LGESTSEIGNEUR

48- LA GUERRE : La gestion du pouvoir par les impies

LA GUERRE : L'enlèvement de LG et les pillages

 

 

Le partage du territoire et le "rattrapage"

 

«C'est avec le dieu étranger qu'il agira contre les lieux fortifiés; et il comblera d'honneurs ceux qui le reconnaîtront, il les fera dominer sur plusieurs, il leur distribuera des terres pour récompense.» (Daniel 11.40)

 

«Ceux qui le reconnaitront» ce sont d'abord ceux qui ont fait la guerre à la Côte d'Ivoire pour lui, depuis presque dix ans maintenant. Ils sont Premier Ministre ou membres du gouvernement, chef d'État major des armées ou chef d'état major particulier. Ils sont présidents ou membres d'institution de la république.

 

«Ceux qui le reconnaitront» ce sont ceux qui ont pactisé avec lui. Ce sont les six de l'alliance démoniaque. Le premier va être immortalisé par le baptême d'un pont, l'un préside à la prescription de l'iniquité pendant qu'un autre est devenu gardien de la perversion de nos lois. Les trois autres ont hérité de situations pas moins enviables pour des gens sortis de nulle part et qui ne pèse pas lourd. Heureux d'avoir choisi le camp qui a gagné.

 

Cela a été systématique chez Ouattara. Faire preuve de reconnaissance vis-à-vis des siens et de ceux qui ont accepté de le suivre. C'est d'ailleurs la cause des nombreux grincements de dents dans l'administration. Car, dans cette période de récession comment créer de nouveaux postes ? Il fallut trancher dans le vif. C'est ce qui engendra la politique de licenciement et celle dite de ''rattrapage ethnique''. Politique qui, mathématiquement, ne peut pas toucher que les partisans de Laurent GBAGBO. L'administration ivoirienne n'étant pas configurée à l'image de GBAGBO et de son ethnie, le nombre de poste dégagés n'aurait pas été suffisant. Ils furent donc obligés d'aller au-delà du groupe de Laurent GBAGBO, jusqu'à toucher ceux mêmes que l'on dit avoir pris faits et causes pour lui. Ils sont là, nombreux dans le pays, ceux qui avaient cru trouver des solutions à des maux qu'ils n'avaient pas encore. Maintenant, les maux sont là nombreux, paradoxalement, engendrés par la solution. Peut-être en seront-ils guéris ? Sinon à qui se plaindront-ils ? Chacun donc, avec ses couleuvres nous avançons.

 

Le fait est si flagrant qu'il ne passa pas inaperçu. Et lorsque fut l'heure de s'expliquer l'homme ne put se dérober, il avoua tout net que tous, à part les siens, ceux de son ethnie (?) et de sa religion (?), nous avons péché à ne pas le reconnaitre. C'est pourquoi il ne fut fait aucun quartier.

Cela a le mérite d'être clair pour nous autres à la recherche de la vérité.

 

Les décisions sont prises et le pays est au travail entend-on bêler ses adorateurs qui exultent à chacune des cruautés contre les autres. Ils s'en repaissent.

 

«Il les fait dominer sur plusieurs». Ils sont désormais, gouverneurs ou maires par usurpation, sans élection. Des zones entières du pays sont des territoires exclusifs de certains. Ils y sont chefs et c'est leur propriété. Korhogo, Bouaké, Bouna … Les chefs de guerre se sont partagé tout le territoire croyions nous. Le SEIGNEUR nous confirme que c'est avec la bénédiction de Ouattara que cela existe. C'est lui qui leur a «distribué le territoire en récompense» de leur dévouement à sa cause. Ils y perçoivent impôts et taxes pour leur propre compte. Même Abidjan est découpée en secteurs dont les chefs sont connus. Le pays entier a été redécoupé, pour satisfaire le maximum de ses proches et leur «allouer des terres» à gouverner. Tous, sont « comblés d'honneurs ».

 

La destruction de la ville

 

«… Il s'élèvera un roi impudent et expert en astuces. (…), il opérera des destructions prodigieuses et réussira dans ce qu'il entreprendra» (Daniel 8.23-24 TOB).

«Le peuple d'un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire (…) il est arrêté que les dévastations dureront jusqu'au terme de la guerre» (Daniel 9 :26)«(…) Quant à la ville et au sanctuaire, le peuple d'un chef à venir les détruira ; (…), et jusqu'à la fin de la guerre seront décrétées des dévastations. «(…) ; sur l'aile des abominations, il y aura un dévastateur et cela, jusqu'à ce que l'anéantissement décrété fonde sur le dévastateur». (Daniel 9.26-27 TOB)

 

Les destructions prodigieuses du roi impudent, ce sont les ruines d'Abidjan et de Tripoli puis de Damas qu'opéra N. Sarkozy roi de France.

Ce même verset qui nous révèle la destruction de la Résidence-sanctuaire, fait aussi état de la destruction de la ville. Le chef qui viendra pour détruire le Sanctuaire citadelle nous le connaissons désormais, c'est Sarkozy.

 

«Le dévastateur», c'est l'abomination que les tyrans de ce monde nous ont imposée.  Ses dévastations, dureront jusqu'à la fin de la guerre c'est-à-dire jusqu'à la fin du dévastateur lui-même, dit la prophétie.

 

Ici, vous êtes un peu perplexe et je vous comprends. En effet, certains des agissements de l'ennemi sont déguisés et seul le discernement et notre intelligence permettent de faire la différence.

 

Alors, comment ne pas être séduit par certaines de ses opérations qui semblent être faites pour mettre de l'ordre plutôt que pour détruire ? Étudions deux exemples.

 

D'abord, prenons les quartiers précaires. Il faut avoir des repères pour lire ce qui se passe. Et ce n'est heureusement pas la première fois que nous en détruisons dans ce pays. Souvenez-vous Biabou et donnez un nom à cette opération. Puis donnez un nom à ce qui s'est passé derrière l'Université d'Abidjan-Cocody.

 

Bien, je vais vous aider : -Biabou, c'est la reconstruction du quartier précaire « Washington » qui avait été détruit il y a quelques années.

Si nous appliquons le même schéma à ce qui vient de se passer à Cocody. On ne peut pas en dire autant, un vide nous répond en écho à l'autre bout de la phrase. Autrement dit nous ne pouvons dire que ce quartier a été reconstruit nulle part.

 

Conclusion, il n'y a pas construction, mais destruction. Rien que ruine. Il nous reste à prouver que le grand bâtisseur F.H. BOIGNY dont nous nous réclamons, avait tort de rechercher le bien-être des populations avant la beauté de la ville qu'il recherchait tout autant. Nous ne sommes d'ailleurs pas à une contradiction près, concernant ces apôtres du grand homme.

 

Prenons enfin, les destructions des places de marché, des devantures et autres occupations illicites de places publiques. Bien joué ! Disons-nous. Tout le monde étant un peu exaspéré par cet envahissement qui, partout, nous encombre. Nombreux sont séduits et applaudissent à l'idée de voir la ville et le pays débarrassés de tout cet encombrement. Mais, ici aussi, analysons froidement la situation qui nous est présentée. Le monde est en pleine récession, les plus riches peinent à stabiliser leurs économies, le chômage atteint partout des proportions effrayantes. La Côte d'Ivoire sort d'une guerre qui dure plus de dix ans maintenant. Pire, on se plait à dire que le pouvoir sortant a appauvrit le pays et les ménages (?). Sans être docteur en économie, nous pensions que la préoccupation première de tout nouveau pouvoir aurait été de protéger les plus démunis. Or que voyons-nous ? Sans qu'aucun emploi n'ait été créé pour accueillir les jeunes, à moins que tous se transforment en balayeurs et en épandeur de chaux, on détruit magasins et maquis, on poursuit les femmes et on saccage leurs étalages.  C'est bien. Cela est même très bien pour la beauté (?) de la ville. Mais encore une fois, que nous vaudrait une belle ville, propre avec des habitants affamés ? Était-ce la première chose à faire ? - Là non plus nous n'avons rien au bout de la chaine. Pas de construction, pas de réhabilitation, pas de recyclage des jeunes. Destruction, rien que ruine et tant pis pour ceux qui en pâtissent. De toutes les façons, les vivants sont le dernier des soucis de ceux qui ont pactisé avec le séjour des morts pour arriver à leurs fins.

 

Ces deux exemples devraient suffire à nous édifier sur le vrai sens de ce qui est entrepris. Ce ne sont que des opérations de séduction pour nous perdre. Il nous sert ce que nous souhaiterions, mais qui n'est pas indispensable, afin que nous nous laissions avoir.

 

La réalité, c'est ce que nous révèle la Bible, c'est un destructeur et c'est pour masquer sa vraie nature de dévastateur que sont entreprises ces campagnes de grandes constructions (pont, Université) que nous ne voyons d'ailleurs pas. A part quelques replâtrages çà et là.

 

Son pouvoir se résume à la dévastation.

Tenez ! Il promettait des écoles par centaine, des emplois par milliers, une université à chaque rentrée, plus d'équité, plus de cohésion nationale. Qu'avons-nous un an après le coup d'État de la France mes frères ? - Aucune école de construite, saccage, pillage et fermeture des universités existantes, nos enfants livrés à eux-mêmes, désorganisation complète du système éducatif de notre pays et aucun emploi de créé. Pire, nous assistons plutôt, à la destruction de ceux existant par des licenciements massifs et abusifs dans toutes les entreprises publiques. Les exemples les plus patents sont ceux de la RTI, de la Présidence, de la SOTRA et du Port où des milliers de pères et mères de famille ont été mis à la rue. Ai-je besoin de vous entretenir de la destruction de votre pouvoir d'achat ?

 

Du côté des hôpitaux, ce n'est guère mieux. Notre système sanitaire est complètement désorganisé. Des milliers de travailleurs que les hôpitaux payaient sur fond propre vivent depuis des mois sans salaire pour cause de gratuité. Les médicaments manquent régulièrement.

 

Gratuité à l'hôpital ! Quel en est l'impact réel ? Messieurs les médecins et messieurs des laboratoires publics voudriez-vous nous faire un bilan honnête s'il vous plait ? - Ce n'est pas bien grave si vous craignez pour votre vie. L'ÉTERNEL Lui-même, qui nous guide, nous fait connaitre la nature profonde de celui que notre méchanceté nous a imposé ; car c'est Lui, DIEU, qui a permis cela pour nous punir de nos égarements et c'est ce que nous lisons : « L'Éternel me dit: Prends encore l'équipage d'un pasteur insensé! Car voici, je susciterai dans le pays un pasteur qui n'aura pas souci des brebis qui périssent; il n'ira pas à la recherche des plus jeunes, il ne guérira pas les blessées, il ne soignera pas les saines; mais il dévorera la chair des plus grasses, et il déchirera jusqu'aux cornes de leurs pieds » (Zacharie 11.15-16). Ce sont là les agissements du «berger vaurien  (pasteur du néant) qui délaisse le troupeau» (Zacharie 11.17 TOB).

 

Que celui qui n'avait pas encore compris, que celui là n'est pas venu pour les ivoiriens se le tienne pour dit. Rien de ce qu'il fera n'est une priorité pour le peuple.

 

Où sont vos enfants bacheliers et étudiants depuis deux ans, mes frères ? Que deviennent nos jeunes ? Se préoccupe-t-on de leur avenir ? Est-il un seul instant envisageable d'arrêter la marche d'un pays ? N'est-ce pas insensé mon frère de laisser fermer des amphithéâtres afin d'en construire d'autres pour en accroitre la capacité ? D'ailleurs, trois générations de bacheliers (2010, 2011, 2012) ne rendraient-ils pas, cette nouvelle capacité d'accueil, caduque, le jour de la réouverture ?

 

La créature qu'on nous a imposée se le permet. Quel est ce père là pour qui, même la rentrée des classes, n'est pas une préoccupation ? - Je vous assure mes frères, que vous n'auriez pas trouvé le sommeil malgré ces temps de récession si votre fils, après un mois, n'avait pas encore repris par votre faute le chemin de l'école. Celui-là, seul, décrète que des milliers d'enfants, fleurons d'une nation dont il se dit fils et le berger, soient livrés à eux-mêmes et lui continue tranquillement ses voyages sans aucune explication. Je le répète, rien de ce qu'il entreprend n'est une priorité pour le peuple.

 

Tenez, l'on parle de la réouverture de l'Université d'Abidjan, nous applaudissons. Mais voyez quelle tarification est imposée à nos familles et à nos ménages pour l'inscription d'un bachelier. Calculez en pourcentage cette hausse sauvage qui passe, je vous le rappelle, de 6 000 FCFA à 100 000 FCFA et vous prendrez la mesure réelle de cet acte criminel qui plus est annoncé à la population fin juillet, c'est-à-dire pratiquement, la veille de la rentrée.

 

Pour masquer leur inaptitude à fournir une capacité d'accueil suffisante pour la demande, des mesures sont en train d'être envisagées pour décourager ou éliminer certains, avant la rentrée.

Il n'écoute personne, dieu qu'il est, après la chaux, il est passé à un replâtrage au bitume. Les ménages ploient sous le poids de l'inflation, les denrées alimentaires sont hors de prix sur les marchés, les hôpitaux n'ont plus rien à proposer aux malades; mais, personne ne s'en préoccupe. On démolit des clôtures, on les reconstruit au même endroit, si cela donne l'impression de travailler, tout va bien. «Le pays est au travail», bêlent les ignares qui le célèbrent.

 

Mais il y a davantage dans l'action destructrice et dévastatrice de ces immondes. Par sa faute, les enfants de ce pays n'ont jamais été aussi divisés. C'est à croire qu'il prend un malin plaisir à ce jeu. Alors qu'il affirme avoir gagné les élections avec le soutien des Baoulés, il leur brandit qu'il fait un rattrapage ethnique contre eux. Il parle du reste du pays dans l'interview pour faire diversion. Mais en réalité il sait que ce n'est pas contre les partisans de GBAGBO qu'il fait son rattrapage. Ceux là ne s'attendaient pas à autre chose de sa part. La question parle de ceux sur qui il s'est appuyé pour attaquer le pays et qui ne récoltent que des miettes.

 

Ah ! Ils viennent d'être récompensés. Eux ne sont pas bien difficiles. Un pont, même virtuel, baptisé au nom de l'un des leurs, un poste de premier ministre, même vidé de son contenu, fait leur bonheur.

 

Cette déclaration qui est, en réalité, un aveu, alimente les rancœurs et fait des ravages dans les cœurs. La dévastation de la cohésion nationale ne pouvait trouver meilleur ferment que ce concept inique de rattrapage ethnique. Il se trouvera, bien sûr, des gens pour démontrer qu'il est moins dangereux que le concept de l'ivoirité qui, lui au moins, appelle au rassemblement national. Mais cela, c'est leur affaire entre eux, n'est-ce pas ?

 

Mais en attendant, il vient de convaincre les autres qui sont brimés que c'est légitime de voir toute une partie du peuple en ennemi. Car leur bonheur, celui des ressortissants du Nord, Ouattara s'est engagé à le construire sur les ruines de celui des autres tribus de cette nation. Peut-on trouver plus diviseur et plus destructeur qu'une telle déclaration, de la part d'un homme politique ?

 

SEIGNEUR, prends pitié. Écoute nos lamentations, regarde tes enfants abandonnés et sans défense et viens nous secourir. Père SAINT, pourquoi resterais-tu plus longtemps loin de tes enfants livrés à la méchanceté de l'ennemi. Regarde-les, tête basse, repoussés de tous, ils ont perdu leur héritage. Ils sont la risée des peuples. C'est Toi qui as dit que si nous revenions à Toi, Tu nous reprendrais. Père, nous T'implorons. Par Ta fidélité, par Ta grande miséricorde prends la défense de Ton peuple à cause de Ton Nom. Rappelle-toi, ton Alliance. Rappelle-toi ton serviteur Abraham et ton amour pour Jacob. Père nous t'implorons à cause de ton Nom qui est évoqué sur Ta nation, ait pitié de ton peuple, ait pitié de Jacob.

 

Le bilan de l'action des impies sur le peuple

 

«Éloignez-vous, impurs! leur criait-on, éloignez-vous, éloignez-vous, ne nous touchez pas! Ils sont en fuite, ils errent çà et là; on dit parmi les nations: Ils n'auront plus leur demeure! L'Éternel les a dispersés dans sa colère, Il ne tourne plus les regards vers eux; on n'a eu ni respect pour les sacrificateurs, ni pitié pour les vieillards. Nos yeux se consumaient encore, et nous attendions vainement du secours; nos regards se portaient avec espérance vers une nation qui ne nous a pas délivrés. On épiait nos pas, pour nous empêcher d'aller sur nos places; notre fin s'approchait, nos jours étaient accomplis... Notre fin est arrivée! Nos persécuteurs étaient plus légers que les aigles du ciel; ils nous ont poursuivis sur les montagnes, ils nous ont dressé des embûches dans le désert. Celui qui nous faisait respirer, l'oint de l'Éternel, a été pris dans leurs fosses, Lui de qui nous disions: Nous vivrons sous son ombre parmi les nations.» (Lamentations 4.15-20)

 

Une partie de notre peuple est exilée dans les pays alentours et partout ailleurs dans le monde, où ils ne sont pas forcément les bienvenus. Partout ils sont mal vus. Deux mille d'entre les nôtres viennent d'être chassés d'un pays que nous croyions amis. Nous qui recevions tous les ressortissants de cette partie de l'Afrique et d'ailleurs, nous voici apatrides, la risée de nos voisins. Entre eux, ils parient déjà sur la perte définitive de notre patrimoine. Ils se sont ligués contre nous pour faire main basse sur nos biens à la BCEAO (dans le désert). Nous savons désormais que nous sommes seuls, sans défense. Nous n'avons pas d'allié. Aucun pays n'a accepté de se porter à notre secours. La Chine ou la Russie ? Nous nous sommes bercés d'illusion. Sans déclaration de guerre, un pays d'un autre continent est venu nous pilonner et nous dévaster sans que ceux que nous croyions des alliés et de possibles protecteurs ne se meuvent. Maintenant, nous savons SEIGNEUR, qu'à part toi, il n'y a point de salut pour nous. Nous sommes interdits de rassemblement. Il n'y a plus de liberté. Nous sommes épiés, nous sommes dispersés, nous sommes poursuivis, bastonnés et assassinés.

 

Aujourd'hui, plus rien ne nous reste, notre fierté, notre âme, l'Oint du SEIGNEUR nous a été enlevé. Lui, sur qui reposait toute notre lutte, Lui autour de qui nous nous rassemblions, nous a été pris.

 

ÉTERNEL, nous n'espérons plus qu'en toi. Nous te remettons notre cause Père Saint. L'héritage promis à Abraham est foulé au pied. Les impies des nations nous ont envahis, ils ont chassé Juda de ses terres. Ils piétinent les enfants de Jacob. Viens SEIGNEUR, Israël est la risée des nations qui l'entour. Ils se font des projets sur Tes terres. Viens SEIGNEUR au secours de Jacob. Pour Ta fidélité Père, pour Ta gloire Seigneur DIEU libère-nous de cet avilissement honteux, et que Ton Saint Nom soit à jamais glorifié par Ta grandeur et Ta puissance.

 

Les prodiges des faux Christ et des faux prophètes

 

« Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait.» (Révélation 13.13-14)

«Le roi fera ce qu'il voudra; il s'élèvera, il se glorifiera au-dessus de tous les dieux, et il dira des choses incroyables contre le Dieu des dieux; il prospérera jusqu'à ce que la colère soit consommée, car ce qui est arrêté s'accomplira.» (Daniel 11.36)

«Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus.» (Matthieu 24.24)

 

Ils (les faux Christs et les faux prophètes) feront des choses prodigieuses et séduiront des personnes qu'on croyait incorruptibles. Ils tenteront même certains élus.

La gratuité des soins et des produits de santé. Elle dure depuis sa prise de pouvoir. Comment ne pas se laisser séduire par cela, quand on est partisan de l'AMU (Assurance Maladie Universelle) prônée par Laurent GBAGBO. Encore ici, il nous sert ce que nous aimons. Opération de séduction donc.

 

Mais ce n'est pas maintenant qu'ils ont commencé les prodiges. C'est depuis les moyens déployés pour la conquête du pouvoir que la séduction a commencé. Lorsque la bête fut guérie de sa blessure mortelle tous l'adorèrent. (Révélation 13.12-14). L'intervention et l'implication directe de la France de Sarkozy qui engageait aussi directement l'ONU dans le conflit, pour la rendre coupable en plein jour d'un coup d'État, est en soi plus qu'un prodige. Ce forfait jetait un grave discrédit sur l'institution internationale qui n'a pas vocation à installer des chefs d'États, fussent-ils ceux des républiques qu'on dit bananières.

 

Ce fut plus que prodigieux, alors qu'il n'était qu'un candidat contestataire des résultats, d'appeler une nation étrangère et toute la communauté internationale à s'engager dans une guerre contre notre peuple. Mais, ce fut pour eux une démonstration de force, pour montrer à tous que désormais la bête tenait une place importante dans le dispositif. Depuis, tous sont à ses ordres. D'où ses nombreux voyages hors du pays, dans la sous région, pour jouer du poids que lui confèrent Satan, le dragon Obama et le faux prophète Nicolas et sa France.

 

Les prodiges, c'est de réussir dans tout ce qu'il entreprend pour séduire, pour détruire, pour exterminer sans que personne sur la terre ne trouve à broncher. C'est de se montrer impitoyable pour le peuple conquis. Il fait ce qu'il veut. Il commet les pires crimes sans que personne, sur la terre ne le ramène à l'ordre.

 

C'est que l'ordre, ce sont eux, lui et ses amis des ténèbres que sont les grands de ce monde. C'est en vertu de cette fraternité des ténèbres d'ailleurs, qu’Obama (le dragon), lui donna son autorité pour manipuler l'ONU pendant la crise qui aboutit à sa prise du pouvoir.

 

Les prodiges, c'est de paraitre un super président en Afrique, donnant ici et là des ordres, bien avant même de s'emparer de la présidence de la CEDEAO. Il est annoncé à la tête du conseil de paix et de sécurité de l'UA.

 

Tout cela participe de la campagne de séduction entreprise pour troubler tous ceux qui, dès le départ, avaient pris leur distance avec lui.

Mais, Le plus grand de ses prodiges est d'avoir pu accéder à ce trône où il ne devait jamais être. C'est une abomination.

 

Frères et sœurs, voici pour vous édifier ce que l'apôtre Paul écrivit pour nous avertir : «Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle DIEU ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de DIEU, se proclamant lui-même Dieu. (…) L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.  Aussi DIEU leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés (2 Thessalonicien 2.3-12)

 

Mes frères, l'apostasie n'est-elle pas arrivée ? Pour qui se prend un homme qui fait jurer sur sa propre tête ? Tous ceux qui ont juré sur sa tête n'ont-ils pas renié DIEU ? Le mensonge n'est-il pas à son comble ? L'iniquité et l'injustice peuvent-elles être mieux servies ailleurs que par ces gens ? Que dire de l'idolâtrie et de la divination dont des démonstrations nous sont, régulièrement, faites depuis 2002 ? Des loges ont désormais pignons sur rue et vous les voyez. Pour ceux qui sont aveugles, ils ont trouvé opportun de vous éblouir jusqu'au fond de l'œil pendant les fêtes de fin d'année 2011.

 

Que l'esprit de vérité vous habite afin que vous soyez sauvés.

 

Suite [ici]


Que DIEU vous bénisse.

 

A. NEBELE Sanseu Épiphanie



29/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres