LGESTSEIGNEUR

43- N. SARKOZY, L’EUROPE ET L’OCCIDENT DÉNONCÉS

«1.5 Jetez les yeux parmi les nations, regardez, et soyez saisis d'étonnement, d'épouvante! Car je vais faire en vos jours une œuvre, que vous ne croiriez pas si on la racontait. 1.6 Voici, je vais susciter les Chaldéens, peuple furibond et impétueux, qui traverse de vastes étendues de pays, pour s'emparer de demeures qui ne sont pas à lui. 1.7 Il est terrible et formidable; de lui seul viennent son droit et sa grandeur. 1.8 Ses chevaux sont plus rapides que les léopards, plus agiles que les loups du soir, et ses cavaliers s'avancent avec orgueil; ses cavaliers arrivent de loin, ils volent comme l'aigle qui fond sur sa proie. 1.9 Tout ce peuple vient pour se livrer au pillage; ses regards avides se portent en avant, et il assemble des prisonniers comme du sable. 1.10 Il se moque des rois, et les princes font l'objet de ses railleries; il se rit de toutes les forteresses, il amoncelle de la terre, et il les prend. 1.11 Alors son ardeur redouble, il poursuit sa marche, et il se rend coupable. Sa force à lui, voilà son dieu!» (Habacuc) Lisez aussi la version TOB.

 

Nicolas Sarkozy, qui s'est institué acteur majeur de cette fin des temps, évoquée dans les Révélations, est ici aussi, dévoilé par Habacuc, serviteur de notre DIEU Saint, à la suite du prophète Daniel. La révélation que relate le prophète, est la réponse que lui fit le SEIGNEUR par une vision, pour répondre à ses lamentations face aux méchancetés et injustices qui se commettaient devant Ses yeux. La réponse ici montre que, le Tout-Puissant permet, avant d'agir pour Sa part et pour Sa gloire, que l'ignominie arrive à son comble. Notre DIEU, qui est le DIEU de Justice, ne saurait s'en prendre à un homme innocent et à son peuple. Il laisse donc le méchant, l'orgueilleux et l'hypocrite faire étalage de toute sa perfidie (il se rend coupable) afin que tous voient et que tous jugent en toute connaissance.

 

Alors, lisez la prophétie d'Habacuc. Lisez et dites moi que vous n'avez pas reconnu dans ce passage les temps que nous vivons. Soyez attentifs et dites-moi, je vous prie, que ce ne sont pas là les événements présents et le portrait de contemporains qui sont étalés. S'il vous plait, analysez et réveillez-moi pour m'apprendre que, victime d'une fièvre, je délirais.

 

Un peuple envahisseur, oppresseur et pilleur

 

Pour le moment, dans mon délire, «le peuple furibond et impétueux, les chaldéens (ou les babyloniens)» c'est la France mandatée par les européens, c'est tout le peuple de l'Occident à travers l'OTAN et l'ONU. Ce sont ceux là qui, en conquérants des temps modernes reprennent possession de nos États, les vassalisent, y placent des gouverneurs Africains, cette fois-ci, sous le faux plâtre d'élections démocratiques très truquées pour l'option A (Burkina, Congo, Togo, Guinée, Gabon, excusez du peu). L'option B, guerrière, étant réservée aux récalcitrants de la classe (Afghanistan, Irak, Côte d'Ivoire, Libye …) pour ensuite continuer à s'y adonner au pillage. Leurs intentions sont clairement identifiées et dénoncées par l'ÉTERNEL : «Tout ce peuple vient pour se livrer au pillage». Rien ne les arrête, même pas le droit, surtout pas le droit qu'ils disent incarner. Pour ce peuple (et pour son roi) le droit, c'est eux. Car, nous dit le SEIGNEUR, «de lui seul viennent son droit et sa grandeur». Les résolutions de l'ONU, qu'ils violent allègrement quand elles ne les arrangent pas, alors qu'ils les imposent avec toute la rigueur aux autres en est une preuve. Les violations des droits des autres peuples, dont ils se rendent coupables, ne se comptent plus. Ils utilisent aujourd'hui, une arme pour exterminer les autres ; demain, ils en interdisent l'acquisition à leurs victimes, pendant qu'eux continuent d'en posséder et d'en user.

 

Des peuples entiers sont leurs prisonniers. Très nombreux, «il les assemble comme le sable». Ces prisonniers, ce sont les partisans du camp opposé à leur conquête : partisans de GBAGBO en Côte d'Ivoire, de Kadhafi en Libye, de Saddam hier en Irak qu'on laisse malmener et tuer. Ils sont, ou du moins, nous sommes prisonniers. Ceux qui restent en vie sont tout le temps épiés et traqués. Ils ont perdu la réalité de leur liberté. Les peuples conquis sont les captifs de leur système d'exploitation, prisonniers de leur gouvernance mondiale. Et ils sont nombreux, les prisonniers, si l'on ajoute aux premiers, tous ces malheureux qui, de cette condition, s'ignorent. Ceux-là qui, parce que leur livrant nos États, se croient libres, en rajoutent au ridicule qui fait pouffer de rire Nicolas le conquérant, qui, déjà se rit de nos souverains. Oui, il s'agit bien de lui. Le pronom personnel ''il'' qui semble ne désigner dans cet extrait que le peuple européen se réfère à lui aux versets 10 et 11. Dans la version Tob, la présentation est même plus précise : «C'est lui qui…du roi » ; «C'est lui qui… des forteresses».

 

Nicolas l'orgueilleux et son dieu licorne

 

La version TOB est très explicite dans la désignation du criminel : «Le voilà qui vient le visage tendu vers l'avant (…) c'est lui qui se moque des rois, les princes sont un jouet pour lui. C'est lui qui se joue des forteresses (Habacuc 1.9) Qui est-ce qui a fait tomber des rois ? Qui est-ce qui a ridiculisé des souverains dans ce temps de la fin ? La suite de la réponse du SEIGNEUR dans la vision en Habacuc 2.4 et plus, atteste fort bien qu'il s'agit de notre Nicolas.

 

«Le voici plein d'orgueil, il ignore la droiture (…). Assurément le vin est traitre : cet homme présomptueux ne reste pas à sa place (…)» (Habacuc 2.4-5 TOB).

 

Ce vin dont il est question, c'est celui de la colère de DIEU. C'est la coupe que DIEU fit boire à tous les rois de la terre pour qu'en ce temps de la fin, ils n'aient plus leur raison et agissent à l'encontre de tout bons sens (Jérémie 25.15-17).

 

«L'homme présomptueux», rappelez-vous, c'est lui le roi du nord «impudent et artificieux» (expert en astuce- Daniel 8.13), du temps de la  fin. «Il ne tient plus à sa place». Il sort du cadre que lui prescrivaient sa sphère d'influence. Il tue en Côte d'Ivoire, il détruit en Libye et il massacre en Syrie. Il déloge les chefs des nations, il les traque comme des bêtes sauvages avant de les faire abattre et traîner comme des animaux.

 

Aucun palais (forteresse) ne lui résiste. Il les frappe, les détruits de sa force qui est son dieu. Sa force, «son dieu», c'est elle dont le nom est révélé en Côte d'Ivoire (Révélation 13.11), c'est la force licorne []. C'est elle qu'il utilise contre les forteresses. C'est cette force Licorne qui, dans ce monde physique, est sa puissance de feu. C'est cet animal mythique qui est la divinité dont il est le prêtre et le faux prophète dont parle le livre des Révélations. C'est à cette divinité des forteresses que celui qu'il a installé dans le palais d'Houphouët BOIGNY à Abidjan «rend des hommages avec de l'or et de l'argent, avec des pierres précieuses et des objets de prix» (Daniel 11.38). Autant le dire tout net, c'est à Sarkozy que sont destinées en premier et en priorité nos richesses pillées avec la bénédiction de Ouattara. L'or, le diamant (les pierres précieuses) et les richesses de notre sous-sol tombé sous son contrôle depuis 2002, l'argent de notre trésor (Qui a parlé de valises d'argent ?), tout est mis à contribution pour récompenser, et honorer le faux prophète, Sarkozy, afin qu'il réalisât avec son dieu Licorne, le «seul désir» de celui qui décida de marcher sur nos corps décapités pour accéder au Trône.

 

Après cela, après tous ces vols, Sarkozy pouvait bien sûr se moquer de ses compatriotes en claironnant que les salaires du président français et de ses ministres sont gelés pour cause de crise des finances. Bel exemple d'austérité. Nous ne fouillerons pas les valises de Copé, ni celles de Guéant rentrant de mission d'Abidjan. A propos, combien sont déjà venus se servir depuis avril 2011, ces émissaires du roi Sarkozy ? - Passons sur ces tristesses. N'en faites surtout pas une histoire, mes frères. Nous avons encore des richesses insoupçonnées. Et puis, la vengeance n'est-elle pas à l'ÉTERNEL ?  La richesse aussi est à notre SEIGNEUR, Il sait ce qu'Il nous a préservé.

 

Pour prendre les forteresses (les palais), c'est-à-dire pour les détruire, les  différentes traductions sont floues sur la technique utilisée par la force. Rappelez-vous qu'à ce temps là, le prophète n'a pas le vocabulaire pour expliquer que des hommes puissent voler. Mais la version TOB est plus facilement interprétable et plus proche de la réalité ; et elle dit : «c'est lui qui se joue de toute forteresse : pour la prendre, il fait une levée de terre» (Habacuc 2.10). Les deux points explicatifs insistent pour nous indiquer la technique que le dieu des forteresses utilise pour les détruire : «Il fait une levée de terre», cette expression est rendue ailleurs par «il amoncelle de la terre» (et il les prend). L'image nous renvoie à une sorte  d'élévation. C'est qu'il cherche à prendre de la hauteur au-dessus de la terre «amoncelée» avant de fondre sur sa proie. Dans ce sens, l'expression «il fait une levée de terre» se traduit mieux par «il s'élève de terre». Ce qui veut tout simplement dire que la divinité en question a la possibilité de quitter le sol (la terre), de voler. Et c'est d'ailleurs ce qui est le cas pour cette force licorne qui par ses hélicos ou avions de guerre s'éleva de terre pour déverser bombes sur bombes sur la Résidence de GBAGBO à Abidjan, avant le bombardement des palais de Tripoli.

 

Le piège divin

 

La Parole, précise et destinée à nous instruire au temps marqué, c'est-à-dire au temps de la fin, ajoute : «c'est alors qu'il se rend coupable». La version TOB dit : «c'est alors que l'esprit a changé. Il a passé outre et s'est rendu coupable ; celui là, sa force est son dieu !» Cette phrase n'est pas anodine et je voudrais que nous essayions de la comprendre davantage.

 

Comme nous l'avons vu dans les chapitres concernant F.H. BOIGNY [1], le SEIGNEUR nous a abandonné à la merci de ce peuple, descendant du roi de Babylone, qui reçut pouvoir, lui et ses descendants, de nous dominer et de nous asservir pendant une durée dont les soixante-dix dernières années courent jusqu'en 2014. Pendant ces années là, quiconque sur cette terre d'Afrique, refusait de se plier à ce joug, à la domination de l'Europe, devait être brisé (Jérémie 25.9-12 ; 27.7-11). Pendant cette période donc, toute exploitation, tant que cela restait de l'exploitation était reconnue et tolérée par notre DIEU qui nous avait fixé ce temps pour expier le péché. C'est ce qui explique les revirements de F.H.B. chaque fois que l'oppresseur durcissait le ton. Il s'inséra au cœur de leur pouvoir (cinq gouvernements français nous dit-on) pour réussir à le faire fléchir par la collaboration et le dialogue. Laurent GBAGBO ne fit pas autre chose. Quand il les sentit irrités, il leur céda tout (port, secteur électrique, eau, communication, chemin de fer, construction du troisième pont) malgré le nationalisme qu'on lui connait. Il n'obéissait qu'à cette sentence prononcée par DIEU contre Son peuple.

 

Sarkozy était donc, aux yeux du SEIGNEUR, dans son droit tant qu'il s'employait dans les limites de ce temps qui ne prend fin qu'en 2014, à rester maitre, dominateur et exploiteur de l'Afrique. Mais non, la grande Europe et la civilisation conquérante occidentale ne peuvent pas en rester là ! Il faut reprendre la main. Il faut recoloniser avec un nouveau type de gouverneurs, cette fois-ci, Africains eux-mêmes, mais formatés à la nouvelle gouvernance mondiale.

 

La grande raison évoquée, varie à peine de la mission civilisatrice, c'est l'expansion de la démocratie. Grande valeur humanitaire que se réclame l'occident comme patrimoine propre. Cette valeur a été instaurée il n'y a pas très longtemps au Togo et au Gabon où les fils ont succédé aux pères avec pertes et fracas. Elle a cours avec beaucoup de réussite dans les deux Congo ; l'un avec un revenant et l'autre avec un fils (encore un !). Non, ne me le faites pas dire. De toutes les façons avec seulement trois cas permettez que nous n'ouvrions pas encore d'enquête pour cause de parricide. Continuons donc pour dire que les valeurs démocratiques sont bien implantées au Burkina Faso où, depuis bientôt trois décennies, règne un moro naba ensanglanté.

 

L'expansionnisme marche, les peuples restent opprimés alors vive la démocratie, même si les rois de ces contrées s'en mettent plein les comptes logés chez eux dans les paradis fiscaux. Tout va bien et même très bien tant que ces petits rois se rendent coupables. Ils s'offrent mieux à la pression et au chantage. Cela d'ailleurs permet à ces occidentaux de s'enhardir et de pousser toujours plus loin l'outrecuidance.

 

C'est qu'ils n'ont pas dormi durant tout ce temps, nos bourreaux ! Ils ont épluché les Textes, ils ont formé des commissions sécrètes, ils ont mis des stratégies en place, ils ont construit de gigantesques ambassades qui logent de gigantesques réseaux et système de surveillance et de renseignement. Ils ont échafaudé des plans. Jamais les voyants et les astrologues n'ont été aussi courtisés par des hommes de pouvoir. Des spécialistes en tout genre, sont consultés pour les bouts de Texte qu'ils ont pu lire et comprendre. Mais, jamais ils n'ont su quand et comment ils commettraient l'irréparable. Jamais ils n'ont su comment DIEU les pousserait à la faute pour leur prouver leur iniquité et les confondre afin de prendre la défense de son peuple qu'ils ont pris soin de museler.

 

«Je t'ai tendu un piège, te voilà prise à ton insu, Babylone, découverte, attrapée, parce que tu t'es engagée contre le SEIGNEUR.» (Jérémie 50.24)

Et bien je vous l'apprends, chers amis, votre orgueil disproportionné vous a perdu. Il y a des hommes à qui on ne s'attaque pas. Oui, il existe des hommes qui jouissent de la protection directe du Tout-Puissant. C'est au plus grand de ceux-là que vous vous en êtes pris. Vous êtes tombés dans le divin piège dès l'instant où vous vous êtes donné pour mission de maintenir dans l'asservissement ce peuple. Vous vous êtes précipités dans la fosse dès l'instant où vous avez attenté à la vie de Laurent GBAGBO. C'est dès lors que vous avez enseveli cet homme que vous avez pris pour insignifiant sous les décombres de la Maison de Son Père (le Sanctuaire de DIEU) que vous vous êtes rendu coupables.

 

Or, dès cet instant, le cher Nicolas s'est senti un destin de conquérant invincible, protégé et propulsé toujours plus en avant par sa force, «son dieu» dont il est le prophète. «Alors son ardeur a redoublé».

 

Cette chose ne lui a-t-elle pas permis de renverser le Sanctuaire de DIEU ? Il avait même commencé à fanfaronner sur sa mission, (son job) devant ses journalistes. «L'esprit a changé. Il a passé outre et s'est rendu coupable». Il avait désormais une confiance absolue en ses pouvoirs et était prêt à tout affronter. Il s'abattit alors, de toute sa cruauté sur la Libye avant de fondre rageusement sur la Syrie.

 

La faute de N. Sarkozy et de son peuple

 

Le SEIGNEUR DIEU vous rappelle que vous avez outrepassé votre mission. «Malheur à l'Assyrien, verge de ma colère! La verge dans sa main, c'est l'instrument de ma fureur. Je l'ai lâché contre une nation impie, Je l'ai fait marcher contre le peuple de mon courroux, pour qu'il se livre au pillage et fasse du butin, pour qu'il le foule aux pieds comme la boue des rues. Mais il n'en juge pas ainsi, et ce n'est pas là la pensée de son cœur ; il ne songe qu'à détruire, qu'à exterminer les nations en foule (Ésaïe 10.5-7)

 

Eh oui !  Quand vous détruisez la Résidence-forteresse, en attentant à la vie de son occupant et que vous tuez des milliers d'innocentes personnes en Côte d'Ivoire avec votre force qui «fait descendre du feu du ciel», vous n'êtes plus dans l'asservissement cher monsieur. Cela s'appelle de la violence dévastatrice et de l'extermination et c'est l'expression très marquée de la haine et des ténèbres qui fait saillie ainsi. Vous êtes alors passé outre votre mandat divin sur nous.

 

Et, quand vous faites tuer des chefs d'État, souverains de leur nation qui vous ont tout accordé (contrats et financements), et que vous faites trainer des corps qui ont incarné la dignité et la fierté de leur peuple pendant des décennies, ce n'est plus le joug que vous exercez. Cela s'appelle un crime crapuleux et c'est tout un peuple que vous piétinez et ridiculisez en humiliant ainsi son roi. C'est pourquoi le SEIGNEUR vous pointe du doigt ainsi en ces termes : «C'est lui qui se moque des rois, les princes sont un jouet pour lui» (Habacuc 2.10, TOB). Là également, vous avez largement outrepassé les droits qui vous étaient accordés. C'est pourquoi vous serez frappé et vous serez ravagé sans ménagement, comme vous avez ravagé des nations en foule. Car, vous avez agi sans cœur. Votre Europe (Babylone), tant chérie, sera rasée parce que vous avez utilisé votre force de manière disproportionnée contre Son Peuple et contre Son Sanctuaire pour les détruire. Ce ne sera que justice, quand Il agira de même contre vous. Préparez-vous ! Peut-être que votre dieu sculpté et sans vie pourra vous sauver la vie au jour de la colère du DIEU Vivant qui arrive orageusement.

 

Moi, je frisonne pour vous, à la seule idée que l'ÉTERNEL ait prononcé sur vous cette sentence : «Autant elle s'est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil». (Révélation 18.7).

 

Mes amis et frères d'Europe, vous qui craignez encore l'ÉTERNEL, vous en qui notre Pape bien aimé, Jean Paul II est venu raviver la foi, cette phrase, je vous le dis, n'annonce pas un bon présage. Car combien sera grande la destruction et la désolation quand nous considérons le luxe actuel dans lequel vous vous vautrez ? Combien sera grande la dévastation et immense le tourment quand on sait les siècles de souffrance que vous avez fait endurer aux autres. C'est pour l'ensemble de votre œuvre que vous serez payés. C'est dire aussi qu'autant votre terre attire nos enfants aujourd'hui, autant ils l'auront en horreur après le passage de la destruction résolue par le SEIGNEUR sur vous.

 

Ce que ces prophéties mettent en exergue, outre l'arrogance et le déni d'équité de ce peuple, ce sont trois dimensions de sa nature profonde que campe bien celui qui l'incarne aujourd'hui.

 

C'est un peuple qui use d'enchantements et qui se livre à la divination. A la vérité, tout ce qu'ils ont rangé sous le vocable de mythologies est resté pour eux, des divinités auxquelles ils vouent diversement des cultes. Car dit le SEIGNEUR, «c'est un pays d'idoles; ils sont fous de leurs idoles». (C'est un pays à statues des figures monstrueuses les font délirer Jérémie 50.38TOB) Ceux qui ne font pas comme Nicolas, recours aux dieux de leur mythologie, se réfugient auprès de gourous, dans des sectes où ils sacrifient la majeure partie de leurs biens pour la gloire ; les stars sont les adeptes les plus recherchés de cette deuxième pratique. Ce sont les plus médiatisés. Mais de nombreux autres s'y adonnent hypocritement. Le troisième groupe, c'est le plus dangereux, se veut volontairement diffus, il recrute partout. Toutes les croyances s'y retrouvent. Ce qui compte vraiment pour eux, c'est le respect du pacte qu'on y lie. Tous pour un, un pour tous, ils sont très ambitieux et ont pour objectif la conquête de toutes les places de décision. Ce sont des sociétés sécrètes. Ils sont idolâtres, ils cultivent l'obscurantisme et l'ostracisme est leur moyen de prédilection. Ces pratiques, nous les découvrons maintenant. Mais, ne nous y trompons pas, elles existent depuis des siècles.

 

Le deuxième trait de caractère qui se dégage de notre héros et que révèle la Parole, c'est sa nature à peine cachée de pilleur. En vérité il vient avec tout son peuple et tous ceux qu'ils représentent pour faire du butin, ce que dénonce le SEIGNEUR en ces termes «Tout ce peuple vient pour se livrer au pillage». C'est sûr, l'homme n'est pas égoïste. Car, s'il est vrai qu'en tant que prophète de sa divinité «licorne des forteresses», il reçoit personnellement des dons (de l'or et de l'argent, avec des pierres précieuses et des objets de prix -Daniel 11.38) pour service accompli en Côte d'Ivoire, quand ce ne sont pas carrément des détournements comme ce fut le cas (des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses -Daniel 11.43) lors de la chute de Moubarak, en Égypte ; il est tout aussi vrai qu'il en fait bénéficier ses peuples mandants. C'est pour eux, c'est pour cette communauté, aujourd'hui Union Européenne, et pour tout l'Occident, pour que puisse se réaliser la Parole, que Sarkozy a «ses regards tant portés vers l'avant». Il est ivre d'une avidité sans nom. Il tue, il dévore, il enlève, il pille pour mettre les siens à l'abri du besoin.

 

Le dernier trait de caractère de Sarkozy, qui résulte d'ailleurs du second, c'est sa stature de conquérant qu'il se plaisait à se construire (on doit le dire au passé maintenant). C'est que la cape de vengeur lui ayant réussit en Côte d'Ivoire, il se vit, en songe certainement, l'Afrique à ses pieds et l'Occident le louant de l'avoir sauvé de la banqueroute promise. Il sait que tous, derrière lui, sont rangés sous la bannière de l'OTAN pour le pousser à leur assurer un pillage éternel par la mainmise sur des ressources illimitées. Il faut qu'il réussisse. La postérité le retiendrait alors comme le dernier conquérant européen à avoir mis un coup d'arrêt à la tentative des Africains à se reprendre en main. Il aurait ainsi vaincu DIEU dans ses projets.

 

Ouf ! Quel destin pour le petit hongrois ! - Eh bien, nous verrons bientôt ! Pour le moment vous êtes démasqués grâce à notre DIEU, par Habacuc dont toute la prophétie est axée sur le temps de la fin et vos pratiques.

 

Relisez ces cinq malédictions et vous vous reconnaitrez certainement, vous et votre peuple.

-Malheur ! Il accumule ce qui n'est pas à lui ! Jusqu'à quand ?- Il se charge d'une dette de plus en plus lourde. Ne vont-ils pas se dresser tout à coup, tes créanciers se réveiller, ceux qui te secoueront ?- Tu deviendras une bonne prise pour eux, comme tu as pillé des nations en nombre, tout le reste des peuples te pillera, à cause du sang humain, à cause de la violence faite au pays, à la cité et à tous ses habitants.

-Malheur ! Il se taille une part malhonnête pour sa maison, afin de faire son nid tout en haut, pour esquiver la main du malheur. C'est la honte de la maison que tu as décidé ; causer la fin de ton peuple en nombre. (…)

-Malheur ! Il construit une ville sur le sang, il fonde une cité sur le crime ! Ceci ne vient-il pas du SEIGNEUR, le Tout-Puissant : ''Les peuples peinent pour du feu, les nations s'éreintent en vain, car le pays sera rempli de la connaissance de la gloire du SEIGNEUR, comme les eaux comblent la mer.

-Malheur ! Il fait boire son prochain ! Tu mêles ton poison jusqu'à l'ivresse pour qu'on jouisse du spectacle de sa nudité. Tu es gorgé d'infamie et non de gloire ! A ton tour de boire et d'exhiber ton prépuce : la coupe de la droite du SEIGNEUR se renverse sur toi, et après la gloire c'est la déconvenue !

Oui la violence faite au Liban te submergera, et les bêtes qui ravageaient seront écrasées. A cause du sang humain, à cause de la violence faite au pays, à la cité et à tous ses habitants.

A quoi bon une statue, sculptée par l'artisan, ou fondue pour enseigner la fausseté, si l'artisan de  cet ouvrage se confie en lui pour faire des idoles ?

-Malheur ! Il dit à un morceau de bois : «Lève-toi !» ou : «Réveille-toi !» à une pierre silencieuse, et annonce : «Elle va enseigner !»  La voici plaquée d'or et d'argent mais aucun souffle ne l'anime. (Habacuc 2.6-19)

 

Voilà ! Tout est dit dans la prophétie. Mes frères, ne commentons pas les trois premiers malheurs sur notre conquérant et son peuple; car, n'est-ce pas que nous le savions voleur et pilleurs. Nous les connaissions également menteurs et malhonnêtes. Assassins, meurtriers et génocidaires aux mains tâchées de sang, nous ne l'ignorons plus. En revanche le sadisme et l'idolâtrie, nous les découvrons tous ensemble dans le caractère de notre Sarkozy et de son peuple. Cet homme, grand roi de la civilisation gréco-judéo-romaine qui se veut au-dessus de toutes les autres, dans le secret de ses appartements, se livre à des choses aussi horribles qu'abominables ! Rentré, après s'être délecté de la souffrance qu'il inflige aux nations et aux peuples, après s'être amusé de voir trainer dans la boue les chefs d'États, heureux et fier de la réussite de ses ruses, notre homme se confie à son morceau de bois. Oui frère, Sarkozy adore des idoles, objets sans vie. Il parle à la statue, il lui confie sa cause et son avenir. Il attend de la statue qu'elle prédise et qu'elle le guide. C'est son dieu. Cet homme présomptueux, «qui trame le mal contre le SEIGNEUR, cet homme aux desseins infernaux» (Nahoum 1.11), voici qu'il s'avilit devant des riens dans les ténèbres. Mais il est dévoilé par le SEIGNEUR. C'est sûr, quand la dévastation résolue passera tout sera mis à nu. Quand viendra l'effondrement, la statue dans les palais sera mise à nu elle sera découverte (Nahoum 2.8).

 

A quoi cela sert-il de s'opposer au DIEU vivant, de se prendre soi-même pour un dieu, si c'est pour se prosterner devant un objet pour en faire son dieu ? Oh quelle tristesse ! Quelle abomination ! Quelle honte !

 

Prenez soin de vous mes frères et louez le SEIGNEUR. Lui seul est DIEU.

Que DIEU vous bénisse.

 

Suite [44]


A. NEBELE Sanseu Épiphanie



20/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres