-même nous avait prévenus pendant la campagne électorale, au risque de se trahir : «Il ne s'agit pas d'un choix idéologique ou de projet de société mais nous avions à choisir entre le candidat du peuple et celui de l'étranger». Le bombardement de son Palais par les étrangers pour nous imposer leur homme ne lui donne-t-il pas raison ?

 

Nous avions un choix à faire en toute connaissance de cause et nous l'avons fait. Et nous continuons à l'assumer. Ne croyez pas que c'est un hasard ou un concours de circonstances ou même par la reconnaissance de votre compétence si c'est de votre peuple que sortent les procureurs qui justifient la condamnation dans ce pays, de Laurent GBAGBO et de ses partisans. C'est vous que l'ennemi met en avant parce que c'est vous qui avez trahi votre peuple et l'ALLIANCE SAINTE. Vous porterez cette honte là jusqu'à la fin de ce qui est résolu.

 

Mes frères qui m'écoutez, soyez sans crainte, le SEIGNEUR est là. Vous qui craignez notre DIEU, vous qui avez pleuré de subir la victoire de la barbarie, vous qui gémissiez de voir le mal triompher, c'est bientôt fini. Ce message est venu pour que tu saches. Il est venu pour que tu voies de tes yeux et que tu entendes de tes oreilles. Cette Parole arrive à toi pour dissiper les ténèbres.

 

«La jalousie d'Éphraïm disparaîtra, et ses ennemis en Juda seront anéantis; Éphraïm ne sera plus jaloux de Juda, et Juda ne sera plus hostile à Éphraïm.» (Ésaïe 11.13)

 

C'est le plan de DIEU afin que nous sachions où mène la désunion. C'est le plan de DIEU afin que nous sachions comment un mur lézardé laisse passer la vermine et l'oppresseur, et peut plonger la nation et le peuple dans la désolation. Nous étions là, à tout moment à nous faire peur mutuellement.

 

Vous êtes Israël, vous êtes les saints de DIEU. Réjouissez-vous de la nouvelle. C'est vous le vrai peuple de DIEU. Peuple de Côte d'Ivoire, c'est vous la vraie nation d'Israël.

 

Pour ce qui est de la polémique que ne manquera pas de soulever cette nouvelle, restez sereins. C'est le SEIGNEUR Lui-même qui s'est caché de nous et Il sait que l'on nous reniera ce droit. C'est pourquoi Il nous dit : «Il arrivera qu'à l'endroit où on leur disait: Vous n'êtes pas mon peuple! On leur dira fils du DIEU vivant». (Osée 2.1). Alors, que te faut-il encore, quand notre SAINT a tout prévu. C'est Lui, l'ÉTERNEL qui nous reprend.

 

Écoute cette parole de ton DIEU, peuple de JUDA et d'ISRAËL : «37.15 La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots: «37.16 Et toi, fils de l'homme, prends une pièce de bois, et écris dessus : Pour Juda et pour les enfants d'Israël qui lui sont associés. Prends une autre pièce de bois, et écris dessus: Pour Joseph, bois d'Éphraïm et de toute la maison d'Israël qui lui est associée. 37.17 Rapproche-les l'une et l'autre pour en former une seule pièce, en sorte qu'elles soient unies dans ta main. 37.18 Et lorsque les enfants de ton peuple te diront: Ne nous expliqueras-tu pas ce que cela signifie? 37.19 réponds-leur: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Voici, Je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d'Éphraïm, et les tribus d'Israël qui lui sont associées; je les joindrai au bois de Juda, et j'en formerai un seul bois, en sorte qu'ils ne soient qu'un dans ma main. 37.20 Les bois sur lesquels tu écriras seront dans ta main, sous leurs yeux. 37.21 Et tu leur diras: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Voici, Je prendrai les enfants d'Israël du milieu des nations où ils sont allés, Je les rassemblerai de toutes parts, et Je les ramènerai dans leur pays. 37.22 Je ferai d'eux une seule nation dans le pays, dans les montagnes d'Israël; ils auront tous un même roi, ils ne formeront plus deux nations, et ne seront plus divisés en deux royaumes. 37.23 Ils ne se souilleront plus par leurs idoles, par leurs abominations, et par toutes leurs transgressions; Je les retirerai de tous les lieux qu'ils ont habités et où ils ont péché, et Je les purifierai; ils seront Mon peuple, et Je serai leur DIEU. 37.24 Mon serviteur David sera leur roi, et ils auront tous un seul pasteur. Ils suivront mes ordonnances, ils observeront Mes lois et les mettront en pratique. 37.25 Ils habiteront le pays que J'ai donné à Mon serviteur Jacob, et qu'ont habité vos pères; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité; et Mon serviteur David sera leur prince pour toujours. 37.26 Je traiterai avec eux une alliance de paix, et il y aura une alliance éternelle avec eux; Je les établirai, Je les multiplierai, et Je placerai Mon sanctuaire au milieu d'eux pour toujours. 37.27 Ma demeure sera parmi eux; Je serai leur DIEU, et ils seront Mon peuple. 37.28 Et les nations sauront que Je suis l'Éternel, qui sanctifie Israël, lorsque Mon sanctuaire sera pour toujours au milieu d'eux.» (Ezéchiel)

 

Est-il besoin de commenter ces paroles du SEIGNEUR ? – Vous êtes les Saints du DIEU très Saint. Et Lui-même a scellé à nouveau l'union entre nos deux peuples qu'Il avait brisée pour nous livrer. Il vient, ton SEIGNEUR, habiter au milieu de toi, Côte d'Ivoire.

 

Louez l'ÉTERNEL mes frères.

 

A. NEBELE Sanseu Épiphanie



28/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres