LGESTSEIGNEUR

Daniel 2 : Le songe de Nabuchodonosor, le message

Par ce songe, DIEU révéla au roi de Babylone, ce qui devait se passer dans le monde de son temps et bien longtemps après lui. Ce qu'il vit dans le songe, ce sont les quatre grandes dominations sur la terre avant le règne éternel. C'est donc un message pour la postérité de Nabuchodonosor que constituent les descendants de Babylone [1] et pour tous les peuples de la terre sur lesquels ils domineraient. C'est pourquoi, il est bon de chercher à le décrypter.

 

  • Le songe et son explication par Daniel

 

«O roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue; cette statue était immense, et d'une splendeur extraordinaire; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible. La tête de cette statue était d'or pur; sa poitrine et ses bras étaient d'argent; son ventre et ses cuisses étaient d'airain ; ses jambes, de fer; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile.

Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans le secours d'aucune main, frappa les pieds de fer et d'argile de la statue, et les mit en pièces. Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s'échappe d'une aire en été; le vent les emporta, et nulle trace n'en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre.

Voilà le songe. Nous en donnerons l'explication devant le roi.» (Daniel 2.31-36)

 

O roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t'a donné l'empire, la puissance, la force et la gloire ; il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu'ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t'a fait dominer sur eux tous : c'est toi qui es la tête d'or.

Après toi, il s'élèvera un autre royaume, moindre que le tien ; puis un troisième royaume, qui sera d'airain, et qui dominera sur toute la terre.

Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer ; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces. Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile. Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile. Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile.

Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or.

Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine. (Daniel 2.37-45)

 

 

  • Le message

 

Les différentes parties de la statue

 

Cette grande statue présente quatre grandes parties de la tête aux pieds :

 

- 1ère Partie : La tête, elle était d'or pur

C'est le premier royaume. Et c'est celui de Nabuchodonosor.

 

- 2ème Partie : Sa poitrine et ses bras étaient d'argent

C'est le deuxième royaume. Nous ne savons rien de lui, à part qu'il vient après celui de Nabuchodonosor et qu'il sera «moindre que» le premier.

 

- 3ème Partie : Son ventre et ses cuisses étaient d'airain

Le troisième royaume, lui, «dominera sur toute la terre».

 

- 4ème Partie : Ses jambes, de fer, et ses pieds, de fer et d'argile

«Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces…»

 

Telles sont les informations dont nous disposons pour retrouver nos trois derniers royaumes après Nabuchodonosor. Avouons que c'est un peu mince, surtout en ce qui concerne les deux du milieu (deuxième et troisième royaume).

 

Mais, si nous considérons la vision et non le songe et que nous l'insérons dans l'ensemble des visions de Daniel, tout s'éclaire à la lumière de ce que nous dévoilent les révélations suivantes faites au prophète.

 

En considérant cet ensemble de visions (chapitres 2, 7, 8, 9, 10), on se rend vite compte que c'est une approche pédagogique qu'adopte le Tout-Puissant pour instruire Daniel et nous révéler ce qui adviendra dans la suite des temps. L'ÉTERNEL part du général pour, au fur et à mesure des visions, arriver au particulier.

 

Le SEIGNEUR, en effet, annonce globalement par cette première vision, ce qui arrivera. C'est ainsi qu'il n'est fait allusion à rien d'autre qu'aux quatre grandes dominations que connaitra ce monde. Rien de plus. Après ces quatre royaumes, viendra le Royaume éternel.

 

En revanche, dans la seconde vision (chapitre 7), après les quatre grands royaumes [2-3-4-5], décrits d'ailleurs avec beaucoup plus de détails, apparait celui (la petite corne) qui se proposera de défier DIEU, de changer ses lois et les temps [6]. Avec cette petite corne du chapitre 7, nous avons un aperçu de ce qui adviendra au peuple des saints de DIEU avant l'avènement du règne. Avec le chapitre 7, nous aurons donc commencé à toucher au plus près les circonstances de la fin. Nous serions dans ce qui touchera en particulier au peuple des saints en ce temps là.

 

Il en sera de même, de la vision au chapitre 8 qui nous fera découvrir, outre une autre petite corne (le roi impudent et artificieux), un Chef, celui de la nation d'Israël, contre lequel celui-ci s'élèvera. Là aussi, comme au chapitre 7, nous toucherons aux particularités qui entoureront les circonstances de la fin. Car à partir de ces instants, la fin ne se comptera plus qu'en termes de jours (Deux mille trois cents soirs et matins c'est-à-dire 1150 jours).

 

Les visions suivantes seront encore plus précises et se concentreront à révéler  les hommes, les circonstances et ce qui se passera en particulier dans la nation qui est prévue pour recevoir le Christ, la nouvelle Jérusalem.

 

Le procédé adopté par le SEIGNEUR dans ce processus est, comme on le voit, d'aller un peu plus loin avec la prochaine vision jusque à arriver à donner tous les détails concernant cette fin, afin que nous en soyons instruits.

 

En analysant donc cette première vision par rapport à l'ensemble des visions de Daniel, l'on se rend compte que la seconde vision, celle du chapitre 7, est la reproduction de la première. Sauf que dans la vision du chapitre 7 apparaitra la petite corne.

 

De la première vision (chapitre 2) à la deuxième donc, nous n'avons qu'à identifier l'ajout qui est tout ce qui est relatif à la petite corne et à le soustraire pour retrouver exactement le même objet dans les deux visions à savoir les quatre grands royaumes avant la fin des temps.

 

D'ailleurs, en superposant les royaumes décrits dans les deux songes avec les caractéristiques que nous en donnent les Textes, l'on se rend compte qu'il s'agit effectivement des mêmes royaumes. Nous y reviendrons dans le détail.

 


Les symboles

 

- La taille de la statue

 

Cette statue géante représente une durée. C'est la portion de temps qui doit s'écouler depuis Nabuchodonosor jusqu'au temps de la fin.

 

Son aspect gigantesque, que révèlent les hyperboles, «une grande statue», «immense», «d'une splendeur extraordinaire», «terrible», traduit le temps assez long qui devait s'écouler depuis la révélation du mystère par ce songe jusqu'à la fin des temps. Autrement dit, la hauteur de la statue dans le songe est proportionnelle à la durée qui sépare le moment du songe au temps de la fin. Car ce songe raconte les quatre différentes grandes dominations depuis Nabuchodonosor jusqu'à la dernière avant le règne de DIEU par son peuple saint.

 

Pour rappel, sachons que Nabuchodonosor régna de 605 à 562 av. J.-C.  Ce ne sont donc, pas moins de deux mille cinq cents ans qui sont ainsi représentés par cette statue.

 

- La statue

 

Outre l'enseignement qu'elle devait servir à donner à Nabuchodonosor qui fit le songe, cette vision de Daniel renferme un message pour l'humanité toute entière. Le message est surtout pour ceux du temps de la fin. Cette vision permet en effet, aux hommes de se situer dans le temps et de savoir si nous sommes ou pas dans le temps de la fin. Autrement dit en étudiant cette vision, l'on doit pouvoir dire aujourd'hui, avec assurance et exactitude, si nous sommes, ou pas, engagés dans le processus pour la fin. Comment est-ce possible ?

 

Les quatre parties de la statue géante constituent chacune une période dans le temps qui doit s'écouler de Nabuchodonosor jusqu'à la fin des temps. La grande statue doit donc être vue comme une échelle du temps.

Ainsi, les quatre parties de la statue sont quatre temps ou moments, qui sont quatre marches d'une échelle que l'humanité emprunte, dans le sens descendant, vers la fin du monde.

 

Avec Nabuchodonosor, nous sommes au sommet de l'édifice et donc sur la première marche, tout en haut de l'échelle. Nous sommes alors, loin, très loin de la fin, à environ deux mille cinq cents ans de la fin, pour être précis. Ceux qui vivaient le temps de Nabuchodonosor n'avaient donc aucun souci de fin du monde à se faire.

 

Certes, l'on nous dira qu'ils ne savaient pas qu'il y avait encore plus de deux mille ans à parcourir. Mais ils savaient au moins, puisque Nabuchodonosor est la tête de la statue, que les royaumes d'argent et d'airain n'étaient pas encore passés à plus forte raison celui de fer. S'ils ne savaient pas le temps qui restait, au moins devaient-ils savoir qu'il ne peut y avoir de fin du monde sans que l'humanité ait connu ces trois autres royaumes annoncés.

 

Avec le deuxième royaume d'argent, nous ne sommes plus au sommet. Nous sommes descendus d'un cran. Ce qui nous aura rapprochés un peu de la fin. Car, à ce stade, il ne restait plus que les deux dernières marches de l'échelle, constituées par le troisième et le quatrième royaume. Ceux du temps du royaume d'argent, en regardant en arrière, s'ils ne voyaient que la seule domination de Nabuchodonosor comme la plus grande avant celle sous laquelle ils vivaient, devaient être certains qu'il restait encore, après eux, deux autres grandes dominations avant la fin. Eux non plus, n'avaient à craindre vivre la fin du monde.

 

En atteignant le troisième royaume, l'humanité sait qu'elle est sur l'avant dernière marche de l'échelle et que le monde s'est alors, davantage rapproché de sa fin que du début.

 

Tous, nous savons que la connaissance s'est accrue au fur et à mesure que nous avancions dans le temps. Avec cette troisième domination riche de ses connaissances et de sa science il est légitime de supposer que l'humanité a disposé d'instruments de recherche assez performants pour savoir s'il y a eu après Nabuchodonosor un grand royaume susceptible d'avoir été le royaume d'argent. Les hommes de ce temps là donc auraient pu savoir s'ils vivaient sous le troisième royaume ou non. Et si c'était le cas, l'on devait savoir qu'il ne restait plus qu'une et une seule domination (le royaume de fer), après la leur.

 

Une large diffusion aurait pu être faite déjà, pour alerter l'opinion de se tenir "prête". Mais, y avait-on intérêt ? Le faire aurait été l'aveu que la Bible dit vrai. Les puissances qui se sont emparé du monde et qui détiennent les canaux de diffusion avaient-elles intérêt à ce que l'humanité sache que la vérité se trouve dans la Parole de DIEU et dans le Livre saint ? D'ailleurs, pour le faire ne fallait-il pas d'abord avoir la crainte de DIEU ? Vivons-nous dans un tel monde ?

 

Lorsqu'on en arrive à la quatrième domination, l'humanité se trouve, tout en bas, sur la dernière marche de l'échelle qui nous mène vers la fin du monde. Cette marche, c'est le royaume de fer et d'argile avec lequel prend fin la descente. Il s'agit donc pour ceux qui vivent ou qui vivront ce temps, de lire les signes dont parle le Christ dans l'Évangile pour découvrir si oui ou non le monde se trouve sous cette dernière domination.

 

Il y a donc un intérêt certain pour l'humanité à découvrir les différents royaumes afin de connaitre sur quelle marche nous sommes et s'il nous reste encore du temps, ou pas, avant la venue du règne éternel. Il est à parier que ceux qui dominent sur nous l'ont fait et gardent secrets leurs conclusions. C'est à chacun de voir s'il préfère rester dans l'ignorance.

 

- Les métaux caractérisant les royaumes

 

Quatre métaux ont été choisis pour symboliser chacun des quatre grands royaumes qui domineront sur le monde avant la venue du Christ : l'or, l'argent, le bronze, et le fer.

 

L'attribution de ces métaux obéit à un ordre lié à la valeur, aux yeux de l'ÉTERNEL, du royaume auquel Il fait correspondre le métal. Autrement dit, en accordant ces distinctions, c'est un classement que DIEU établit entre les différents royaumes, par  rapport à un critère évident lié à l'éthique et à la morale. C'est donc une échelle de valeur qui est ainsi instituée.

 

Ainsi, le premier royaume, outre que son roi fut plus grand et plus glorieux, est plus apprécié du SEIGNEUR qui lui décerne l'or. Le second royaume reçoit l'argent et ainsi de suite jusqu'au fer, métal de moindre importance du point de vue valeur, accordé au dernier.

 

En vérité, il faut lire dans cette symbolique liée à la valeur des métaux utilisés, la volonté du SEIGNEUR de nous communiquer le sentiment qu'Il a de ces dominations successives, afin que s'il était possible, nous nous corrigions et que nous revenions à Lui. Dans le monde actuel soumis aux bourses et à la spéculation, cette disposition est comme un système de cotation où chaque métal est la côte accordée à chacun des quatre royaumes à "la bourse" du SEIGNEUR.

 

L'or, l'argent, le bronze et le fer seraient ainsi un système de notation permettant à l'ÉTERNEL de nous faire connaitre son jugement pour chacun de ces quatre moments.

Dans cet ordre, le moins que l'on puisse dire est que le dernier royaume, est loin d'être celui qu'apprécie le plus l'ÉTERNEL. C'est pourquoi, après ce royaume de fer, il en sera fini pour ce monde. Car, DIEU ne peut accorder que l'humanité s'éloigne davantage de la bonne voie (l'or) et s'enfonce pire que ce que nous connaissons actuellement, dans la dissolution et ce qui est vil (le fer).

 

L'or, l'argent, le bronze puis le fer : le monde est passé successivement du meilleur au moins bon pour en arriver au pire. C'est d'ailleurs pour participer à insister sur cette idée de dégradation successive ou de gradation descendante que la statue est en position verticale. Et le prophète le souligne bien : «Elle était debout devant toi» dit-il a Nabuchodonosor. En fait, la statue aurait pu être couchée, en position horizontale, si ce n'était que pour en montrer les différentes composantes. Mais elle débout, et c'est à dessein.

 

Elle est debout afin que nous la parcourions, cette échelle, du haut vers le bas ; du ciel vers la terre. Elle est debout afin que nous voyions que nous sommes partis de ce qui est élevé  (DIEU, l'or) et qui a de la valeur pour descendre à ce qui est vil (le fer, les choses terrestres). Elle est debout immense et gigantesque pour que nous constations d'où nous sommes tombés dans l'estime de DIEU. Elle est debout, cette grande statue, afin que nous voyions comment, précieuse (or), l'humanité s'est par étapes successives dégradée jusqu'à complètement s'avilir pour se rendre méprisable aux yeux de DIEU, au point que l'ÉTERNEL décide de s'en débarrasser dans ce grand massacre prévu pour la fin des temps. Car rien ne sera différé. Le salut de chacun est entre ses mains.

 

 

Le premier royaume d'or [ici]

 

 

A NEBELE Sanseu Épiphanie



08/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres