LGESTSEIGNEUR

44- L’OCCIDENT OU L’ÉLOGE DE LA LÂCHETÉ ?

N. SARKOZY, L'EUROPE ET L'OCCIDENT DÉNONCÉS


«Les chaldéens (…) Peuple furibond et impétueux (…) Il est terrible et formidable; de lui seul viennent son droit et sa grandeur.» (Habacuc 1.6-7)

 

Ce sont les champions de la transparence, de l'économie de marché, de la libre concurrence, de la liberté. Or, dans la «compétition» économique mondiale qu'ils instaurent, ils sont les seuls à en fixer les règles et les mécanismes. Les organismes internationaux et ONG naissent à foison et quadrillent désormais tous les secteurs d'activité. L'économie, le commerce, le social, l'humanitaire, le militaire, le droit et la justice etc. ; toutes les activités sont aujourd'hui sous leur surveillance afin de continuer à garder la main forte sur les plus faibles et les plus démunis. A l'analyse, ces organismes et institutions internationaux se révèlent tous comme étant des instruments de domination.

 

L'économie de marché et la libre concurrence sensées apporter le bonheur à ceux qui travaillent, ne se présentent en définitive que comme une gigantesque arnaque dont les seuls perdants restent toujours les pauvres et les salariés les plus vulnérables à l'échelle de l'entreprise ; les pauvres et les couches sociales les plus démunies au niveau national ; les pauvres et les pays les plus économiquement et militairement faibles sur le plan mondial. Dans ce sport qu'ils ont créé, ils sont les seuls maitres. Les règles du jeu et les critères de réussite, ce sont eux qui les codifient et les certifient. Tout a été établi selon leurs «normes» et leurs «capacités» à eux. Alors, ils obligent par les PAS (Politique d'Ajustement Structurel), en réalité politique d'étranglement, confiée au FMI et à la Banque Mondiale, à tout brader dans nos pays. Ils attendent tranquillement et rachètent tout, à tour de bras. Le lendemain de ces transactions, des sociétés qu'on disait en faillite et irrémédiablement perdues, recommencent à faire du profit avec les mêmes nationaux comme employés.

 

Mais, chose encore plus extraordinaire, elles prospèrent avec des dirigeants nationaux aussi Bété et Baoulé que Kouassi ou Zadi. Nous n'y voyons que du feu, habitués que nous sommes à nous tirer dans les pattes. Et quand nous essayons d'y voir plus clair par la grâce de quelques pays qu'ils se sont obligés eux-mêmes à déclasser émergents, tout s'enlise. Les négociations à l'OMC n'ont jamais été aussi difficiles et longues que quand le Brésil, la Chine et autres se sont pris à vouloir réajuster certains termes trop avilissants du commerce mondial.

 

La CHINE ! Voilà un caillou dans ce bel assemblage. Ils n'ont jamais intégré qu'elle s'éveillerait aussi brutalement et qu'elle aurait les dents aussi longues très vite et surtout qu'elle les battrait à leur propre jeu de compétitivité dans les pays porteurs et vierges que sont les pays du Sud. Désormais, tout leur échappe, les prévisions sont sombres à l'horizon, alors que ces jaunes et ces russes, avec leurs spécificités, rejoignent le système international en conquérants, forcés qu'ils sont d'abandonner leur communisme humilié. Il faut les freiner ou tout au moins les devancer avant que la compétition ne tourne au tragique et à l'irrémédiable pour les uns.

 

Ainsi, après l'échec de toutes les tentatives de déstabilisation du régime chinois par le soutien apporté à toutes les sortes de revendications (place Tienanmen, et autres sécessions), une politique systématique de dénigrement des produits chinois est mise en place par les médias occidentaux qui montent en épingle tous les accidents, tous les échecs survenus en Chine. Tous les produits chinois sont réputés de très mauvaise qualité parce que vendus à moindre coût relativement aux leurs, pendant que toutes les entreprises occidentales s'y délocalisent, Ô paradoxe, pour une plus-value plus conséquente. Là non plus, ce ne fut pas une réussite pour nos pourfendeurs. L'emblème rouge aux cinq étoiles jaunes continue de séduire ces africains qui trouvent assez incongru que ceux mêmes qui dénigrent la Chine y accourent, en visite commerciale très officielle, accompagnés d'un pan entier de leur gouvernement et de tout ce que leur pays compte de chefs d'entreprises les plus significatives. Ailleurs, c'est toute l'économie qui dépend de ces yeux bridés qui ont réussit le tour de magie de s'y approprier le plus grand nombre de bons du Trésor.

 

Comment faire devant cette offensive violente qui risque de reléguer la toute puissante civilisation assyro-babylonienne au second plan ? Comment faire pour que la pseudo civilisation judéo-chrétienne (il y a longtemps qu'ils ont perdu les valeurs chrétiennes) continue d'en imposer ?

 

La réponse se fit tilt dans la tête de ces grands stratèges logés dans les bureaux feutrés du Pentagone, de la CIA, de Paris et de Bruxelles : ''Et si l'on revenait aux bonnes vieilles méthodes, à la bonne vieille recette de l'expansionnisme guerrier ?'' – La démocratie servant de paravent, l'ONU se chargerait de la couverture  diplomatique de l'opération. De toutes les façons, l'on n'a jamais été aussi fort, aussi puissant et aussi dominateur que maintenant sur les institutions internationales.

 

Il fallut recruter. Les critères étaient moins la compétence dans la gestion du pays que le degré d'adhésion à l'ordre nouveau ; l'intelligence à la ruse et le degré de cruauté faisant la différence.

 

Il fut choisi un ange pour la Maison immaculée. Son impassibilité, son aura personnelle, renforcée de son anoblissement dans l'ordre suédois, s'ajoutant à son ascendance simiesque placeraient la première puissance au dessus de tout soupçon. Un singe ne saurait s'attaquer aux siens !

 

Pour ne pas faire de vagues, le commandement fut donné aux éternels aigris et grincheux, toujours à la poursuite d'une gloire qu'ils n'auront jamais plus, si tant est qu'ils en ont à revendiquer. Ils risquaient, ici aussi comme en Irak, de dénoncer en tapages diplomatiques et médiatiques et d'attirer l'attention. Et puis, tout de même, n'est-ce pas leur zone d'influence ? Le choix se porta sur le petit hongrois. Il n'y avait plus en Gaule un seul de ces hommes dont on nous vantait tant le courage et la bravoure des ancêtres.

 

Mais, même cette question réglée, il fallut trouver réponse à une plus grave que soulevait la précédente. Comment s'assurer la réussite, alors qu'il est de notoriété internationale que ceux-là n'ont jamais gagné aucune guerre ? Comment faire la guerre pour eux et la réussir tout en leur procurant toute la gloire ? Car, c'est à ce prix-la seulement que les coqs lui pardonneraient cette sortie.

 

Les génies du droit et de la diplomatie internationale se réunirent et trouvèrent que l'on pouvait lier les mains d'une personne dans le dos pendant son sommeil et le réveiller pour lui faire la guerre sans déclaration et s'enorgueillir de l'avoir battu. Cela est peut-être un peu difficile à concevoir quand il s'agit de querelles entre deux personnes ; mais, à l'échelle de toutes les nations réunies, cela est très bien perçu. Tout le monde entier ne saurait avoir tord ensemble.

 

Alors, la planète entière se réunit et décréta : EMBARGO sur toutes les armes lourdes et INTERDICTION DE VOLER aux avions du pays. Ils prirent soin auparavant de saccager lâchement les quelques avions de combats que nous avions par une affaire rocambolesque non élucidé jusqu'à ce jour. On s'assura aussi, au dernier moment, du contrôle des aéroports pour éviter toute surprise.

 

Et … vlan !!! Pendant plusieurs jours, ce fut la parade de la patrouille tricolore sur la lagune. Sans résistance, sans opposition, ce fut le ballet macabre. Ils mirent tout de même plus d'une dizaine de jours avant de venir à bout d'une seule bâtisse. Et ils exultèrent de fierté, pleins de l'orgueil des pleutres. Et ils remirent ça chez les arabes. EXCLUSION AÉRIENNE sur la Libye. Puis, maitres des airs, ils s'élevèrent et bombardèrent et ils tuèrent et ils exécutèrent, et ils s'installèrent pour piller. Et de deux. A qui le tour ? -Ah Oui la Syrie… [1] (Daniel 11.4-44)

 

En attendant, on s'invita, on parada ce 14 juillet 2011 pour, fièrement, faire l'éloge de la lâcheté. Main dans la main, Obama, Satan fêtait le triomphe de la perfidie avec Sarkozy, le faux prophète [2]. C'est là la dernière image de l'occident triomphant.

 

Voici, il vous est né un conquérant, nain. Mais,  un conquérant tout de même. Un gagneur, lâche, mais un vainqueur tout de même. Seul le résultat compte ; et lui, au moins, a le mérite de vous faire renouer avec la fierté qu'éprouvent ceux qui écrasent la vermine.

 

Un bel anniversaire, cher ami Nicolas, que celui de votre bébé avec la belle ! Vous pourriez le commémorer en lui racontant que ce jour-là, papa donna l'ordre d'exécuter un détestable chef arabe. Ou encore que cette année-là, tu fus conçue entre deux réunions avec l'état major, pendant que papa planifiait la mise à mort de milliers de négrions à Abidjan et alentour.

 

Et puis, réussir deux fois de suite le tour de passe-passe de passer outre les réserves des «deux ailes du grand aigle», n'est-ce pas là une performance pour la diplomatie du mensonge ? - Vas-y mon coq ! Fonce. Il y a encore des territoires à mettre au pas pour l'exemple, afin que tous comprennent que quand les maitres ont parlé, il ne saurait y avoir de contestation possible.

 

Alors, occupe, pille, remplis tes greniers, fais des réserves pour les tiens. Ces Russes et ces Chinois, quand ils s'en rendront compte, tu auras déjà mis tes petits à l'abri du besoin pour … pour … .

 

Pour combien de temps cher ami ? - Oui, pour combien de temps encore pourras-tu jouir toi et les tiens de ce prodigieux pillage ? Ton dieu t'a-t-il dit jusqu'à quand ? - Non ? - Quoi ! Il ne parle pas ? Quel gâchis !

 

Écoutez le DIEU Vivant, Celui qui parle par les prophètes. Écoutez ce que l'ÉTERNEL DIEU dit aux nations :

«A qui assimilerez-vous DIEU et quel simulacre placerez-vous devant Lui ? L'idole ? C'est un artisan qui l'a coulée ; mouleur, il plaque sur elle de l'or, moulant aussi des bandeaux d'argent. Celui qui est plus limité pour sa contribution au culte, c'est du bois inaltérable qu'il choisit. Il se cherche un artisan habile pour dresser une idole qui ne branle pas». (Esaïe 40.18-19 TOB)

 

«Ne savez-vous pas, n'avez-vous entendu, ne vous a-t-il pas été annoncé dès l'origine, n'avez-vous pas discerné le Fondateur de la terre ? Il habite, Lui, sur le dôme couvrant la terre dont les habitants font figure de sauterelles ! Il a tendu les cieux comme un rideau, Il les a déployés comme une tente pour y habiter. Il réduit à rien les chefs d'État, les juges de la terre, Il en fait une nullité ; oui, peu importe qu'ils soient implantés ; oui, peu importe qu'ils se soient disséminés ; oui, peu importe que leur souche soit enracinée dans la terre ! Même alors, s'Il souffle sur eux, les voilà qui sèchent et le tourbillon les enlève comme de la paille. A qui m'assimilerez-vous ? A qui serai-je identique ? Dit le SAINT». (Esaïe 40.21-25 TOB)

 

Craignez l'ÉTERNEL DIEU. Lui seul mérite d'être adoré. Craignez l'ÉTERNEL mes frères, car Il est puissant votre DIEU, le Saint d'Israël. Il a fait de grandes choses pour nous et demain encore, Il en fera pour éblouir et subjuguer tous ces méchants tyrans de la terre afin d'établir son règne par l'agneau qui exercera en Son Nom pour des siècles et des siècles.

 

Lire [45]

 

Que DIEU vous bénisse mes frères.

 

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie


20/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres