LGESTSEIGNEUR

Résumé des deux articles sur la race d'Esaü et de Jacob

Le couple Isaac et Rebecca eut deux jumeaux. Des "faux jumeaux" comme nous disons maintenant. Mais bien plus que cela, Esaü, l'ainé des enfants, est né avec une couleur bien curieuse : il était complètement roux (Genèse 25.25). Du moins, c'est le terme que l'on utilisa pour désigner sa couleur de peau toute particulière.

 

Le cadet, c'est Jacob. Sur lui et sur la couleur de sa peau, rien n'est dit. Pourquoi ? - C'est que Jacob est exactement comme l'on les attendait et comme il devait paraître. Jacob avait la couleur commune du peuple dans lequel il est venu. Il n'y avait donc rien à signaler.

 

En vérité, ces deux enfants sont venus au monde avec chacun sa couleur de peau. Ou si l'on veut, Rebecca la femme d'Isaac a fait deux jumeaux de races différentes.

 

De chacun des deux fils d'Isaac, DIEU avait promis de faire une nation (Genèse 25.23). Deux nations aux destins différents devaient donc voir le jour à partir des deux enfants d'Isaac. L'une, celle que DIEU a élue pour être l'héritière de la promesse faite à Abraham, sera d'entre les deux, le peuple le plus grand, mais au départ elle est destinée à être réduite en esclavage par l'autre qui sera plus forte.

 

Ce que l'on ignore ou que l'on a cherché à cacher, c'est que chacun de ces peuples s'est constitué avec sa race (sa couleur de peau) spécifique qui le distinguera de l'autre.

Comment connaitre la race de l'un ou de l'autre ?

 

En suivant Esaü, l'ainé, à travers la Bible, l'on apprend que c'est lui Edom (Genèse 36), que DIEU désigne aussi par Théman ou Botsra, (Amos 1.11-12 ; Jérémie 49) qui formera le peuple de Babylone (Psaumes 127.7-9) promis à l'extermination au temps de la fin, pour avoir tenu opprimé le peuple d'Israël (le véritable) tombé sous son joug à cause du péché d'idolâtrie justement.  

 

Or, il ne se trouvera personne sur cette planète pouvant démontrer que Babylone fut d'une autre couleur de peau que blanche. D'ailleurs, il est possible de reconstituer, toujours par la Bible, que ceux que DIEU appelle les Chaldéens ou Babylone, depuis le commencement jusqu'au temps de la fin (Apocalypse), ce sont les fils de cette Europe qui a conquis la terre entière de son impérialisme (Habacuc 1.6-11).  

 

En fait donc, cet Esaü que l'ont disait roux,  dont descend le peuple de Babylone, était de cette couleur de peau que nous qualifions blanche aujourd'hui. L'on a dit de lui qu'il était roux parce que de toute évidence l'on n'avait pas encore la codification noire, blanc, jaune et rouge que l'on utilisera par la suite pour qualifier les différentes colorations de la peau des hommes. 

 

Jacob, le cadet, qui n'était pas roux mais de la même couleur que leurs parents et tout ceux qui étaient autour d'eux, ne peut, bien évidemment, pas être blanc comme l'on a, jusque là, tenté de le faire croire.

 

En vérité, ce que la Bible nous apprend pour reconstituer le peuple issu de Jacob, qui est Israël, est la cause de falsifications gigantesques dont se sont rendus coupables jusqu'à ce jour les Occidentaux.

 

Car, le véritable peuple descendant d'Israël dont l'histoire est racontée dans la Bible, ce peuple par lequel nous devions connaitre la couleur de la peau de Jacob et de ses parents est identique aux Égyptiens du temps des pharaons.

 

Trois peuples : des Cananéens (Genèse 50.11), des Madianites (Exode 2.19) et, plus près de nous, des Romains (Actes 21.37-38) en témoignent. Ces hommes et femmes de ces peuples qui prirent, en les voyant, les fils d'Israël (le peuple, Moïse puis l'apôtre Paul) pour des Égyptiens, ont, en effet, de fait, témoigné expressivement qu'il était impossible de faire la différence entre Israélites et Égyptiens. Ils confondaient ces deux peuples.

 

Or, confond-on deux peuples de couleurs différentes ? Existait-il une seule possibilité de prendre les enfants d'Israël, ensemble d'abord au pays de Canaan, puis Moïse à Madian et enfin l'apôtre Paul au milieu de plusieurs Juifs, pour des Égyptiens, si ces hommes n'étaient de la même couleur de peau que le peuple d'Égypte ?

 

En tout cas, au regard de ces témoignages, l'on est obligé de s'en remettre à l'évidence : les Israélites et les Égyptiens de la période pharaonique avaient forcément la même couleur de peau.

 

En outre, par l'officier (le tribun), l'on peut même avancer que les Romains, c'est-à-dire des ancêtres d'il y a 2000 ans des Européens d'aujourd'hui, reconnaissaient ce fait.

 

Or cette vérité reconnue hier est directement en contradiction avec l'idée véhiculée aujourd'hui, par ce même peuple, selon laquelle la race noire est maudite, qu'elle a été de tout temps étrangère à DIEU et qu'elle n'a jamais connu que l'idolâtrie (animisme).

 

Car en vérité, si Israël est de la même couleur de peau que l'Égypte pharaonique et que tous deux (Israélites et Égyptiens) sont d'une race différente de celle, blanche, de son frère Esaü, de quelle autre couleur peuvent-ils être ? – Jaune ? Rouge ?

 

Le constat est là, sans aucune expérimentation ni recherche scientifique, avec seulement les Écritures, chacun peut savoir et dire de quelle race étaient les Égyptiens et donc les fils d'Israël ; et, remonter plus loin pour déduire la couleur de la peau de Jacob et celle de Rebecca et d'Isaac, leurs parents.

 

La vérité est là, si nous sommes une race maudite, ils le sont plus. Eux qui descendent d'une femme noire et qui pourtant méprisent cette race. Vérités inacceptables pour ceux qui ont justifié leurs ignominies sur les Noirs en entretenant des énormités du genre «DIEU n'a pu faire subsister une âme dans des corps si noirs et si laids».

 

Or, en plus de ce que les Écritures saintes permettent de reconstituer, il y a les preuves matérielles qu'ont conservées les pyramides, les sarcophages des pharaons et la terre d'Égypte.

 

Si vous avez compris ce qui précède, vous avez aussi compris le véritable enjeu de l'Égyptologie. Chaire qui, seule, contrôle et valide les découvertes et les publications sur cette période. Sa mission : détruire des preuves et en créer, user de tous les moyens pour que l'Égypte antique ne puisse paraitre autrement que blanche, afin que ceux de la race momentanément dominante n'aient pas à expliquer et à prouver :

- pourquoi et comment ils en sont arrivés à une nation d'Israël blanche

- et pourquoi ils ont fait croire que le peuple d'Israël, dont le plus illustre fils est Jésus Christ, était blanc.

 

Soyez en certains, ils ne reviendront jamais d'eux-mêmes sur toutes les faussetés fondamentales qui dévoileraient toutes leurs forfaitures pour observer passifs s'écrouler le mythe de l'homme blanc au commencement et à la fin de toute la création de DIEU.

 

C'est pourquoi la violence qu'ils exercent sur les peuples noirs changera de visage, mais jamais ne cessera jusqu'à ce que survienne la ruine prévue. Contre eux, Babylone, le peuple d'Esaü, la prophétie dit : «(…) Tous ceux de la montagne d'Esaü périront dans le carnage. A cause de ta violence contre ton frère Jacob, tu seras couvert de honte, et tu seras exterminé pour toujours». (Abdias 1.9-10)     


 

Le Noir n'est pas maudit. Il était au départ de l'humanité. S'il est abaissé, ce n'est que momentanément. Il sera bientôt relevé pour que l'Histoire continue son cours. Ce sont certaines de ces vérités qu'avait entrevues l'illustre Pr Cheick Anta Diop par ses recherches. Il avait découvert qu'on nous a toujours menti. C'est pourquoi, il conseillait à ses frères Noirs de rechercher plus que tout autre chose la connaissance.

 

C'est surtout, pourquoi DIEU lui-même dit : «Mon peuple périt faute de connaissance» (Osée 4.6).

 

Car seule l'ignorance a pu faire croire que DIEU est une création humaine et Occidentale. Et, seule l'ignorance entretenue nous a maintenus, nous, peuple noir, dans cette condition de dernier de l'humanité de laquelle nous tentons vainement d'émerger.

 

A toutes fins utiles, notons que l'existence d'un peuple hétéroclite qui se proclame Israël ne prouve rien, sinon l'imposture. Les Écritures ont dénoncé d'avance cette usurpation des peuples qui ne sont pas Juifs, mais qui se feront passer pour des Juifs aux derniers temps (Apocalypse 2.9).    

 

Remarquez qu'il ne s'agit même pas de croyance. Chacun, par une lecture méthodique de la Bible, peut arriver à ces conclusions.


Là [1-2], les deux articles résumés.


Que DIEU nous éclaire tous.

                                                                                         

                                                                                                          A NEBELE Sanseu Epiphanie



15/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres