LGESTSEIGNEUR

Les 4 grandes cornes de Daniel 8 : quatre empires coloniaux

LES QUATRE EMPIRES COLONIAUX

 

L'empire perses [1] (le Bélier) fut détruit par Alexandre le Grand (la grande corne du Bouc) et son royaume, la Grèce [2]. Après Alexandre, une autre domination se lèvera sur le monde, exercée dans le même moment par quatre puissances. Ce sont les quatre grandes cornes qui poussèrent en remplacement de la grande corne brisée.

 

  • Les quatre grandes cornes

 

8.8 Le bouc devint très puissant; mais lorsqu'il fut puissant, sa grande corne se brisa. Quatre grandes cornes s'élevèrent pour la remplacer, aux quatre vents des cieux. (A sa place s'élevèrent quatre cornes remarquables aux quatre vents du ciel - TOB).

Explication

8.22 Les quatre cornes qui se sont élevées pour remplacer cette corne brisée, ce sont quatre royaumes qui s'élèveront de cette nation, mais qui n'auront pas autant de force.

 

- Préalable


Avant d'identifier les quatre royaumes qui constituent les quatre grandes cornes du bouc, une mise au point qui est aussi un préalable, semble s'imposer, afin d'éviter toute équivoque.

Nous savons qu'Alexandre qui est la grande corne du bouc mourut au faîte de sa gloire et que son empire fut partagé entre ses généraux. Dès lors, quand l'on veut rechercher les quatre royaumes qui «s'élevèrent de cette nation», la première idée qui nous vient est de voir parmi ces démembrements du royaume d'Alexandre, lesquels ont pu constituer les quatre cornes. Mais, une analyse plus pertinente devrait nous convaincre qu'il ne s'agit pas de cela. Car plusieurs arguments s'opposent à cette conclusion qui semble bien hâtive. Examinons-en quelques uns.

 

1- Les généraux d'Alexandre étaient cinq et non quatre. Et, ce sont à ces cinq hommes que fut partagé l'Empire.

 

«La Macédoine et la Grèce échoient-elles à Antipatros ; la Grande-Phrygie, la Lycie et la Pamphylie à Antigonos ; l'Égypte à Ptolémée ; la Syrie et la Babylonie à Séleucos ; enfin, le Pont et la Thrace sont gouvernés par Lysimaque».

Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. 

 

Alors, lesquels de ces cinq royaumes ont pu devenir les «quatre cornes remarquables aux quatre vents du ciel» ? Rien que cette remarque devrait suffire à nous convaincre que les quatre cornes ne sont pas constituées des royaumes que se partagèrent les généraux d'Alexandre.


2- Les démembrements de l'empire d'Alexandre ne furent pas "remarquables aux quatre vents du ciel"

En effet, même si nous pouvons argumenter que seulement quatre de ces cinq royaumes survécurent à leurs fondateurs ; il faudra prouver que ces quatre dynasties connurent une expansion qui couvrit toute la terre. Car c'est ce que dit la Parole : «A sa place s'élevèrent quatre cornes remarquables aux quatre vents du ciel». L'expression «remarquable aux au quatre vent du ciel» est à prendre presque littéralement. Il s'agit de quatre royaumes qui marqueront effectivement de leur présence et de leur empreinte tous les endroits de la terre.

 

Or, il n'est point connu que les royaumes issus du démembrement de l'Empire firent des conquêtes et s'étendirent très loin au delà des limites des territoires hérités d'Alexandre. Autrement, ils auraient été mentionnés comme plus vaillants ou tout au moins comme les égaux d'Alexandre.

Certes, il y eut des velléités expansionnistes ; mais, pour la plupart, elles furent limitées à des campagnes des uns contre les autres. Chacun de ces  différents royaumes voulant s'agrandir au dépend du royaume voisin, lui même hérité d'Alexandre. L'une des oppositions les plus remarquables, pour illustrer ce fait, ne fut-elle pas celle des Séleucos contre les Ptolémée ?

 

Et puis, sérieusement, combien sont-ils sur cette planète, des non inscrits dans des facultés d'Histoire, à avoir entendu, ne serait-ce qu'une seule fois, Antipatros ou Antigonos ? Comment peut-on avoir été des «cornes» c'est-à-dire des puissances «remarquables aux quatre vents du ciel» et être aussi inconnues ?

Or nous savons plus ou moins, sans avoir été très loin dans les études, qui furent Nabuchodonosor et Alexandre. Ils furent véritablement de grands rois de statures remarquables. Si ces démembrements du royaumes d'Alexandre avaient été aussi remarquables, leurs fondateurs seraient-ils restés si peu connus ?

 

Remarquez qu'Alexandre est la grande corne ou la «corne remarquable» entre les yeux du bouc. Ce groupe nominal (la grande corne ou corne remarquable) semble n'être utilisé, ici dans la Bible, que pour désigner et qualifier une puissante domination ou un roi très vaillant. Qu'ont fait ou que sont devenus, en toute honnêteté, ces successeurs d'Alexandre ou leur royaumes pour que nous pensions qu'ils méritent d'être cités comme de «grandes cornes» ou des «cornes», qui plus est, auraient été «remarquables aux quatre vents des cieux» ? Autrement dit, si nous pensons que ce sont les généraux d'Alexandre ou leurs royaumes qui sont les quatre grandes cornes remarquables aux quatre vents des cieux, c'est que nous admettons que chacun d'eux ou que chacun de leur royaume s'étendit tellement plus loin que celui de l'empire d'Alexandre qu'il était possible de les voir de tous les points de la terre. Pouvons-nous soutenir cela ?


Assurément, ces quatre grandes cornes que sont les «quatre royaumes qui s'élevèrent aux quatre vents du ciel», il faudra les rechercher ailleurs qu'entre le IVè et le Ier siècle avant Jésus Christ.

 

3- Les royaumes issus du démembrement de l'empire d'Alexandre n'existent plus au temps de la fin. 

Or, selon la prophétie de Daniel, les quatre grandes cornes (puissances ou nations) existeront encore au temps de la fin.

Pour preuve, c'est "de l'une d'elles que sortit la petite corne, qui s'agrandit beaucoup vers le midi, vers l'orient, et vers le plus beau des pays" (Daniel 8.9). Autrement dit, l'une de ces quatre cornes est la nation de la petite corne. Cet homme qui en sera le roi s'attaquera au Chef et à la nation des Saints au temps de la fin. Il y commettra des ravages sans précédent.


Vu qu'aucun des royaumes hérités d'Alexandre dont l'existence se situe entre le VIème et le Ier siècle avant Jésus Christ ne connaitra la fin des temps, il apparait évident que ce n'est pas de l'un d'eux que sortira le «roi impudent» qui sévira contre la nation sainte au temps de la fin. En conséquence, ce n'est pas de ces royaumes issus de la dislocation de l'empire d'Alexandre que parlent les Écritures dans ce chapitre 8 de Daniel.


En clair, ce sont plus dans les temps actuels que les temps anciens, qu'il faut chercher à identifier ces quatre royaumes qui s'élevèrent «aux quatre vents du ciel» pour pouvoir découvrir duquel d'entre ceux-ci sortira la petite corne qu'est le roi expert en astuces et en tromperies dont le rôle remarquable au cours des péripéties de la fin semble évident.

Quels sont donc ces quatre royaumes aux quatre vents du ciel ?

 

 - Les quatre empires coloniaux


Une fois que sont éliminés les généraux, successeurs d'Alexandre, l'on n'a plus qu'à considérer la seule indication que donne la Parole et elle est suffisante : «Quatre grandes cornes s'élevèrent pour la remplacer, aux quatre vents des cieux» ou «A sa place s'élevèrent quatre cornes remarquables aux quatre vents du ciel» – (TOB).

 

Car les quatre grandes cornes, ce sont quatre royaumes qui doivent s'élever pour couvrir toute la terre de leur domination. C'est pourquoi il est dit qu'elles seront «remarquables», c'est-à-dire perçues «aux quatre vents des cieux». Expression qui, pour peu que nous nous rappelions du principe de "la rose des vents", fait référence aux quatre points cardinaux de la terre. N'oublions pas que les points cardinaux eux-mêmes ont pour origine la désignation des directions du vent.

 

C'est l'expansionnisme de ces quatre royaumes qui est ainsi résumé. Ils s'étendirent du nord au sud et de l'est à l'ouest. Toute chose pour dire que ces quatre royaumes se partagèrent pratiquement toute la terre. Or, s'il ne s'agit que de retrouver quatre puissances qui étendirent leur domination sur la terre entière, il n'y a aucune difficulté à cela.

En effet, depuis que le monde est monde, il n'y a que quatre nations qui ont pu arriver à cet exploit dans le même temps. Ce  sont : l'Espagne, le Portugal, la France et l'Angleterre, quatre empires coloniaux dont le monde porte encore aujourd'hui la marque. Car, parties d'Europe et portées par les «quatre vents des cieux», leurs langues sont devenues les langues officielles de leurs anciennes occupations reparties aux quatre points de la terre, en Amérique, en Asie, en Océanie et en Afrique.


En vérité donc ces quatre royaumes sont les quatre grande cornes. Ce sont aussi les quatre têtes de «l'animal semblable à un léopard» (Daniel 7.6) [3]. C'est également le royaume d'airain (bronze) (Daniel 2.32 et 39) [4], dont le déclin fait place à la quatrième et dernière domination, le royaume de fer ou l'animal à dix cornes (Daniel 2.40 ; 7.7) [5-6] qui verra la fin de ce monde.

 

Et la prophétie dit : «A la fin de leur domination, (...) il s'élèvera un roi impudent et artificieux»

De fait, l'on sait que les puissances coloniales n'existent plus en tant que telles. Les quatre grandes nations métropoles de ces empires sont à la fin de leur domination, tombées en déclin au profit de la toute puissante Amérique qui en a arrimé deux au G7 pour ses besoins.

C'est donc, maintenant, alors qu'il est désormais établi que ces quatre nations ont perdu l'exclusivité de la domination sur le monde que l'on devrait voir apparaitre, de l'une d'elles «une toute petite corne» (TOB), le «roi impudent et artificieux».

 

  • La toute petite corne de Daniel 8 roi de l'un des ex empires coloniaux [ici]

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie



09/03/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres