LGESTSEIGNEUR

"Mon peuple est détruit, faute de connaissance"


Un très riche vieillard dissimula ses trésors à divers endroits de la terre pour les tenir à l'abri de ses fils qu'il trouvait trop orgueilleux et indignes d'en hériter. Il fit un testament pour ses petits enfants avec un plan accessible à tous pour retrouver certains de ses biens afin que l'on ne le prenne pour un mythe. Il laissa aussi quelques indices pour remonter jusqu'à lui.  En préambule du testament, il écrivit : «Si vous m'aimez vous rechercherez et trouverez où je me suis retiré. C'est de là que vous trouverez tous les trésors que j'ai conservés pour vous». Il confia  tout cela à son ami. Puis, il disparu sans plus donner de signes de vie.

 

Il n'avait pas à s'inquiéter, car, outre qu'il utilisa un matériau indestructible comme support, il employé des codes et des symboles que seuls ceux de sa lignée pouvaient comprendre. En plus, il récompensa son ami pour ce service qu'il lui demandait.

 

Ce dernier, rien qu'avec cette récompense, devint très riche et très puissant. Mais plus il devenait puissant, plus il devint orgueilleux. A sa mort, l'ami du vieillard confia le document qui contenait le testament à sa descendance à lui, en lui enjoignant de ne jamais en révéler l'origine aux petits enfants de son bienfaiteur.

 

Les fils et les petits fils de l'ami furent plus méchants encore. Ils étaient jaloux d'être les gardiens de choses, qu'ils savaient merveilleuses, dont ils ne pouvaient disposer seuls. Ils eurent de la haine pour le vieillard et ses descendants qu'ils rendirent malheureux en les persécutant. Et ce fut ainsi de génération en génération et de siècle en siècle.

 

Un jour, certains des petits enfants descendants du vieillard découvrirent le document avec ceux qui le détenaient. Ils en lurent le préambule, mais au lieu de lire entièrement le livre, ils commirent l'erreur de demander à ceux qui étaient devenus leurs maitres de leur dire ce que c'était. Leurs persécuteurs pris au dépourvu, leur expliquèrent qu'ils détiennent cela de leur ancêtre à eux dont ils ont hérité, et que c'est lui qui est à l'origine de la fortune dont ils jouissaient.

 

La descendance du vieillard crut en cette version. Ils bénirent même cet homme qu'ils croyaient l'ancêtre de ceux qui dominaient sur eux pour avoir eu la bonté d'être aussi prévenant pour les siens. Et ils se résignèrent dans leur condition, maudissant le leur de les avoir abandonnés si démunis.

 

Dès cet instant, le document ne fut plus gardé secret. D'ailleurs, ce n'était plus utile de le faire. Car, personne n'osa plus l'ouvrir parmi les descendants du vieillard. Car disait-on parmi eux : «Ce n'est pas quelque chose pour nous. C'est déjà heureux que l'on nous permette de voir ce testament et de le tenir en main. En plus, si l'on nous autorise, ceux d'entre nous qui le veulent, à aussi accéder aux richesses dont il a pourvu sa descendance, contentons nous d'aimer cet homme si bon qui disposa tout pour eux».

 

Leurs ennemis se rendirent alors compte que tout ce temps, ils s'étaient donné de la peine pour rien. Le parchemin lui seul pouvait conserver secret son contenu sans qu'on eût à le cacher. Ils divulguèrent donc la partie du message accessible à tous. Et, quoiqu'ils ne montrent pas vraiment qu'ils sont reconnaissants à cet ancêtre dont ils disent descendre, ils firent quelques ajustements autour d'eux afin de montrer qu'ils étaient ses héritiers.

 

Depuis, nombreux parmi les véritables destinataires du testament s'en ont fait une copie. Certains, juste pour décorer leur intérieur. Car il est très beau d'aspect. D'autres l'arborent dans les rues et sur les places publiques. Ceux qui ne peuvent le comprendre le lisent et l'expliquent (?) pendant que ceux qui pourraient en décoder les symboles pour en révéler la teneur se refusent même à le toucher.

 

Ces derniers ont trop bien assimilé ce que l'on révéla à leurs pères qui découvrirent, la première fois, l'existence du fameux parchemin. Et, ils répètent à l'envie, avec sarcasme et dérision, à ceux des leurs qui tentent d'en parler : «Ce livre n'est pas pour nous, et vous vous rendez ridicules à vouloir rechercher un trésor qui, non seulement ne sera jamais à nous, mais en plus, il pourrait n'avoir jamais existé. Vous vous laissez berner». Ignorant qu'eux-mêmes se rendaient ainsi coupables de perpétuer un mensonge que l'on avait inventé pour les détourner de la vérité.

 

C'est ainsi que, depuis longtemps, à l'abri, dort un trésor immense pendant que croupissent dans la misère ceux qui doivent en prendre possession. Un jour peut-être sauront-ils que l'accès au bonheur pour eux n'a toujours tenu qu'à un acte qui se limitait pour certains, à posséder l'instruction et pour d'autres, à ouvrir un livre.

 

L'ignorance est notre premier ennemi. Elle a plusieurs formes et elle habite en chacun de nous.

 

Que l'Esprit de DIEU soit le partage de ceux qui savent s'humilier.


             

                                                                                                          A NEBELE Sanseu Epiphanie



27/11/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres