LGESTSEIGNEUR

39- COMMENT SE FAIT LA PRISE DU POUVOIR PAR OUATTARA ?

 38- LA DOMINATION : Ouattara au pouvoir

Sarkozy combat GBAGBO pour Ouattara

 

Pour finir ce chapitre 11, le Seigneur évoque l'affrontement lié au temps de la fin. Cet affrontement c'est la crise postélectorale en Côte d'Ivoire (Au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui) et l'intervention musclée de Sarkozy contre Laurent GBAGBO (le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête) puis le déferlement de la France sur «le pays magnifique» c'est-à-dire sur l'Afrique. Expliquons.

 

 

La crise postélectorale en CI

 

«11.40 Au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera.

 

La première phrase du verset 11.40 nous permet de situer les événements mentionnés dans le temps que nous vivons, après les avoir identifiés.

 

«… Le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête… »

Trois personnes sont mentionnées dans ce verset.

 

Le roi du midi» qui se trouve être le roi de notre nation, la Côté d'Ivoire la véritable nation d'Israël de DIEU.

Lui», c'est Dramane Ouattara le roi dont les actes sont relatés du verset 11.32 au verset 11.39.

-Et «le roi du septentrion» c'est-à-dire Nicolas Sarkozy le roi du Nord.

 

Dans cette phrase, pour la première fois est évoquée l'idée d'un affrontement direct entre les deux (Laurent GBAGBO et Ouattara). C'est une opposition frontale que traduit bien le verbe «se heurter» (le roi… se heurtera contre lui) dont le sens est d'ailleurs renforcé par la préposition «contre» qui aurait pu suffire à elle seule pour marquer l'adversité.

 

En outre, la pronominalisation du verbe (se heurter contre lui ou s'affronter avec lui dans la TOB) conforte l'idée qu'il ne s'agit plus d'un affrontement par personne interposée mais d'un choc frontal dans lequel, l'un affronte de sa personne, l'autre. Dans la version support (L. Segond) ou dans la TOB, se perçoivent clairement deux hommes, s'opposer (le roi s'affrontera avec lui). Le roi du midi d'une part et ''lui'' de l'autre.

 

C'est un affrontement, comme on le voit, entre un roi et un quidam. C'est-à-dire entre une personne détentrice du pouvoir exécutif (roi) et une autre y aspirant ou tout au plus cherchant à le renverser. Or, si nous n'envisageons pas, au temps de la fin, les chefs de nos États descendants comme des gladiateurs «s'affronter» avec leurs adversaires ou leurs ennemis dans une arène comme au moyen âge, alors nous pouvons affirmer que la seule occasion qui puisse être donnée à un individu de s'opposer frontalement à un souverain, se trouve aujourd'hui être le second tour d'une élection présidentielle. L'affrontement qui est mentionné est donc le deuxième tour du scrutin qui opposa L. GBAGBO président (roi du Midi) à Alassane O. (le dévastateur) aspirant au trône du premier.

 

Mais, jusqu'à ce niveau de notre analyse, ce que les mots peuvent nous communiquer se limite à la dureté de l'affrontement.

 

En effet, même si derrière cette image de heurt entre les deux, peuvent se profiler brutalités, exactions, tueries et autres atrocités, rien ne peut honnêtement nous permettre d'affirmer qu'il y a guerre. Tel fut le constat, je crois, au lendemain du deuxième tour du scrutin qui vit les deux protagonistes s'affronter directement et ouvertement pour la première fois.

 

Mais tel ne fut plus le cas, vous en conviendrez, dès lors que Sarkozy décida de s'ingérer directement et brutalement dans le conflit. C'est d'ailleurs ce que nous traduit le passage : «le roi du septentrion fondra sur lui (…)».

 

Le roi du septentrion, c'est lui. Le roi du royaume du Nord, c'est Nicolas le conquérant et sa France. C'est lui le réparateur (?) de torts (lesquels ?). C'est Nicolas le justicier, le Zorro des temps modernes qui se précipita rageusement à la rescousse de l'innocent mignon petit nègre désespéré, sans armes et sans défense qui pourtant détenait des roquettes et avait installé et entretenu une armée au cœur de notre République et en usait contre les forces régulières et la nation. Il dévala, furieux, investi par la communauté mondiale de faire entendre raison à ces nègres indociles campés en bouclier autour de leur roi Laurent GBAGBO.

 

La violence et l'ampleur de l'attaque de la France de Sarkozy contre la Côte d'Ivoire sont fidèlement rendues par deux comparaisons qui traduisent toute l'intensité dont l'Ange du SEIGNEUR voulut charger ses propos. Ce fut, en effet, «comme une tempête» que l'ouragan Nicolas déferla sur le pays. Outrepassant le cadre de sa mission (?) onusienne et «comme un torrent débordant», il submergea nos troupes qui prirent l'eau de toutes parts. En un rien de temps, ses forces, impériales dans les airs (il n'y avait aucune opposition aérienne), et dominatrices sur terre et sur mer, occupèrent les aéroports, les ports et tous les points stratégiques du pays.

 

Désormais, elles patrouillaient orgueilleusement dans la ville, pendant que son armée de l'air pilonnait méticuleusement la Résidence avec à l'intérieur Laurent GBAGBO, que nous nous sommes donné pour roi avec la bénédiction de notre DIEU. En quelques jours, la ruine, la désolation et l'humiliation étaient notre lot. Sarkozy avait finit le boulot, ''le job'' comme il dit. Il pouvait venir parader sur les bords de la lagune Ébrié, l'air hautain, la poitrine toute gonflée de fierté, ses caisses remplies de nos trésors promis.

 

Ailleurs, la Parole nous révèle la vraie nature de l'homme et les ambitions profondes qui le motivent : c'est un pilleur qui se livre à la rapine. Les versets 42-43 qui témoignent de ses agissements en Égypte, en Tunisie et en Libye  sont assez explicites sur cet état de fait.

 

Le ''printemps'' arabe

 

11.41 Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont; mais Édom, Moab, et les principaux des enfants d'Ammon seront délivrés de sa main. 11.42 Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d'Égypte n'échappera point. 11.43 Il se rendra maître des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses de l'Égypte; les Libyens et les Éthiopiens seront à sa suite.

 

Le plus beau des pays c'est l'Afrique. Il faut se rappeler que parallèlement à ses activités en Côte d'Ivoire, Nicolas Sarkozy a eu à s'immiscer dans la crise égyptienne et à perturber la quiétude des peuples tunisiens et libyens.

 

Il est à remarqué la distinction qui est faite de l'action de Sarkozy en Égypte de celle qui est mise en pratique dans les deux derniers pays cités.

 

En effet, alors que dans les Textes, ce sont les deux peuples ''Libyens'' et ''Éthiopiens'' qui «sont à sa suite» c'est-à-dire qui se laissent mener et qui livrent leur nation au pillage à la France de Sarkozy et à l'Occident, ce n'est pas le cas de l'Égypte dont le peuple (Égyptiens) n'est jamais mentionné.

 

En clair, dans ces deux pays que sont la Tunisie et la Libye, le peuple s'est laissé manipuler et a livré lui-même son pays et ses richesses à Sarkozy et à ses commanditaires. On leur a fait croire qu'ils étaient maitres de la révolution suscitée et ils se sont laissés floués. En fin de compte, tout leur échappera et ceux qui seront placés à la tête de ces pays sont des pions aux mains des occidentaux qui continueront tranquillement leurs pillages en simulant la démocratie.

 

Mais, en Égypte, le schéma fut différent. Avec ce pays nulle part il n'est indiqué que le peuple ''égyptien'' est à la suite du roi du Nord (Sarkozy). C'est lui Sarkozy et les siens qui détournent la révolution enclenchée par le peuple pour s'emparer des richesses du pays. Ainsi, Sarkozy « se rendra-il maître des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses de l'Égypte» dit la Parole de DIEU.

 

C'est ici le moment de s'interroger sur l'or et les richesses dont on a fait cas au lendemain de la chute du régime Moubarak. Sarkozy en sait certainement la destination qui leur a été réservée. 

 

En définitive donc, ce que les textes nous révèlent (et la réalité vécue le prouve) c'est que la seule vraie révolution arabe venant du peuple, non suscitée par l'Occident, n'a failli avoir lieu que chez les pharaons. Mais ils perdirent la main. C'est désormais Nicolas et ses mandants qui règnent sur le pays et ses richesses. Qu'on ne se méprenne pas. Il s'agit bien ici, de l'Égypte en tant qu'entité territoriale et non comme symbole de persécution comme c'est le cas dans de nombreux passages. D'ailleurs, le fait qu'en plus de ce territoire, sont mentionnés deux autres (la Libye et l'Éthiopie) en témoigne. L'Éthiopie ou la Nubie (TOB) désignant certainement la Tunisie. Ou du moins, c'est ce que je pensais.

 

Mais, en regardant les cartes, l'on  se rend compte que le pays dont-il s'agit en réalité, parlant de la Nubie, c'est le Soudan. C'est ce territoire en effet, autrefois la Nubie, que les occidentaux ont poussé à l'éclatement. N'oublions pas que la diplomatie du mensonge de Sarkozy, là aussi, fut très active pour pousser à la partition de ce pays, pour le bonheur de l'Occident.

 

Ils ont donc réussi le tour, de vous voler votre victoire peuples d'Afrique. Ils ont mis la main sur vos richesses chers Égyptiens. Or, argent, tous vos objets précieux ont été détourné au profit de Sarkozy et des siens.

 

Cher frère d'Égypte, voici ce que te cachent tes responsables sur qui, règnent en maitre les occidentaux. Voici ce qu'ils ont fait de ton aspiration à la liberté. Voici ce que tu n'aurais jamais su et que mon DIEU, qui est Vivant, nous révèle. Voici ce qui fait que tu vis encore des soubresauts alors que la révolution était sensée te sortir du joug. Dès qu'ils ont senti qu'ils perdaient le pays, ils y ont dépêché quelques-uns des leurs. Ils ont abusé de votre confiance. Regarde autour de toi. Ce sont eux qui désignent les organes de transition désormais. Ils sont à l'œuvre pour en former un en Syrie, après celui de Libye.

 

Ainsi, des organisations frénétiquement mises sur pied, inconnues jusqu'alors de la population, qualifiées de clandestines et rebelles pour faire bonne figure, sont à leurs yeux, plus représentatives que ceux qui détiennent le pouvoir, pourvu qu'elles émanent d'eux. Depuis peu, c'est d'ailleurs après coup, au vu et au su de tout le monde, que se constituent ces groupuscules mielleusement nommés ''Conseil de Transition''.

 

Ne vous laissez pas entrainer dans leur plan diabolique. Ne vous affrontez pas pour leur offrir cette guerre pour laquelle ils se cherchent de nouveaux alliés. Manifestez, mais pitié, ne vous affrontez pas entre vous. L'ennemi vient d'ailleurs. Et il tombera à coup sûr.

 

Reste vigilant Cairote, garde les yeux ouverts habitant d'Alexandrie afin que tes frères ne soient pas morts pour rien. Je vous aurais prévenu.

 

 

Arrêt des hostilités en Afrique et intervention en Syrie

 

«11.44 Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes

 

Nicolas Sarkozy, après s'être emparé des trésors de l'Égypte, étendit la main sur le Soudan (la Nubie) puis la Libye qu'il renversa et bouleversa. Il y fit beaucoup de morts. C'est alors que la Chine et la Russie commencèrent à émettre des réserves quant à la teneur de la résolution sur laquelle s'appuie Sarkozy pour semer les dépouilles. Ce sont là «les nouvelles de l'orient (la Chine) et du septentrion (la Russie) qui le tourmentèrent» (Daniel 11.40-44). Mais, sorti de l'Afrique, Sarkozy, le roi du Nord, continua dans sa grande fureur meurtrière «pour en détruire et en exterminer des multitudes» en Syrie. (Daniel 11.44)

 

C'est sur ce pays en effet, qu'il jeta tout son dévolu après avoir célébré ses victoires sur la Côte d'Ivoire et la Libye. Et nul n'a plus besoin de démonstration pour se convaincre que Sarkozy et les siens sont les auteurs de cette pseudo rébellion qui n'en finit pas d'endeuiller les syriens. Tout est monté de l'extérieur et l'on sait qu'avant sa chute, c'est Sarkozy et Juppé (les récidivistes) qui y tenaient la baquette de chef d'orchestre des massacres. Ils ont visiblement passé la main à leurs successeurs.

 

Quant à l'abomination qu'il a installée à Abidjan après sa victoire sur nous, le SEIGNEUR ne l'a pas perdue de vue. «Il plantera les tentes de son palais entre les mers et la Sainte montagne de la Magnificence» (Daniel 11.45). DIEU nous l'indique et le localise très précisément, afin de nous montrer que rien ne Lui échappe. Cette localisation, c'est celle que nous avons déjà identifiée. C'est l'hôtel du golf et ses alentours qui sont non loin du Palais présidentiel de Côte d'Ivoire, le Sanctuaire de DIEU, la Sainte montagne de la magnificence.

 

C'est de là, sur «le sable de la mer», «entre les mers et la Sainte montagne de la magnificence»  que Ouattara se tiendra pour se livrer à ses abominations dans le pays jusqu'à sa fin prévue en Juin 2014, je vous le rappelle.

 

Lire [40]

 

Que DIEU vous bénisse.

 

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie


05/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres