LGESTSEIGNEUR

A propos du Temple du SEIGNEUR

                                                                             [1]


  • Josué-le grand prêtre, Germe-le Messie et l'ange de l'ÉTERNEL-DIEU

Au cours de la quatrième vision du prophète Zacharie, se présentent trois évènements qui appellent à des interrogations :

 

- Il y a d'abord la présentation de Josué, le souverain sacrificateur, et le rituel pour sa sanctification, avec au passage la scène de désapprobation de Satan (Zacharie 3.1-5).

Pourquoi ce rituel de sanctification et plus tard, pourquoi celui du couronnement ? (Zacharie 6.11) Et, enfin, pourquoi cette réaction de Satan ?

 

- Ensuite, l'ÉTERNEL annonce à Josué la venue du Messie "Germe" en ces termes : «Ecoute donc Josué (…) Voici, Je ferai venir mon serviteur, le germe.» (Zacharie 3.8)

Remarquons que ce Messie n'est pas le Christ ; et pourtant, sa venue est prévue pour le courant des soixante-dix dernières années de ce monde. Pourquoi ?

 

- Et enfin, la remise (ou la présentation) à Josué de la pierre à graver (à sculpter), avec la promesse de l'ÉTERNEL de la graver Lui-même (Zacharie 3.9). Qu'est-ce que cela et comment se matérialisera ce fait ?

 

Tous ces actes sont, évidemment, d'une portée hautement symbolique. Mais, il n'y a pas que ceux-là. Car les signes et les symboles pour reconnaitre l'Israël des soixante-dix ans qui précèdent la fin, l'ÉTERNEL en fit voir au prophète Zacharie, au moins jusqu'au chapitre 6.

 

Par ailleurs, l'on remarquera que, et à la présentation de Josué (Voici, Je ferai venir mon serviteur, le germe – Zacharie 3.8), et à son couronnement (Voici, un homme, dont le nom est germe, germera dans son lieu, et bâtira le temple de l'ÉTERNEL - Zacharie 6.12), l'ÉTERNEL donna des instructions à propos du Messie Germe au grand prêtre. Pourquoi ?

 

De plus, tout ce que l'on doit savoir, et de Josué et du Messie Germe, l'ÉTERNEL le révèle dans les mêmes visions, au chapitre 3 et au chapitre 6. Par l'un (Josué) commencent les révélations les concernant au chapitre 3 et par l'autre (Germe) se terminent-elles au chapitre 6.

 

A l'analyse, il s'avère évident que toutes les visions, du chapitre 3 au chapitre 6, sont liées et qu'elles tournent autour de Josué et du Messie Germe. C'est pourquoi, pour pouvoir les décrypter, il faut prendre ces visions ensemble pour les analyser.

 

Or ainsi, c'est-à-dire en prenant l'ensemble des prophéties sur Josué et Germe, ce qui saute aux yeux, c'est ce qui est récurrent. Deux fois (chapitre 3 et 6), il a été question de Josué, les deux fois, l'ÉTERNEL est intervenu pour lui donner des instructions fermes qui sont en réalité des signes distinctifs ou des caractères pour reconnaitre le Messie Germe, son envoyé auprès de son peuple. Et, tout se passait comme si l'ÉTERNEL voulait imprégner la mémoire de Josué de ce que doit être le Messie Germe et de ce que doit être sa mission quand il viendra.

 

Parmi les signes pour reconnaitre le Messie Germe, se trouve la construction du Temple du SEIGNEUR. Car dit l'ÉTERNEL : «C'est lui qui bâtira le Temple du SEIGNEUR».

 

Mais, un Temple dédié à la gloire de DIEU, qui plus est, par un Messie, peut-il passer inaperçu ? N'est-ce pas un truisme que de s'attendre, sûrement, à quelque chose de très imposant et de très remarquable aux yeux de tous ? C'est pourquoi c'est par ce bout-là, c'est-à-dire par le Temple,  que nous commencerons à chercher, pour tenter d'élucider toutes ces prophéties.

 

La question est : Pourquoi l'ÉTERNEL a-t-il besoin de faire venir un Messie pour construire le Temple du SEIGNEUR dans le courant des soixante-dix dernières années de ce monde ?

Car, ne le perdons pas de vue, toutes les visions de Zacharie ont pour espace et temps d'accomplissement le territoire de forme carrée qu'est l'Israël de la fin et les soixante-dix dernières années de ce monde.

 

Pour répondre à cette question fondamentale il faut connaitre l'Histoire du peuple d'Israël et les Paroles que DIEU prononça sur lui. Car en vérité, ce Temple du SEIGNEUR a une histoire qui remonte aux temps anciens, depuis David.

 


  • A propos du Temple du SEIGNEUR

 

Lorsque le roi David voulut bâtir une maison au SEIGNEUR, l'ÉTERNEL s'y opposa. En revanche, DIEU promit, Lui-même, de bâtir une maison à David (2 Samuel 7.5-14). Cette maison, c'est le Temple du SEIGNEUR.

 

Il est vrai qu'après David, selon les instructions de son père, Salomon fit un somptueux temple à la gloire de l'ÉTERNEL, mais il ne s'agit pas de ce temple là, comme pourrait le laisser croire une mauvaise lecture de la prophétie. Le temple que DIEU promit, c'est à un autre rejeton de David, bien longtemps après le vaillant souverain, qu'il devait revenir.

 

Car, s'adressant à David, la Parole, bien clairement, avait dit : «Lorsque tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, J'élèverai ta descendance après toi, celui qui sera issu de toi-même, et J'établirai fermement sa royauté. C'est lui qui bâtira une maison pour mon Nom et J'établirai  à jamais son trône royal. Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils… » (2 Samuel 7.12-14).

 

Après avoir lu cela, d'où vient-il que l'on confonde le Temple que DIEU promit à David à celui qu'avait bâti Salomon ?

 

Observons qu'au moins trois bonnes objections, sinon plus, réfutent cette assertion.

 

La première est relative à la descendance dont parle le SEIGNEUR. Salomon est de la descendance de David née du vivant de son père. Or DIEU parle de la descendance qu'il susciterait à David après que celui-ci serait parti du monde des vivants. «Lorsque tes jours seraient accomplis et que tu seras couché … J'élèverai ta descendance après toi» avait promit l'ÉTERNEL.

Cette descendance ne comme on le voit ne désigne pas Salomon.

 

La seconde objection se nourrit de deux raisons, que l'ÉTERNEL nous donne pour contester cette lecture erronée. Elles concernent la durée du règne et la filiation toutes particulières de l'élu du SEIGNEUR. Car dit-il : «J'établirai à jamais son trône royal. Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils».

 

Faut-il rappeler que "à jamais" signifie "pour toujours" ?

 

Or, bien qu'il ait été d'une immense renommée, Salomon, n'eut qu'un règne d'une durée tout à fait ordinaire de quarante ans (2 Chroniques 9.30). Peut-on dire d'un tel trône qu'il dura à jamais ?

 

Cependant, tout le monde sait qu'à un seul des rejetons de David, DIEU promit un règne quasi éternel de mille ans (Apocalypse 20.4). Ce rejeton, c'est le Christ, à sa deuxième venue. C'est celui dont l'ÉTERNEL dira, à sa première apparition sur terre : «Celui-ci est mon fils bien aimé». Or, afin que soit complètement accomplie la Parole (Je serai pour lui un père), le Christ, lui-même, ne se présentait-il pas comme le fils de DIEU ? Salomon l'était-il ?

 

En vérité, celui dont parle la prophétie, c'est le Christ, descendant de David, qui doit relever Israël, le peuple et la nation de DIEU pour la gloire de l'ÉTERNEL. C'est pourquoi DIEU dit : «C'est lui qui doit bâtir une maison à mon nom».

 

Dans cette phrase-ci, la maison dont parle l'ÉTERNEL, ce n'est pas le temple, mais la nation dont l'Oint qui vient au Nom du SEIGNEUR occupera le trône pour toujours. C'est cette nation qui est la maison qui sera grande et qui glorifiera le Nom de l'ÉTERNEL.

 

C'est pourquoi avec Jérémie, l'on peut lire : «Des jours viennent, dit l'ÉTERNEL, où je susciterai à David un germe (rejeton) juste (…). En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; et voici le nom dont on l'appellera : L'ÉTERNEL notre justice.» (Jérémie 23.5-6). Le «germe juste» c'est le Christ qui vient, le nouveau David. Le nom du SEIGNEUR sera alors de nouveau évoqué sur son peuple. On l'appellera ainsi parce que DIEU aura fait triompher sa justice par son serviteur (l'Oint) pour sauver son peuple de ses oppresseurs.

 

La troisième objection, enfin, est relative au temps et au lieu où serait bâti le Temple. Car, pour le Temple que doit bâtir l'ÉTERNEL, le SEIGNEUR en précisa le cadre et les circonstances en ces termes : «Je fixerai un lieu à Israël, mon peuple, Je l'implanterai et il demeurera à sa place. Il ne tremblera plus et des criminels ne recommenceront plus à l'opprimer comme jadis» (2 Samuel 7.10 -TOB).

 

En disant : «Je fixerai un lieu à Israël», l'ÉTERNEL n'avait-Il pas déjà été clair en son temps ? Ce futur (Je fixerai) ne signifie-t-il pas que le lieu définitif pour Israël était à venir ?

 

Il est clair que, si, alors que le peuple était déjà installé, DIEU annonça qu'Il projetait un autre lieu où Il implanterait Israël délivré de ses ennemis, cela voulait dire que le territoire où régnait David, n'était pas le lieu définitif qu'avait prévu l'ÉTERNEL pour son peuple. Et, c'est certainement à ce nouveau lieu, autre que le premier royaume où régnèrent David et Salomon que le Temple de l'ÉTERNEL serait bâti.

 

Par ailleurs, parlant de ce lieu où serait définitivement implanté Israël, l'ÉTERNEL dit : «Il (mon peuple) ne tremblera plus et des criminels ne recommenceront plus à l'opprimer comme jadis».

 

Or, l'on sait qu'après David, il y eut la déportation et il y eut la domination romaine. L'on sait que les criminels qui opprimeront le plus le peuple de DIEU, ce sont, bien après David, ceux de ce royaume de Babylone désormais Europe qui ravageront, asserviront et pilleront Israël et ses voisins jusqu'au jour où fondra sur eux la fureur de l'ÉTERNEL pour les exterminer et les anéantir dans un carnage sans précédent. (Jérémie 25) [2]

 

Si l'ÉTERNEL parle de sauver son peuple de ses ennemis criminels et oppresseurs pour lui donner du repos pour toujours et à perpétuité, n'est-ce pas après la destruction complète de celle que l'ÉTERNEL nomme Babylone la grande (l'Europe) et l'extermination de son peuple ? En plus clair, n'est-ce pas après l'apocalypse que le peuple de DIEU connaitra la paix promise par l'ÉTERNEL à la descendance d'Israël ?

 

Car, c'est à ce moment là seulement que, pour la libération, viendra le rejeton de David, l'agneau qui vaincra tous leurs ennemis (Apocalypse 17.14) pour le règne de la justice éternelle.

 

Or, pour ce temps-là, le seul territoire décrit par l'ÉTERNEL pour accueillir le Christ est un pays de forme carrée où la largeur est égale à la longueur avec un fort taux d'étrangers (Zacharie 2.2-4) [1]. Et, c'est pour ce nouveau David-là que DIEU promit de faire le Temple. Car, celui qui vient est d'abord prêtre du SEIGNEUR.

 

Toutes choses qui excluent d'office que l'on parle de Salomon et du temple qu'il édifia en Palestine comme celui promis par l'ÉTERNEL.

 

Au demeurant, voici ce qu'avait vraiment dit l'ÉTERNEL : «Et le SEIGNEUR t'annonce que le SEIGNEUR te fera une maison» (2 Samuel 7.11).

 

Cette Parole est sans équivoque et vaut à elle seule toute l'argumentation pour convaincre que le Temple que DIEU promit à David n'a rien à voir avec celui que fit Salomon.

 

Car en vérité, L'ÉTERNEL promit de bâtir Lui-même, effectivement et exceptionnellement, son Temple. Seulement, cela ne devait se faire qu'au temps de la fin pour le rejeton de David à qui l'ÉTERNEL confierait son règne et la domination sur le monde.

 

Mais comment DIEU procéderait-Il pour, Lui-même, bâtir son Temple ? Donnera-t-Il des instructions de là-haut par un prophète ? L'ÉTERNEL DIEU Tout-Puissant visitera-Il, Lui-même, son peuple ? Résidera-t-Il parmi eux pour entreprendre cette construction ? C'est là tout le mystère.

 

La question semble bien difficile. Mais si cela semble impossible aux yeux des hommes, l'est-il pour DIEU ?

 

 

  • Le Messie Germe est DIEU

 

A l'analyse, le SEIGNEUR avait résolu depuis longtemps de visiter son peuple opprimé avant la fin des soixante-dix dernières années de ce monde. C'est à ce temps là qu'Il projeta de bâtir son Temple. Comment ? C'est au prophète Zacharie que l'ÉTERNEL révéla le mystère.

 

En parcourant la Bible, l'on se rend compte que DIEU visite la terre, ses serviteurs et son peuple sous deux formes.

 

En effet, DIEU apparait aux hommes, sous la forme de "l'ange de l'ÉTERNEL", pour les missions de courtes durées.

 

Ce fut le cas pour l'annonce d'Isaac à Abraham et à Sara et pour la destruction de Sodome (Genèse 18). L'ange de l'ÉTERNEL apparut aussi à Gédéon pour l'engager à délivrer son peuple de la main de Madian (Juges 6.11-23).

 

Mais, DIEU vient aussi sur Terre sous la forme d'un Messie, lorsque la cause est d'importance pour son peuple et nécessite que l'envoyé s'y attèle pendant plusieurs années. A ce propos, toute la terre a le témoignage du passage de Jésus, la Parole faite chair. Dans ce cas là, l'ÉTERNEL fait habiter son Esprit en un homme qui agit exactement selon la volonté de l'ÉTERNEL.

 

Or, pour cette fois aussi, la mission était ardue. L'ÉTERNEL, Lui-même, avait lâché les nations du nord (Babylone) contre son peuple et les nations qui sont ses voisines afin de les détruire, en faire des esclaves et les piller. Cette tribulation devait durer quatre cent ans, selon ce que l'ÉTERNEL révéla à Abraham (Genèse 15.13) []. Et, pendant soixante-dix ans encore, jusqu'à la venue de son règne (Jérémie 25.12 ; Daniel 24-27), le peuple de DIEU et ses voisins devaient continuer à subir l'oppression de leurs ennemis qui les asservirent et les traitèrent tout ce temps avec cruauté sans jamais montrer la moindre compassion. (Jérémie 25.9)

 

L'ÉTERNEL pouvait-il rester indifférent à tant de méchanceté, même si c'était en punition au péché qu'Il avait livré son peuple ? L'ennemi n'avait-il pas largement outrepassé son droit.

 

D'ailleurs l'ÉTERNEL, Lui-même, le dit : «Je ressens une intense jalousie pour Jérusalem et pour Sion. Mais Je suis violemment irrité contre les nations bien établies et orgueilleuses ; alors que Moi, Je n'étais que peu irrité, elles, elles sont venues ajouter à son malheur». (Zacharie 1.14-15- TOB)

 

Ici, Jérusalem désigne la nation des fils d'Israël ; et Sion, la montagne sainte, c'est à dire le continent où se trouvent toutes les nations qui ont été livrées avec le peuple des fils d'Israël pour être asservies aux puissances que sont «les nations bien établies».

 

Ces «nations orgueilleuses» y sont allées trop fort, de leur puissance et de leur haine destructrice. Elles ont été plus méchantes que la punition prescrite par le SEIGNEUR. C'est pourquoi sur ces nations occidentales babyloniennes, par Esaïe, l'ÉTERNEL prononça : «Malheur à l'Assyrien, verge de ma colère ! La verge dans sa main, c'est l'instrument de ma fureur. Je l'ai lâché contre une nation impie, Je l'ai fait marcher contre le peuple de mon courroux, pour qu'il se livre au pillage et fasse du butin, pour qu'il le foule aux pieds comme la boue des rues. Mais il n'en juge pas ainsi, et ce n'est pas là la pensée de son cœur ; il ne songe qu'à détruire, qu'à exterminer les nations en foule (…) Mais, quand le Seigneur aura accompli toute son œuvre Sur la montagne de Sion et à Jérusalem, Je punirai le roi d'Assyrie pour le fruit de son cœur orgueilleux, Et pour l'arrogance de ses regards hautains (Esaïe 10.5-12).

 

Mais certains, peut-être, pensent que l'Assyrie ne désigne pas Babylone et donc pas l'Europe dans ces versets d'Esaïe. L'ÉTERNEL reprit cette même Parole avec Jérémie en ces termes : «Tu as été pour Moi un marteau, un instrument de guerre. J'ai brisé par toi des nations, par toi J'ai détruit des royaumes. Par toi J'ai brisé le cheval et son cavalier ; par toi J'ai brisé le char et celui qui était dessus. Par toi J'ai brisé l'homme et la femme ; par toi J'ai brisé le vieillard et l'enfant ; par toi J'ai brisé le jeune homme et la jeune fille. Par toi J'ai brisé le berger et son troupeau ; par toi J'ai brisé le laboureur et ses bœufs ; par toi J'ai brisé les gouverneurs et les chefs. Je rendrai à Babylone et à tous les habitants de la Chaldée tout le mal qu'ils ont fait à Sion sous vos yeux, dit l'ÉTERNEL. Voici, J'en veux à toi, montagne de destruction, dit l'ÉTERNEL, à toi qui détruisais toute la terre ! J'étendrai ma main sur toi, Je te roulerai du haut des rochers, et Je ferai de toi une montagne embrasée» (Jérémie 51.20-25).

 

La cruauté de l'ennemi, c'est la raison pour laquelle l'ÉTERNEL se devait d'intervenir au cours des soixante-dix dernières années fixées, afin d'amoindrir l'oppression et la souffrance infligées à son peuple. C'est là le sens de la mission du Messie Germe.

 

Sachant que ces soixante-dix ans correspondent pour les peuples opprimés à un temps de quête de souveraineté et de lutte pour se dégager de la servitude, l'on comprend pourquoi l'ange de l'ÉTERNEL dit : «Il m'a envoyé vers les nations qui vous ont dépouillés ; car celui qui vous touche touche la prunelle de son œil» (Zacharie 2.8).

 

En fait, l'ange qui parlait ainsi au prophète, c'est lui qui fut désigné pour visiter le peuple de DIEU, afin d'agir sur/auprès de l'oppresseur pour abaisser la violence du Joug.

 

Il devait être discret, car le temps du SEIGNEUR au moment de cette venue ne serait pas encore arrivé. Néanmoins l'ÉTERNEL tient à ce que nous sachions qu'Il était bien parmi nous.

 

C'est pourquoi, au moins à trois reprises sur les six chapitres, pendant les visions, l'ange de l'ÉTERNEL insista pour nous signifier qu'Il était bien là  sur cette terre, parmi nous. Et, Il le dit très clairement : «Il m'a envoyé vers les nations qui vous ont dépouillé» (Zacharie 2.8) ; «Et tu sauras que l'ÉTERNEL des armées m'a envoyé vers toi» (Zacharie 2.11) ; «Et vous saurez que l'ÉTERNEL des armées m'a envoyé vers vous» (Zacharie 6.15).

 

C'est donc cet ange que l'ÉTERNEL désigna. Mais la mission étant pour plusieurs années, l'ÉTERNEL ne pouvait nous visiter sous sa forme de pureté qu'est son ange. Il fallait un homme pour servir de véhicule à l'Esprit de l'ÉTERNEL et incarner cet ange de l'ÉTERNEL à sa venue. C'est alors que le choix du SEIGNEUR se porta sur Josué le grand prêtre.

 

C'est cet homme qui devait porter l'Esprit de DIEU pour visiter son peuple et agir par procuration pour l'ÉTERNEL. En clair donc, Josué, avec l'Esprit de l'ÉTERNEL, serait DIEU sur terre et agirait avec l'autorité et le sceau de DIEU.

 

C'est cela qui révolta Satan (Zacharie 3.1-2). Car, comment un homme "imparfait", avec des péchés, pouvait-il être DIEU ? Mais, l'ÉTERNEL ne fait-il pas miséricorde à qui Il veut ?

 

Or en plus, Josué est de ceux de son peuple qui ont payé le prix fort au péché. Car, Josué est un rescapé du brasier que fut la déportation à Babylone. Et ceux qui en sont revenus sont aux yeux de l'ÉTERNEL comme des tisons sauvés de ce feu que l'ÉTERNEL fit venir pour consumer le peuple pécheur.

 

Plus encore, en faveur de Josué, après la déportation, dans un environnement hostile, cet homme conduisit la reconstruction du temple dévasté.

 

C'est tout cela qui plaide pour lui et qui justifie la réponse que l'ÉTERNEL fit à Satan : «N'est-ce pas là un tison arraché du feu ?». Autrement dit : Cet homme n'a-t-il pas assez payé pour ses fautes et celles de son peuple ?

 

Apparemment, cette réponse suffit à calmer l'accusateur. On ne l'entendit plus. Josué, justifié par l'ÉTERNEL lui-même, était jugé apte à servir pour la mission.

 

Dès lors, le rite de sanctification s'imposa, afin de disposer le souverain sacrificateur à recevoir l'Esprit de l'ÉTERNEL qui était en son ange, qui «se tenait là» comme dit la Parole de DIEU. (Zacharie 3.5)

 

C'est seulement après l'avoir purifié (Je dis : Qu'on mette sur sa tête un turban pur !), que l'ÉTERNEL donna à Josué ses premières recommandations assorties d'une promesse en cas de réussite et lui délivra son ordre de mission. (Zacharie 3.7-8)

 

Or parallèlement le SEIGNEUR imprégnait la mémoire de Josué des caractères et des actes qui devaient être ceux du Messie-Germe à sa venue (Zacharie 3.8-9 ; 612-13), afin qu'une fois sur terre tout s'accomplisse comme cela fut conçu.

 

La question est : Pourquoi c'est à Josué que l'ÉTERNEL imprime ce que doit être son Messie ? – La réponse est toute simple. C'est parce que le souverain sacrificateur, Josué, est le Messie "Germe" par qui DIEU devait visiter son peuple avant le temps de la fin.

 

De fait donc, l'ange de l'ÉTERNEL incarné par Josué serait le Messie-Germe. Quand il viendra, il ne s'appellerait plus Josué, mais "Germe". Il réussira dans tout ce qu'il entreprendra et il présiderait la nation des Saints avec autorité… selon les Paroles que prononça l'ÉTERNEL (Tu jugeras ma maison et tu garderas mes parvis). La ou les couronne(s), c'est symboliquement, afin qu'il soit chef et domine dans tout ce qu'il engagera avec des hommes, une fois sur terre.

 

Qu'on ne s'y trompe pas, le Messie Germe est véritablement un mystère. Cet homme n'est pas qu'un simple envoyé. Car, bien qu'il soit Josué le Souverain sacrificateur, c'est-à-dire un homme véritable, il est aussi, et surtout, DIEU, du fait qu'il porte en lui l'ange (l'Esprit) de l'ÉTERNEL.

 

Le Messie Germe n'est pas DIEU, simplement parce qu'il porte l'Esprit de DIEU. Mais il est véritablement DIEU, l'ÉTERNEL, venu sur terre parmi son peuple. C'est pourquoi il reçut tous les attributs liés à son rang et à ses fonctions afin que tous les actes qu'il poserait, une fois sur terre, soient considérés comme portant le sceau de l'ÉTERNEL.

 

C'est l'ÉTERNEL Lui-même qui nous le certifie en ces termes : «C'est lui qui sera revêtu de majesté» (Zacharie 6.13 -TOB). Il s'agit là de la majesté divine. En d'autres termes, cet homme porterait les insignes de la gloire de DIEU et donc le sceau du SEIGNEUR afin que tout ce qu'il réaliserait porte la marque de DIEU et soit considéré dans les cieux comme œuvres de l'ÉTERNEL.

 

C'est pourquoi le Temple qu'il bâtirait est celui que DIEU promit de faire Lui-même pour la postérité de David. En tout cas, l'ÉTERNEL le désigne comme tel. Car dit-Il : «C'est lui qui bâtira le Temple du SEIGNEUR». Autrement dit : Le Temple que J'ai promis au rejeton de David, c'est lui, Germe, qui le fera.

 

Sa mission se situe dans le courant des soixante-dix ans prescrits pour expier le péché et il devra travailler puissamment pour alléger les souffrances de son peuple encore sous le joug de l'oppresseur pilleur que sont les puissances coloniales (les quatre cornes) (Zacharie 2.12).

 

Mais, cet homme serait si discret sur sa mission qu'il ne serait pas reconnu comme envoyé de l'ETERNEL durant tout son séjour sur terre. Et, même ses œuvres pour l'ÉTERNEL ne devraient être reconnues qu'après lui. C'est pourquoi l'ange de l'ÉTERNEL qui l'habitera pour cette mission dit : «Et ceux qui sont au loin viendront travailler au Temple du SEIGNEUR - et vous reconnaitrez que le SEIGNEUR le Tout-Puissant m'a envoyé vers vous. Cela vous arrivera si vous obéissez pleinement à la voix du SEIGNEUR votre DIEU» (Zacharie 6.15). Autrement dit, plus tard, lorsque toutes ces choses vous arriveront et que vous reviendrez à l'ÉTERNEL, vous comprendrez que DIEU vous a visités.

 

Quant à Josué qui abritera l'Esprit de DIEU pour visiter son peuple, dans le Temple qu'il bâtira, il laissera un signe pour la postérité. Car, afin que l'on se souvienne de lui, l'ÉTERNEL l'avait clairement instruit en ces termes : «Quant à la couronne, elle servira de mémorial dans le Temple du SEIGNEUR …» (Zacharie 6.14-TOB).

 

Bien évidemment, personne ne nait avec une véritable couronne sur la tête. Il ne faudrait donc pas chercher à voir un morceau de métal tout scintillant dans le Temple.

 

En vérité, quand il fut symboliquement couronné, la couronne fut comme incorporée à la tête du grand prêtre. En fait de couronne donc, il s'agit de la tête que DIEU donna à Josué pour venir parmi son peuple. C'est cette tête qui sera représentée dans le Temple pour servir de souvenir.

 

Or, ce Josué qui devait venir en tant que Messie et DIEU, tout ce que l'ÉTERNEL lui donna comme consigne à exécuter sur terre, est signe pour l'identifier quand le monde parviendrait au terme des soixante-dix ans ; moment où l'ange de l'ÉTERNEL transporta le prophète pour lui montrer toutes ces choses que nous découvrirons dans le détail, pour peu que nous poursuivions l''analyse.


Demeurez dans le SEIGNEUR.


A NEBELE Sanseu Épiphanie



16/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres