LGESTSEIGNEUR

10- LA CRISE IVOIRIENNE ETAPE APRES ETAPE - 3 (Ap. 12.13-14)

Après l'annonce des résultats du scrutin, les attaques se firent sur plusieurs plans : première tentative de résolution à l'ONU bloquée par la Chine et la Russie, réunion des ministres de l'économie de l'UEMOA contre la Côte d'Ivoire, offensive médiatique tous azimuts de diabolisation infructueuse. Retrouvons chacun de ces moments dans les Textes.

 

  • La tentative échouée de résolution à l'ONU contre la Côte d'Ivoire

 

«Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle. » (Révélation 12.13)

 

Quand Hussein Obama fut dénoncé par Laurent GBAGBO, il fut très irrité. Tout fut mis en branle pour nous détruire. Il engagea sa puissance à l'ONU contre le pays. Les Français qui s'excitaient n'étaient que la face visible du monstre. Il s'agit des premières tentatives pour faire adopter des résolutions à l'ONU contre notre pays.

 

  • Le ''Non'' de la Chine et de la Russie

 

«Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent.» (Révélation 12.14)


«Les deux ailes du grand aigle». Nous étions en temps réel, c'est-à-dire pendant la période même où se jouaient ces intrigues à notre dépend. Je n'ai donc aucun mérite sauf à m'être levé pour vérifier ce que la Bible en disait puis rechercher ce à quoi cette image pouvait renvoyer. Le grand aigle c'est l'ASIE. En effet, la présentation de ce continent ressemble à un aigle en plein vol vers le pacifique (voir planisphère ou globe terrestre). Et les deux ailes sont la Chine (l'aile droite) et la Russie (l'aile gauche) qui ont effectivement bloqué un temps, la résolution de l'ONU, dictée par les USA (le dragon rouge) et la France de Sarkozy. Ce répit aurait-il permis du côté de Dakar, de prendre certaines dispositions en faveur du pays ?





Le Grand Aigle

 

  • Dakar et la BCEAO

 

Dans ce verset 12.14, il est fait encore mention du désert où s'est envolée «la femme», «vers son lieu, où elle est nourrie». Ce fut comme souligné plus haut, pendant la crise postélectorale. Le refus de la Chine et de la Russie de voter la résolution de l'ONU, les empêchait, bien sûr, d'intervenir contre la Côte d'Ivoire.

 

Mais en plus, cela prouvait et maintenait que le gouvernement de Laurent GBAGBO était le seul légal. De fait, le pays pouvait, avec la «signature» de Laurent GBAGBO, continuer à être le seul reconnu dans les instances internationales et disposer de ses ressources à la BCEAO préparées on le sait pour une durée relativement longue (trois ans et demi).

 

Cela n'était pas du goût de nos ennemis qui commencèrent d'ailleurs à s'impatienter et à s'énerver. Ils n'avaient aucun moyen de pression sur le plan financier pour obliger la Côte d'Ivoire de Laurent GBAGBO à abdiquer. Car le mécanisme prévu, tient le pays «loin de la face du serpent».

 

Or, la face du serpent, faut-il le souligner, ce sont toutes les institutions contrôlées par les USA et leurs alliés. Autrement dit, ce mécanisme ou cette préparation mise en place, nous fait échapper au contrôle et au dictat des institutions financières contrôlées par le G7, nous révèle le verset. Sur le plan financier le pays disposait de ressources pour faire face aux dépenses que nécessitait une situation de crise pour ne pas sombrer. Nous étions à l'abri d'un quelconque recours aux institutions propriétés du G7.

 

Pourquoi cela est-il important de se tenir loin de la face du serpent (Obama), se demande certains. - Que font-ils, nos puissants, généralement dans ce cas de figure ? – D'abord l'on vous prive de tout accès aux financements internationaux dont les structures (FMI et BM) leur appartiennent. Puis pour le reste je vous invite à revoir le Zaïre et la chute de Mobutu (c'est le cas le plus récent) et vous comprendrez. Ils sabotent l'économie. Ils inondent le pays de billets de sa monnaie voire de faux billets. Au point qu'elle n'ait plus de valeur. La baguette de pain, rappelez-vous s'achetait à un million de Zaïre, le sac de riz à quinze millions. Une fois le mal fait.

 

Les mêmes, par reporters interposés nous l'annoncent aux informations. On en rit tous pendant que tout le peuple de ce pays vit son drame tout seul. Les images chaque jour donnent à voir une économie en déliquescence au point que pour tous, de notre salon, la chute du régime soit la seule solution pour le salut de cette nation. Le coup de grâce est alors salué par une opinion savamment préparée. Ensuite, eux n'avaient plus qu'à tendre la main pour recevoir le fruit mur.

 

Mais pour leur malheur, celui qui a conçu la Côte d'Ivoire avait déjà cette vision claire des enjeux qui nous attendaient. C'est pourquoi, malgré que tous les théoriciens de l'économie argumentaient que nous sortions du CFA, il refusa que ce pays ait sa monnaie propre. Il nous arrima et à nos ennemis alentour et à nos oppresseurs (France) par la BCEAO et par le CFA. De sorte qu'il ne soit pas possible de nous saboter financièrement et économiquement sans atteindre mortellement ceux qui nous entourent et qui nous en veulent.

 

Mais ce qui était le plus insupportable pour nos ennemis, c'est la durée de la solvabilité de la Côte d'Ivoire : trois ans et demi. C'est dire qu'à ce jeu nous pouvions tenir jusqu'à Mai ou Juin 2014 ; date fatidique pour eux comme nous le verrons. N'oublions pas : «il n'a que peu de temps». (Tu sauras bientôt à quoi correspond ce peu de temps mon frère).

 

La suite, tout le monde la connait, avec les pressions sur le gouverneur Dacoury d'autres tractations encore. La seule parade pour eux fut qu'ont fermât la source. Or il est techniquement impossible d'empêcher à un épargnant d'accéder à ses fonds. Alors on décida de faire intervenir le politique dans les finances. Tout donc fut mis en branle pour que ce fût ainsi fait : Conseil des ministres des finances de l'UEMOA, décision de retrait de la signature de la Côte d'Ivoire à Laurent GBAGBO pour la confier au rebelle.

 

Comprenons seulement que c'est à juste titre que la Parole dit que ce lieu dans le désert (la BCEAO) a été préparé par DIEU afin que le pays y soit nourri, protégé contre les méchancetés des occidentaux.

 

A très bientôt pour la suite et les autres aspects de la machination contre notre pays.

Demeurez dans la vérité avec le Christ.

 

Suite [4]


A NEBELE Sanseu Épiphanie





11/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres