LGESTSEIGNEUR

La guerre : de l’UEMOA aux forces licorne et onuci

En résumé au chapitre 12 [1], rappelons que la crise postélectorale a éclaté. Toutes les tentatives pour faire partir Laurent GBAGBO du pouvoir ayant échoué, Obama (le dragon) donna son feu vert pour l'option militaire, c'est-à-dire pour la guerre contre la Côte d'Ivoire.

 

Chapitre 13

 

1- (Apocalypse 13.1) Alors, plus que jamais, Ouattara se retrancha au Golf Hôtel. Et ce lieu devint comme une enclave dans la nation. Il y rassembla autour de lui, en plus de son gouvernement qu'il venait de former, ceux de son clan, ceux de son alliance et son armée rebelle. C'est pour dénoncer cette posture que la Parole dit : «Et il se tint sur le sable de la mer». Car, le sable de la mer ne pouvant s'observer que sur une plage ou un golf, l'on peut affirmer que cette périphrase est expressément employée pour désigner le golf Hôtel où Ouattara se tint toute la durée de la crise.

 

2- (Apocalypse 13.1-2) A ce moment-là, entra en action l'UEMOA (la bête à dix cornes, sept têtes, et dix diadèmes) qui tint conseil aux premières heures de la crise pour remettre tous ses pouvoirs à Ouattara. La description au verset 2 (semblable à un léopard, ses pieds comme un ours et sa gueule comme un lion), apparait sur la carte représentant les sept pays de cette organisation ligués contre la Côte d'Ivoire.


                                     Carte de l'UEMOA


Là, il faut descendre au chapitre 17 pour avoir le complément d'information. Sans aucun doute, l'UEMOA, à l'exclusion de la Côte d'Ivoire contre laquelle les sept autres s'unirent pour Ouattara est cette bête sur laquelle est assise l'UE (la grande prostituée). C'est pourquoi les Ecritures la présente avec sept têtes.

 

C'est la réunion des ministres de l'économie de cette organisation qui se tint ce jour-là que dénonce la Parole disant : «Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête» ? (Apocalypse 17.13)

 

Les dix diadèmes signifient qu'aucun des dix qui participèrent à la réunion n'a reçu son autorité d'une organisation ou d'une institution. Tous les dix, représentent des rois, c'est à dire des chefs d'Etats. C'est pourquoi, n'étant que des représentants de rois (chef d'Etat) avec cependant un pouvoir de roi, la Parole dit : «ce sont dix rois qui n'ont pas encore reçu de royaume».

 

Ces dix sont les ministres de l'économie des sept nations (Benin, BF, Mali, Togo, Sénégal, Guinée Bissau, Niger) complétés à huit par celui de Ouattara, alors retranché au Golf hôtel. Son ministre ne représentait aucun État, si ce n'était lui même. Ce qui explique qu'il n'y a que sept têtes au lieu de huit pays que compte cette organisation. A ces huit ministres s'ajoutèrent, les représentants (deux) de la France, certainement les deux qui siègent au conseil d'administration de la BCEAO. Les décisions se prennent à l'unanimité. Ce qui veut dire que chacun des représentants français a les mêmes pouvoirs que chacun des représentants des nations membres. Ce sont donc comme dix rois qui se retrouvèrent pour décider contre Laurent GBAGBO et contre la Côte d'Ivoire.

 

Ces dix personnalités, ne se sont-elles pas réunies avec la ferme recommandation de leurs gouvernements respectifs de remettre tous les pouvoirs sur cette organisation à Ouattara ? -C'est afin que cette Parole de l'ÉTERNEL s'accomplisse : «Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête», (Apocalypse 17.13).

Toute la terre fut témoin de cette démarche, et des conséquences de cette décision : la BCEAO, la réserve, interrompit tout lien et toute transaction avec la Côte d'Ivoire.

 

3- (Apocalypse 13.3) Il y eut le mal qui frappa Ouattara (la bête), l'une des têtes de la bête (UEMOA), (Apocalypse 17.11). Il fut comme mort. Et la rumeur de sa mort courut. Mais il fut guéri et revint, à la grande joie de ses partisans plus fiers que jamais de leur champion. Ils l'adorèrent davantage.

 

4- (Apocalypse 13.4-6) A ce moment là, afin d'arriver rapidement à leur fin, les puissances Occidentales par Obama (le dragon) accordèrent une grande autorité à Ouattara (la bête qui reçut la blessure mortelle).

Alors, qu'il n'était encore qu'un simple rebelle, contestataire de résultats d'élection retranché dans son hôtel, il reçut le pouvoir d'exiger de l'ONU et des nations sous la domination des Occidentaux, tout ce qui pouvait contribuer à sa victoire.

 

Il devint plus arrogant. Refusant toute démarche allant dans le sens de la paix, il menaçait de tout détruire, même le palais, pour le reconstruire.

Il faisait tout ce qu'il voulait. Ses partisans narguaient tout le monde en disant : «Ce que Ouattara dit, il le fait». Et comment !

Il ordonna et obtint, la fermeture des succursales des banques françaises, afin que l'étranglement financier fût total autour de la nation.

Il décréta l'embargo sur tous les médicaments en direction de la Côte d'Ivoire. Toutes les nations et organisations du monde s'exécutèrent. Et là, tous ses partisans furent vraiment en admiration pour lui. Car jamais, on n'avait vu cela.

Entre eux, ses adorateurs se congratulaient disant : "Qui peut combattre contre Ouattara ?" Traduction parfaite de la prophétie disant : Qui est semblable à la bête et qui peut combattre contre elle ?

Il commandait et la représentation de l'ONU et sa force d'interposition exécutaient.

L'onuci quitta alors ouvertement sa posture ambigüe et devint carrément l'une des forces belligérantes aux côtés des forces rebelles de Ouattara.

 

5- (Apocalypse 13.7) Ainsi, Ouattara commanda sur l'ONU, organisation supranationale, afin que soit accomplie la Parole de DIEU disant : «Il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation». Par cette autorité sur les forces de l'ONU, Ouattara reçut de la communauté dite internationale (le dragon) le moyen d'engager la guerre et de vaincre.

Que se passa-t-il par la suite ?

 

6- (Apocalypse 13.11-13) Les forces licorne et onuci, forces d'interposition arrivées comme un agneau dans le pays pour servir de méditation en vue de la paix, s'illustrèrent tel un dragon. Par la bouche du porte-parole de l'onuci et de Sarkozy pour la licorne, ce ne furent plus que menaces, invectives et ultimatum.

 

C'est à ce moment là que Sarkozy par ailleurs le faux prophète  (Apocalypse 19.20) prit tout en mains pour exécuter pour Ouattara (la bête) les destructions et les crimes qui le menèrent au pouvoir. Il disposa, en plus de la licorne, des forces de l'onuci. Selon qu'il est écrit : «Elle (la bête à deux cornes) exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence». (Apocalypse 13.12)

 

Sur le terrain même, c'est ouvertement comme un dragon que se comportaient ces deux forces. Mitraillant depuis des hélicoptères et déversant des lames de feu sur les cibles militaires et les populations civiles qu'elles massacrèrent, les casques bleus de l'onuci et la licorne, alliés pour exécuter les ordres de Sarkozy, constituent la bête à deux cornes qui faisait descendre du feu du ciel à la vue des hommes. (Apocalypse 13.13)

 

7- (Apocalypse 13.14) Sous l'instigation de la France de Sarkozy, ces forces initièrent et encadrèrent la création d'une chaine de télévision à Ouattara au Golf hôtel, selon qu'il est écrit : «Elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait». Et un canal pirate de télévision fut créé. TCI qu'elle s'appelait. Elle diffusait, les activités de Ouattara au Golf, sa propagande mensongère et ses menaces contre la nation.

 

8- (Apocalypse 13.14-15) Puis vint l'étape ultime de la guerre qu'ils appelèrent "l'assaut final". N'est-ce pas par le canal de cette télévision pirate que Ouattara, appelant à s'attaquer à la nation et à détruire tout ce qui se mettrait en travers de son chemin vers le Trône, s'adressa aux siens ? Ce qui fut fait est clairement traduit par cette Parole : «Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués».

Ce fut effectivement l'assaut. Convoyés par la licorne française et l'onuci, les rebelles se ruèrent sur Abidjan et sur le reste du pays. Ils semèrent les morts partout. A l'Ouest c'était l'horreur.


Les forces licorne et onuci, en appui aux rebelles, n'ont-elles pas bombardé, détruit et ravagé pour imposer Ouattara ? - Ici prend donc fin la guerre.

 

Ainsi, comme il est écrit : «Il lui fut donné de faire la guerre aux Saints, et de les vaincre», Ouattara (la bête) fit sa guerre à la Côte d'Ivoire (la nation sainte) et il vainquit et l'abomination s'installa. L'iniquité aussi.


Les versets 16 à 18 qui terminent ce chapitre 13 ont un seul but : confirmer que Ouattara est bel et bien la bête qui reçut la blessure de l'épée :

- (Apocalypse 13.16-17) en dénonçant la politique d'exclusion que cet homme pratiquera au pouvoir ;

- (Apocalypse 13.18) en révélant par son nombre 666 qu'il est bien l'homme d'un complot ourdi par l'Occident contre la Côte d'Ivoire et contre Laurent GBAGBO.



Suite : La politique d'exclusion (Apocalypse 13.16-17) [2]



                                                                                                          A NEBELE Sanseu Epiphanie



07/05/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres